Comme à ses habitudes, le principal parti de l’opposition guinéenne (l’UFDG) a animé son assemblée générale ordinaire ce samedi, 21 juillet 2018, à son siège national. A l’absence de Cellou Dalein Diallo, c’est Dr Fodé Oussou Fofana, vice-président du parti, qui a présidé la rencontre. Il avait à ses côtés plusieurs autres responsables comme Bano Sow, Kalémodou Yansané, Ibrahima Chérif Bah et autres, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Actualité oblige, deux principaux points étaient inscrits à l’ordre du jour : le report de la marche de l’opposition qui était prévue le jeudi dernier et la crise sociale née de l’augmentation unilatérale du prix du carburant à la pompe, de huit à dix mille francs par le Gouvernement, le 30 juin dernier.

Sur le premier point de l’ordre du jour, Dr Fodé Oussou Fofana a rappelé que si le président du parti, Cellou Dalein Diallo, décide de la reprise des manifestations, ce sont des millions de guinéens qui descendront dans la rue. « On n’a pas besoin de démontrer que l’UFDG est un grand parti ou qu’il est capable de faire des manifestations. Si l’UFDG n’était pas là, de 2010 à maintenant, nous serions déjà dans une dictature », a fait savoir le président du groupe parlementaire Libéral Démocrate, précisant que le gouvernement du Président Alpha Condé ne connaît que le langage des manifestations de la rue.

A en croire Dr Fodé Oussou Fofana, ils étaient en pleine réunion sur les préparatifs de la marche quand ils ont reçu le courrier du Premier ministre les invitant à sursoir à tout, en attendant qu’il trouve une solution dans un bref délai. Face à ce courrier, dit-il, l’opposition n’avait que deux choix : faire la manifestation ou bien donner une chance au Premier ministre pour savoir ce qu’il va faire… « Ce n’est pas parce qu’on a confiance à Alpha Condé. Nous n’avons pas confiance en lui. Ce n’est pas parce qu’on est naïf, on a cru avec ce courrier, non ! Nous avons dit, et nous prenons l’opinion nationale et internationale à témoin, que c’est le Premier ministre qui nous a dit qu’il va très rapidement régler le problème. Maintenant, si l’affaire n’est pas réglée : les prisonniers ne sont pas libérés, les conseillers ne sont pas installés, les commerçants ne sont pas dédommagés, nous reprendrons tout à zéro. Nous reprenons immédiatement la rue avec les manifestations », a prévenu l’opposant, insistant sur le fait que la reprise des manifestations équivaudrait à l’arrêt de leur participation à tout dialogue avec le pouvoir. « Lorsque nous serons dans la rue, nous ne participerons plus jamais à un dialogue. S’ils doivent régler, ils prendront un décret pour régler », ajoute-t-il.

D’ailleurs, Dr Fodé Oussou Fofana souhaite que les manifestations se passent devant le président Alpha Condé. « Quand on va manifester, nous souhaitons qu’il soit là, il va voir ce qu’il va voir. Il ne faut pas qu’on lui dise qu’il y avait des millions dans la rue. Il faut qu’il soit témoin. Et, quand on dit qu’on a reporté la manifestation, ce n’est pas pour l’éternité. Nous avons donné quelques jours dans l’espoir que cette situation sera réglée. »

Sur l’affaire du carburant, le vice-président de l’UFDG estime que cette augmentation est un corollaire de la mauvaise gouvernance. Au lieu de jouer à la défensive, Dr Fodé Oussou Fofana invite le gouvernement à expliquer la structure du prix du carburant. « Nous demandons au gouvernement de monsieur Alpha Condé d’aller au tableau noir nous mettre la structure du prix du carburant, de l’extérieur jusqu’ici. On va voir où est la manne. Ne nous parlez pas de 795 milliards, on ne comprend pas ça ! Expliquez aux populations la structure du pétrole. Vous avez le porte du gouvernement, des ministres et des conseillers. Allez au tableau noir et expliquez-nous la structure du prix pour nous dire c’est quoi », a-t-il exigé, avant de demander aux militants de rester mobilisés et soudés derrière les responsables du parti.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Guineematin