GEMALTO France, imageIl y a quelques minutes, Guineematin.com a été contacté par une source anonyme qui a annoncé la signature imminente du contrat liant la société Gemalto, prochain opérateur électoral et les décideurs de notre pays.

Depuis quelques jours, des techniciens de la CENI, commission électorale nationale indépendante, étaient à pied d’oeuvre au ministère de l’Economie et des finances.

L’offre financière de Gemalto étant déjà dans la fourchette acceptable de la CENI, il ne restait plus que le formalisme technico-juridique pour entériner et officialiser ce marché.

Ainsi, après la SAGEM et Waymark, c’est Gemalto qui fait son entrée dans la gestion des très sensibles élections en République de Guinée. C’est dire que l’un de très importants points de négociations entre le pouvoir d’Alpha Condé et son opposition, inscrit en gras (le choix de l’opérateur) dans le relevé des conclusions est déjà décidé par le gouvernement et la CENI de Bakary Fofana. Une CENI d’ailleurs que l’opposition considère comme partiale et partisane, et de la quelle Cellou Dalein Diallo et ses camarades de l’opposition ont déjà retiré leur confiance…

Enfin, l’opposition a annoncé hier, mercredi 17 décembre, son intention de reprendre les manifestations politiques par un meeting géant le 7 janvier prochain au stade du 28 septembre, en citant et dénonçant, justement, la conduite partisane du processus électoral par la CENI…

A suivre !

Alpha et Nouhou

Commentaires