Les ministres de la Fonction publique, Sékou Kouroumah, de la justice, Cheick SackoDans le souci de renforcer la fonction publique, un atelier de validation sur la méthodologie et le plan de reforme de l’administration s’est ouvert hier, mercredi 12 novembre 2014 à Conakry. Objectif ? Partager avec les principaux acteurs de la  vie politique, sociale, et économique du pays, sur la problématique de la réforme du secteur public.

Dans son discours de bienvenue, Sékou Kourouma, le ministre de la Fonction publique, de la réforme de l’Etat et de la modernisation de l’Administration a rappelé que « le haut commissariat à la réforme de l’Etat et modernisation de l’administration, avec l’appui technique et financier du PNUD, a réalisé d’importantes études sur le diagnostic global du fonctionnement de l’Etat et de son administration et sur la définition des axes de réforme ».

Un document intitulé « cadre stratégique de réformes institutionnelles et de modernisation de l’administration » a été élaboré. En octobre 2011, le cadre stratégique des réformes a été traduit en programme de réforme de l’Etat et modernisation de l’Administration pour un montant  de 27 millions de dollars us.

FP1Selon le ministre, cet atelier s’inscrit dans la perspective de la révision de la loi qui régit l’organisation et le fonctionnement de l’administration. Poursuivant son intervention, M. Kourouma dira qu’il y a « plusieurs chantiers  en cours pour rendre compte du début effectif de l’opérationnalisation du Plan de réforme. Il s’agit, entre-autres, de l’assainissement des fichiers et du recensement biométrique ; du projet d’établissement d’une ENA (Ecole Nationale d’Administration) en Guinée ; du projet de rajeunir et de féminiser l’administration ; de la protection sociale des fonctionnaires ; de la révision de la grille salariale et des pensions ; de la mise en place d’une nouvelle plate forme informatique de gestion unifiée des ressources humaines et des salaires avec le développement des modules de gestion multifonctionnelle ; de la mise en place de la stratégie nationale de développement de la gouvernance électronique, etc. »

atelier de validation Enfin, le ministre a annoncé un accompagnement des experts dans les quinze années à venir : « avec l’appui de la banque mondiale, un cabinet international a été recruté, appelé et mis à la disposition du ministère de la Fonction publique. Ses experts vont rester avec nous pendant 15 ans pour travailler à la concrétisation, à l’opérationnalisation du programme du reforme de l’Etat».

 

Yacine Sylla pour Guineematin.com

 

Commentaires