commissariat-special-du-stade-du-28-septembre-0Le consortium d’ONG pour la reforme du secteur de sécurité : CECIDE, COGINTA, PARTNERS WEST AFRICA –SENEGAL, a procédé le mercredi 28 septembre 2016, au lancement de la caravane des femmes dans les commissariats des communes de Dixinn et de Kaloum. Le lancement a eu lieu à Dixinn-terrasse, au siège du commissariat spécial du stade 28 septembre, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters. 

« Main dans la main, les femmes de guinée et la police nationale pour combattre », tel est le thème qui était à l’ordre du jour de cette activité. Cette caravane s’inscrit dans le cadre du projet partenaires pour la sécurité en guinée : la reforme de la police au service des citoyens.

Dans son discours, le représentant de CECIDE, Mamady Keita, a dégagé les objectifs de ce projet qui sont entre-autres « la sensibilisation de la police et la communauté sur le rôle et la responsabilité des agents de police, l’amélioration de l’image de la police et le leadership de la capacité de mettre en œuvre les processus inclusifs de la résolution des problèmes de sureté et de sécurité, accroitre la capacité des femmes à participer à la résolution des problèmes avec la police et soutenir les initiatives qui contribuent à restaurer la confiance entre la police et les femmes », a-t-il énuméré.

Selon Mamady Kéita, pour atteindre ces objectifs l’ONG CECIDE a réalisé les actions suivantes « formation de 30 femmes et des jeunes leaders sur le plaidoyer ; élaboration des plans d’action et le leadership; l’organisation des dialogues entre les femmes , les jeunes et les cadres de l’OPROGEM ayant permis aux femmes de comprendre le rôle central de l’OPROGEM dans la protection des femmes et des jeunes ; 118 femmes et 205 jeunes ont été directement touchés ; la mise à la disposition de 210 000 000 de francs guinéens à 10 associations de jeunes et femmes pour la lutte contre la criminalité et la délinquance », a-t-il laissé entendre.

Mamadou samba Diallo, le maire de la commune de Dixinn, soutient que cette caravane consiste à établir la confiance entre les forces de sécurité et les citoyens à la base : « bien entendu si il n’y a pas de confiance entre les deux, l’exécution des tâches des forces de sécurité sera difficile. Quelque soit leurs compétences, s’il n’y a pas de complicité à la base l’aboutissement ne sera pas facile. Donc, il faudrait qu’il y’ait cette confiance entre les deux », z dit le président de la délégation spéciale de Dixinn.

Le commissaire de police du commissariat spécial du stade du 28 septembre s’est réjouit de cette caravane : « vraiment c’est salutaire, on a longtemps souhaité cette rencontre, il faut que les femmes sachent que la police est là pour la population, c’est pour sauvegarder la population et leurs biens et cette caravane est très bonne. Quand ces femmes ont des problèmes, elles préfèrent aller chez le chef de quartier et oublier la police. Donc, cette caravane est lancée pour bannir tout ça », a-t-il souligné.

Pour les femmes choisies pour cette caravane la confiance entre elles et la police est presque instaurée. Elles disent n’avoir plus peur de la police. Après le lancement de la caravane les femmes ont visité les commissariats de Dixinn et Kaloum.

Pour rappel dans le cadre de la reforme du secteur de sécurité en Guinée, le gouvernement américain s’est engagé à appuyer la Police Nationale de Guinée. Cet engagement s’est matérialisé par la signature d’un accord le 22 juin 2015, entre l’ambassadeur des Etats unis d’Amérique et le gouvernement guinéen. Il est essentiellement consacré à l’introduction de la police de proximité dans les communes de Dixinn et de Kaloum à travers un projet partenaires pour la sécurité en Guinée.

Kadiatou Baldé pour Guineematin.com

Tel :664600100-620528554

Facebook Comments

Guineematin