UE, chef de la délégation de l'Union européenne, Gérardus GIELENAu cours d’un entretien accordé ce lundi 27 avril 2015 à Guineematin.com, Gerardus GIELEN, le chef de la Délégation de l’Union Européenne en Guinée, a relevé un retard dans la communication de la CENI et fustigé un manque de volonté des différents camps politiques d’aller au dialogue.

Par rapport à la lutte contre Ebola, au delà de la politisation de la lutte contre l’épidémie par la mouvance et l’opposition, qu’il dénonce,  Gerardus GIELEN opte plutôt pour une simple évaluation à la place de l’organisation d’un audit du comité de lute contre Ebola et des autres institutions engagées qui reçoivent des fonds au nom de la lutte contre la maladie Ebola.

Aux acteurs politiques, il a rappelé à leur responsabilité vis-à-vis des Guinéens, mais aussi de la sous-région :  » Depuis le dialogue de juillet passé, les deux côtés ont de la peine à se mettre autour de la table de dialogue. J’entends toutes sortes d’arguments de parts et d’autres sur le bien fondé d’un dialogue. Je crois que le moment est venu pour que les gens mettent les choses à plat. Chacun peut avoir ses raisons, mais je ne pense pas que le pays peut se permettre de rester longtemps dans cette situation de non dialogue », dit-il.

A la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante), Gerardus GIELEN, reproche un certain retard dans la communication. « J’ai participé moi-même à deux sessions de présentation par la Commission Electorale Nationale Indépendante sur leur analyse du processus électoral.  A l’issue de la première, j’ai dit à la CENI que c’était très bien qu’elle ait commencé de communiquer, mais  c’aurait été mieux de le faire avant », témoigne Gerardus GIELEN.

Des soupçons de détournement qui pèsent sur des institutions qui luttent contre Ebola à l’image de  la coordination nationale de lutte contre Ebola, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et cette multitude d’ONG qui évoluent sur le terrain de sensibilisation font souvent de commentaires à travers les médias guinéens. A une question de Guineematin.com de savoir si l’Union Européenne appuierait l’organisation d’audits sur l’utilisation de l’argent destiné à la lute contre Ebola, le chef de la Délégation, Gerardus GIELEN, opte plutôt pour une simple évaluation. « Je pense qu’on peut faire une évaluation, un audit comme on l’entend, ça sera très difficile. On parle de plusieurs milliards de dollars.  Les fonds sont passés par plusieurs organisations internationales ».

L’intégralité de l’interview à suivre sur Guineematin.com

Thierno Amadou Camara

 

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin