KouroussaComme on le sait, quatre détenus ont été sortis de prison et sauvagement assassinés, dans la matinée d’hier, dimanche 29 novembre 2015, à la prison civile de Kouroussa par des citoyens révoltés contre des décisions rendues par le juge de paix. Dans la soirée de ce lundi, chacun des ministères (Administration du territoire, Justice, Défense et sécurité) a révoqué son premier représentant dans la préfecture.

Ainsi, le préfet de Kouroussa, Dramane Condé, a été révoqué de ses fonctions pour fautes lourdes. D’ailleurs, depuis le début de ces douloureux évènements, personne n’a entendu le préfet qu’on nous a dit être à Conakry pour des raisons familiales…

Egalement révoqué, le juge de paix de Kouroussa voit des menaces de son ministre qui évoque une saisine du conseil supérieur de la magistrature comme le prévoit du reste la loi.

Gérant cumulativement les ministères Délégué à la Défense nationale et celui de l’Intérieur (anciennement la Sécurité), Me Abdoul Kabélé Camara a révoqué le chef de l’escadron de la gendarmerie de Kouroussa, le commandant Mohamed Wonkifong Camara,  et le commissaire de la police de Kouroussa, le commissaire divisionnaire Alhassane Baldé.

Le gouvernement a également menacé de mener des enquêtes pour identifier les auteurs de l’attaque de la prison civile et des dégâts humains (quatre morts) qui en ont résulté.

A suivre !

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin