Kintinian, SiguiriComme on le sait, les populations de la commune rurale de Kintinian sont assiégées depuis plusieurs jours par des forces de l’ordre venues de la ville de Siguiri. Mises en quarantaines, les populations craignent d’être exposées à la faim et autres précarités liées à cette obligation de « ville morte » où tout est bloqué ! Une délégation est dépêchée à Conakry pour essayer de rencontrer les ressortissants et les autorités centrales sur ce dossier très préoccupant.

Selon des habitants qui ont contacté Guineematin.com au téléphone, la zone risque de souffrir de faim ! « Les gens ne travaillent pas, le peu qu’ils ont à la maison va finir bientôt. Et, cela risque de créer des graves évènements. Parce que ventre affamé n’a point d’oreille », a dit Namory Kanté, un jeune habitant de la sous-préfecture.

Kintinian, Siguiri (6)Par ailleurs, les populations locales accusent les forces de sécurité de plusieurs cas de bavures. « Il y a eu des casses, des vols d’argent et d’objets précieux. Et, ils ont arrêté 16 personnes dont le jeune Mamady Camara qui a été gravement blessé par les agents des forces de l’ordre. Mais, il est avec les quinze autres en prison à Siguiri », a ajouté Namory Kanté.

En outre, une opération de recensement des habitants serait conduite de force. « Ils prennent en photo le chef de famille et dresse une liste des membres de la famille. Ils vous demandent si vous voulez être dédommagé en espèce ou bien par une maison », rapporte le jeune, regrettant que ces agents recenseurs dévalorisent les maisons où les citoyens sont trouvés.

Kintinian, Siguiri (8)Pourtant, notre informateur jure que ce qui était préalablement promis aux populations était beaucoup plus important. « Il avait été dit dans la convention que la SAG allait employer 75 jeunes de la localité, une banque sera construite, 15 kilomètres de caniveaux, un marché, des salles de classe une station d’adduction d’eau… ».
Aujourd’hui, plusieurs citoyens pensent que leurs problèmes ont commencé depuis qu’un guinéen (Mohamed Diaby) a remplacé l’expatrié (Thiery) à la tête de la SAG.

« C’est monsieur Mohamed Diaby qui est allé dire qu’il a eu une mine ici et que les populations sont d’accord de quitter sans condition pour que cette mine soit exploitée. Quand le président est venu ici, il a parlé de ça, les gens on accepté parce qu’ils pensaient que c’était la mine de la colline. C’est après que le ministre Boureima Condé est venu ici avec les agents de sécurité pour dire que c’est le village qui va être détruit pour exploiter nos mines. Nous ne sommes pas d’accord parce que c’est ici qu’il y a toutes nos repères », a dit un citoyen sous le couvert d’anonymat.

Kintinian, Siguiri (1)Comme on le sait, c’est la localité de Arwanne qui est visée par cette volonté de la SAG de faire déguerpir des citoyens pour exploiter une mine qui se trouverait dans leur village. En refusant que leur village soit détruit, les populations ont été envahies de plusieurs agents des forces de sécurité, entrainant plusieurs exactions et des nombreux dégâts matériels.

Ce mercredi 09 novembre 2015, Guineematin.com a appris des habitants de la zone qu’une délégation de huit personne a été dépêchés à Conakry pour chercher à rentrer les ressortissants de Kintinian vivant dans la capitale pour bien leur expliquer les énormes difficultés et les risques auxquels ils sont confrontés. Cette délégation ambitionne aussi rencontrer les autorités au plus haut sommet pour expliquer que les citoyens de Kintinian ne sont pas opposés au pouvoir, mais veulent quand même préserver leur village hérité de leurs grands parents.

Abdoulaye Oumou Sow pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 620 848 501/ 656 486 601

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin