Kankan : un caporal de l’armée fusillé par des inconnus armés à son domicile

Hôpital de Kankan, le fusillé, caporal Souleymane Keita
Le caporal Souleymane Keita à l’hôpital de Kankan

L’insécurité ne cesse de grandir à Kankan. Un caporal de l’armée guinéenne a été fusillé au quartier Hamdanlye- Bordo de Kankan. Ce sont des hommes lourdement armés des armes  de guerres qui ont attaqué et fusillé le jeune caporal, Souleymane Keita, a appris Guineematin.com à travers son correspondant local.

Selon nos informations, le caporal Keita est en service à la frontière Guinéo-malienne du côté de Mandiana.

« Il était rentré à Kankan la nuit d’hier, mercredi 16 Décembre 2015, pour rendre visite à son épouse qui a accouché d’un bébé il y a à peine (2) semaines. C’est donc après son retour qu’il a reçu cette visite inopinée qui a duré environ une heure (de 2H 50mn à 3H 30mn) », a dit un voisin qui a requis l’anonymat.

Un autre ayant entendu les coups de feu a confié à Guineematin.com que « les assaillants ont tiré plus de (12) coups de fusil ».

Selon la belle-mère du caporal, Mme Mariame Doukouré,  « à l’arrivée des bandits, ils ont tenté de défoncer la porter du salon par la force. Mais, en vain, c’est ainsi qu’ils se sont mis à tirer sur la porte. Puis, ils ont eu accès. Au salon, ils ont d’abord tiré sur Souleymane Keita et ont emporté sa moto de marque TVS Juve toute neuve ».

A rappeler que les balles ont atteint Souleymane Keita au niveau de l’abdomen. Ce n’est après que les assaillants se sont retirés que les voisins ont pu sortir pour venir au secours car tous les accès étaient bouclés par des gens armés a-t-on dit. Un voisin très proche de la famille attaquée a d’ailleurs reçu un appel de la famille de ne pas sortir car ceux qui ont attaqué sont nombreux et seraient lourdement armés.

C’est après toute l’opération que les voisins sont venus pour envoyer le caporal blessé et saignant à l’Hôpital régional de Kankan cela vers 3H 50. « Arrivée à l’urgence, on s’est occupé du blessé », nous a rapporté une source proche du caporal. Selon la même source, c’est l’opération pour l’extraction des balle qui ont prit du temps. Celle-ci n’a pu être effectuée que vers 6H du matin qu’il a été admis au bloc pour son opération. « Ce qui montre que la lourdeur et la lenteur des services de notre administration ; or, le chef service en était informé dès notre arrivée » a ajouté une autre source.

A noter que cette attaque s’est déroulée pendant qu’il y a une autre patrouille dans la ville.

De Kankan, Mamadou Sounoussy Diallo pour Guineematin.com

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS