le grand marché de N'zérékoréLa population de N’zérékoré a été prise par la panique ce mercredi 20 janvier 2015 après avoir aperçu un homme  succombé des suites d’une hémorragie au marché central, a appris Guinneematin d’une source locale.  

C’est dans l’après midi de ce mercredi précisément, après  la prière de 14H qu’un commerçant au marché central de Nzérékoré a trouvé devant son magasin, un jeune homme souffrant. Entre temps, le commerçant qui venait d’honorer ses obligations religieuses, a aperçu la victime vomir une importante quantité de sang. Effrayé, le commerçant a donc joint au téléphone la croix rouge. Malheureusement, avant l’arrivé des secours, la victime a succombé à l’hémorragie.

Alerté, le président de la délégation spéciale de Nzérékoré s’est aussitôt rendu sur les lieux pour s’imprégner des faits.

« C’est un passant qui m’a appelé. Il m’a informé et m’a signifié que la victime était abandonnée à elle-même. Entretemps, j’ai informé l’hôpital qui a appelé à son tour l’OMS. Puisque c’était en plein marché, à l’arrivée de la croix rouge, on a fait le barrage, et toutes les dispositions ont été prises pour désinfecter les lieux et le corps a été préparer pour ensuite se rendre à l’hôpital. » Explique le président de la délégation spéciale de N’zérékoré, Pé Mamady Bamy, joint au téléphone par guinéematin.com

Poursuivant, M. Bamy indique que la brigade de recherche a également été interpellé pour constater les faits avant que le corps ne soit transféré à la morgue de l’hôpital régionale de N’zérékoré.

Vue donc la psychose que cette mort a provoquée au marché central, surtout en ce jour du marché hebdomadaire, la croix rouge a procédé à un prélèvement de sang pour vérifier si le virus Ebola est derrière cette hémorragie dont la victime s’en est pas sortie.  Heureusement dit le président de la délégation, quelque temps après le prélèvement, les résultats au virus Ebola se sont révélés négatifs.

Ce drame intervient après que l’OMS ait déclaré la Guinée exempt de l’épidémie à virus Ebola. A cet effet, le président de la délégation a invité tous les citoyens à être plus vigilant car dit-il, ils contrôlent la situation. « Quand de telles choses arrivent, il faudrait qu’on soit vigilant et ne pas céder à la panique surtout que nous sommes en période de surveillance d’après Ebola » insiste t-il.

Pour l’instant, le corps est en attente d’identification car depuis les faits, ni un membre de la famille ni un proche ne s’est encore présenté pour réclamer le corps.

Yayé Aissata Diallo, pour guinéematin.com

Tél. : 620 03 66 65

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin