Dans une conférence de presse tenue ce jeudi 29 décembre 2016 dans les locaux de son département, le ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, Docteur Abdourahmane Diallo, est revenu sur ses onze mois à la tête de ce département.

Tout d’abord, le ministre de la Santé a rappelé les 5 points de sa lettre de mission, à savoir : renforcer la prévention et la prise en charge des maladies et des situations d’urgence ; promouvoir la santé de la mère et de l’enfant ; renforcer le système national de santé ; offrir des soins de qualités aux malades ; et, améliorer la gouvernance du secteur de la santé.

Parmi les nombreuses réalisations citées par le ministre, figurent entre autres, la mise en place et l’équipement de huit équipes régionales d’appui de riposte aux épidémies ; la construction de 29 centres de traitement épidémiologiques ; et, l’organisation de six campagnes de vaccination de masse contre la poliomyélite avec plus de 3 700 000 enfants de 0 à 59 mois vaccinés.

Toujours dans le cadre du renforcement de la prévention, de la prise en charge des maladies et des situations d’urgences, Docteur Diallo a parlé du développement et de la mise en place d’un système de surveillance à base communautaire avec équipements. « 1 500 kits à tous les niveaux et secteurs connexes. De téléphones avec plus de 5 000 agents formés et opérationnels à tous les niveaux de la pyramide sanitaire », a rappelé le ministre.

Dans le cadre de la promotion de la santé maternelle et de l’enfant, Docteur Abdourahmane Diallo a parlé de la dotation de tous les hôpitaux, les centres communaux et centres de santé en kits obstétricaux  de césariennes.

S’agissant de la contribution du gouvernement dans ce domaine, le ministre de la Santé a dit que le montant s’élève à 1 187 225 USD et un cofinancement de 313 500 USD payés à GAVI par le gouvernement.

L’autre point touché par le ministre de la Santé est le démarrage et le suivi des travaux de construction/rénovation du CHU de Donka, des hôpitaux communaux de Matoto, Maférinya, Guèké et Banankoro, mais aussi l’achèvement de 41 centres de santé et 18 établissements de soins équipés en matériels de laboratoires, etc. « Les travaux de rénovation et d’équipements du CHU de Donka permettra de limiter les nombreuses évacuations sanitaires », a-t-il précisé.

Pour ce qui est de l’étude pour la réalisation des hôpitaux régionaux universitaires de Kankan et de N’Zérékoré, Docteur Abdourahmane Diallo a annoncé la mise à la disposition des hôpitaux des ressources pour leurs services d’urgences. « 23 milliards de subvention nationale, 12 camions d’approvisionnement pour pharmacie centrale et 10 agents formés en gestion de stocks mais aussi la répartition du personnel de santé en rétablissant les comités d’affectation et en interdisant des affectations sur Conakry, Coyah et Dubréka », a-t-il expliqué aux journalistes.

Quant à la mobilisation des ressources financières pour l’informatisation de la gestion des produits de santé, Docteur Abdourahmane Diallo a parlé de 44,5 millions de dollars à travers la proposition de subvention RSS/PEV Gavi et 1,2 millions de dollars à travers la fondation Bill and Melinda Gates.

A la question de savoir comment il compte faire pour régulariser la floraison des cliniques privées dont certaines ne répondent pas aux normes, le ministre a répondu que déjà une équipe de son département a sillonné l’ensemble du pays. « On a catégorisé les structures pour voir celles qui sont conformes. Celles qui ont un permis d’exploitation et celles qui n’en ont pas. Certaines ont été demandées de se mettre en règle, d’autres ont été automatiquement fermées », a-t-il révélé, avant de reconnaitre que le phénomène persiste, malgré tout. Pour lui, cette persistance découle du fait que l’ordre des médecins est resté inopérant depuis plusieurs années. « Des fois, je taquine mes frères médecins et pharmaciens en disant que ce sont eux qui font du tord à la population. Vous voyez un médecin qui s’en va pour ouvrir une clinique sans suivre la procédure. Voilà pourquoi nous avons fait du renouvellement de cet ordre une priorité », a-t-il ajouté.

Enfin, Docteur Abdourahmane Diallo, a rappelé que son arrivée à la tête du département de la Santé est intervenue en pleine crise Ebola dont l’ampleur des dégâts causés au sein de la population et dans le corps médical a démontré la faiblesse du système de santé de notre pays.

Mamadou Alpha Assia Baldé et Abdoualye Oumou Sow pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin