Le défunt, Jean Mamadouno

Originaire de la préfecture de Guéckédou, Jean Mamadouno, un jeune maçon, a été assassiné par balles dans la nuit d’hier à aujourd’hui, dimanche 08 avril 2018. Ce crime a été perpétré non loin de l’école privée Iboun Ibrahim, située au quartier Tobolon, dans la commune de Dubréka, aux environs de 3 heures du matin, a appris un reporter de Guineematin.com qui s’est rendu sur place.

Tamba Abraham Tolno, témoin

À en croire Tamba Abraham Tolno, qui était avec la victime dans la même maison peu avant sa mort, quand ils ont entendu les tirs dehors, ils ont tous cru que c’est le transformateur du quartier qui a éclaté. « On était ensemble la nuit jusqu’aux environs de 1 heure du matin. Il repassait ses habits. Nous sommes rentrés pour dormir. Quelques temps après, nous avons entendu des rafales. Il s’est levé le premier pour m’appeler et demander si ce n’était pas le bruit de notre transformateur. Il m’a demandé d’ouvrir la maison, il est sorti le premier parce que moi, je n’étais pas habillé. Après, sa femme qui est en état de famille l’a suivi. Automatiquement, ils ont tiré sur lui », a expliqué Tamba Abraham Tolno, très ému par cette perte cruelle.

Egalement trouvé sur place par Guineematin.com, le président de la délégation spéciale de Dubréka, Mackiou Sall, s’est dit très attristé par les multiples assassinats dans la zone. « C’est toujours triste. La semaine dernière aussi, il y a eu deux jeunes qui ont été assassinés dans ce même quartier. Il faudrait que nous prenions contact avec les autorités préfectorales et les forces de sécurité pour que des dispositions soient prises pour sécuriser les populations », a dit Mackiou Sall.

Mackiou Sall, maire de Dubréka

Le président de la délégation spéciale de Dubréka a appelé les populations locales à la vigilance et les jeunes à la mobilisation pour mettre en place des structures internes afin de pouvoir contrôler les mouvements dans leurs quartiers.

« A une certaine heure, il faudra qu’on sache qui sont les gens qui circulent dans les quartiers. Il y a certains qui circulent et qui ne sont pas du quartier, c’est-à-dire des personnes étrangères puisque je ne pense pas que ça soit les jeunes du quartier qui puissent faire ces actes », a dit le maire.

Selon certains informateurs rencontrés sur place, la gendarmerie aurait procédé à l’interpellation d’au moins deux personnes dans le cadre des enquêtes.

À rappeler que le corps de Jean Mamadouno a été déposé à la morgue du CHU d’Ignace Deen dans la matinée de ce dimanche, 08 mars de 2018. Et, au moment où nous quittions la famille du défunt, vers 13 heures, aucun programme n’avait été précisé pour son inhumation.

De retour de Tobolon, Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin