L’augmentation du prix du carburant, décidée récemment par le gouvernement guinéen, fait ses effets sur le terrain. Outre la hausse du prix du transport, les prix de certains produits alimentaires ont été revus aussi à la hausse sur les différents marchés de la capitale, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Mohamed Chérif Diallo

Environ deux semaines après la décision du gouvernement guinéen de rehausser le prix du carburant de 25%, les effets sont font sentir sur le terrain, notamment dans les marchés. Les prix de certains produits alimentaires ont été légèrement revus à la hausse, selon Mohamed Chérif Diallo, commerçant au marché de Matoto.

« Il y a eu une légère augmentation des prix de certaines denrées alimentaires, c’est notamment le riz Bangladesh, l’huile de palme et l’oignon. Les autres prix n’ont pas augmenté, parce que depuis qu’ils ont augmenté le prix des produits pétroliers, on n’a presque pas travaillé en raison de la grève des syndicats et de des journées ville morte appelées par la société civile. Mais je suis certain que tous les prix vont augmenter à partir de demain sur le marché, parce que nous allons acheter aujourd’hui de nouvelles marchandises », indique-t-il.

Pour ce qui est des prix qui ont déjà été revus à la hausse, il souligne que le sac de riz qui était vendu entre 180 000 et 185 000 GNF est passé à 190 000 GNF. Le sac d’oignon qui coûtait 135 000 est vendu aujourd’hui à 145 000 GNF. Le bidon d’huile rouge de 20 litres était à 210 000 GNF, il est passé maintenant à 220 000 GNF.

M’mah Soumah

Les condiments cultivés chez nous ont connu aussi une hausse de leur prix, pour certains en tout cas. C’est ce que nous a confié M’Mah Soumah, vendeuse au marché de Koloma : « Pour l’instant, c’est quelques denrées dont les prix ont augmenté. C’est le cas de l’aubergine et du piment. Pour ce qui est du piment par exemple, le kilogramme est passé de 11 000 GNF à 14 000 GNF suite à l’augmentation du prix du carburant », explique cette dame.

Tous les vendeurs que nous avons rencontrés s’accordent à dire que les prix des autres produits qui sont encore inchangés, devraient tous connaître une hausse dans les prochains. Pendant ce temps, les Forces sociales de Guinée et les syndicats décident de faire front commun pour obliger le gouvernement à revenir sur sa décision d’augmenter le prix du carburant.

Ramatoulaye Diallo pour Guinneematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin