Des centaines de citoyens de la commune urbaine de Labé ont répondu dans la matinée de ce mardi, 17 juillet 2018, à l’appel des forces sociales de la préfecture en battant la pavé contre l’augmentation jugée unilatérale du prix du carburant à la pompe, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Les nombreux manifestants qui sont descendus ce mardi matin dans les rues de la commune urbaine de Labé étaient munis de pancartes sur lesquelles on pouvait lire des slogans comme : « 8000, C’est bon », « Halte à la corruption », « Respectez la constitution (Art.36) ! Déclarez vos biens ! », « Je suis guinéen, je ne demande qu’à vivre. 8000, c’est bon », « le peuple ne va pas payer la facture de la mauvaise gouvernance », « le peuple dit non à la gabegie financière » etc.

Aucun incident n’a été enregistré ou signalé le long du parcours sur l’itinéraire, à la grande satisfaction des organisations de la société civile de Labé.

« La marche s’est bien passée, à la grande satisfaction des organisateurs. La qualité de la mobilisation prouve à suffisance que les responsables de la société civile locale sont effectivement porteurs du messages des citoyens de Labé » confie le président de l’antenne locale de la Plate-forme National des Citoyens Unis pour le Développement (PCUD), Ibrahima Sory Bandia.

Devant le bloc administratif préfectoral, le porte-parole des forces sociales de Labé, Elhadj Lamine Sangaré, secrétaire général de l’Union Régionale des Travailleurs de Labé, affiliée à la CNTG a tenu à prévenir que tant que le gouvernement n’entendra pas raison la pression sociale va continuer.

« La lutte ne fait que commencer. Jusqu’à la satisfaction de la revendication populaire, les trois premiers jours de chaque semaine seront consacrés à des mouvements de grève et à des journées ville morte » a-t-il indiqué.

Pour le président de la branche OGDH des Hommes d’Affaires de Labé, Chérif Hamidou Haïdara, une telle dynamique contribue à rétablir la confiance entre les organisations de la société civile et les citoyens.

Il est à noter que quelques heures seulement avant le début de cette marche pacifique, les autorités préfectorales ont cherché à rencontrer les organisateurs de la manifestation qui n’ont pas déposé une lettre d’information à la Mairie. Mais, les leaders syndicaux et les responsables des organisations de la société civile n’ont pas répondu à cette invitation du secrétaire général chargé des collectivités décentralisées de Labé, Lanciné Sangaré.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin