image d’archive

C’est par un communiqué du Gouvernorat de la ville de Conakry que le pouvoir Alpha Condé a annoncé son bras de fer avec les forces sociales de Guinée. La marche de ce lundi, 23 juillet 2018, qui a été préalablement « autorisée » par les communes de Matoto, de Matam et de Dixinn a été déclarée « interdite » par ce communiqué…

Au même moment, la puissante inter centrale CNTG-USTG a annoncé qu’elle déclenchera demain, lundi, une grève générale et illimitée à partir de ce lundi, 23 juillet 2018, sur toute l’étendue du territoire nationale. Ce qui signifie que les transports et plusieurs autres activités professionnelles seront perturbées à Conakry comme dans certaines parties de l’intérieur du pays.

Par ailleurs, il est à craindre la reprise des émeutes entre les partisans de la protestation et les agents des forces de sécurité notamment dans certains quartiers de la capitale guinéenne. Ainsi, c’est une autre semaine d’incertitude qui s’ouvre…

A suivre !

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin