Contre vents et marrées, la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) poursuit l’exécution de son chronogramme en prélude aux élections législatives du 16 févier 2020. L’opération d’affichage des listes électorales, entamée il y a deux jours, connait des problèmes tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays. De nombreuses affiches ont été déchirées, d’autres incendiées à N’zérékoré, Mamou, Boké, Kaloum. C’est le cas également au secteur 7 à Démoudoula, du quartier Kaporo Rails, dans la commune de Ratoma, où des inconnus s’en sont pris aux affiches, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Toutes les fiches électorales provisoires, affichées le samedi 18 janvier à la mosquée de Diallo Samba à Démoudoula, ont été déchirées pendant la nuit du dimanche.

Bandjougou Sidibé, chef secteur de Démoudoula

Interrogé à ce sujet, Bandjougou Sidibé, le chef secteur de Démoudoula, a exprimé sa surprise devant cet acte. « Nous avons reçu les listes électorales provisoires, sous les ordres de la CENI. Donc, le chef de quartier nous a ordonnés de venir les afficher. Donc, c’est le Samedi aux environ 17 heures qu’on a commencé les affichages, et nous avons terminé ça ici hier dimanche, dans ce grand hangar de la mosquée de Diallo Samba. De la journée d’hier jusqu’après la prière de 20 heures, ici était très joli avec les affiches de ces listes, car tous les alentour du hangar étaient affiché et c’était très beau à voir. On avait informé plusieurs sages qui ont dit c’est une bonne chose et que ce n’est pas un problème, car c’est dans l’intérêt de la population. Donc, de faire en sorte que chacun puisse être en possession de sa carte d’électeur. Si tu ne votes pas cette fois-ci, tu le feras une autre fois. Mais toujours, ce recensement prouve que tu es Guinéen. C’est dans ça que nous nous sommes entendus. Malheureusement, nous avons constaté ce lundi matin à 6 heures, que toutes les fiches ont été complètement balayées, arrachées, et déchirées du mur par des inconnus. Nous ne savons pas où ils ont mis ces fiches et nous n’avons pas également constaté des jets de pierres », a expliqué monsieur Sidibé.

Plus loin, notre interlocuteur condamne cet acte et s’interroge sur la tenue du vote à la date indiquée par la CENI. « Cet acte n’est pas bon pour le pays et aussi pour les citoyens. Avec cette allure, je ne suis pas sûr qu’on puisse aller aux élections, parce que si tu perds ton outil de travail dans le noir, comment vas-tu faire ce travail ? Faire ce travail sera compliqué. Ici, c’est Dieu qui peut sauver la Guinée de cette obscurité qui se présente », a dit le chef du secteur 7 de Kaporo Rails.

Ramadan Sall, conducteur de moto taxi

Par contre, Ramadan Sall, conducteur de moto taxi, ne condamne pas cet acte même s’il n’en connait pas les auteurs. « D’une autre façon, je dirai que ceux qui ont fait ça ont raison, parce que notre président de la République ne fait pas ce qui se doit. Ces élections législatives là, elles sont boycottées par l’opposition. Ce n’est pas des élections ça », a-t-il lancé.

Il faut noter que 5037 personnes étaient inscrites sur ces listes qui ont été déchirées à Kaporo Rails, avec 2599 hommes et 2438 femmes.

Les fiches de la Mosquée Saoudi, à environ 200 mètres de là, ont connu le même sort.

Fatoumata Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin