Un conteneur rempli de ballots de friperie a pris feu au rond-point du Km36, relevant de la préfecture de Coyah, dans la nuit d’hier vendredi, 24 janvier 2020. Des centaines de balles neuves de fripes, d’une valeur de 5 millions de francs guinéens ont été calcinés par les flammes de cet incendie dont l’origine est pour le moment inconnu, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Les femmes vendeuses de friperie du marché du Kilomètre 36 n’ont fait que constater les dégâts dans la matinée de ce samedi, 25 janvier 2020. Des balles de friperie, non déballées pour certaines et déballées pour d’autres, ont pris feu sous l’œil impuissant des gardiens du conteneur.

Djokolie Traoré, victime

Djakoly Traoré, vendeuse de friperie et victime du sinistre, est revenue sur sa mésaventure. « Nous sommes venues trouver ce matin qu’on a incendié le conteneur dans lequel on stocke nos marchandises. Nous mettons à l’intérieur de ce conteneur des balles non ouvertes, et dehors nous mettons celles qui sont en cours de vente dans les sacs. Nous avons des gardiens qui passent la nuit que nous payons chaque matin. Ce matin, c’est ce malheur que nous sommes venues trouver. Les gardiens nous ont dit qu’ils ont vu aussi le feu comme ça, vers les 23 heures. C’est ainsi qu’ils sont partis à la station service d’à-côté pour prendre du gaz afin d’éteindre les flammes. Quand ils ont ouvert le conteneur pour éteindre le feu, la flamme avait presque tout consumé à l’intérieur et vu l’intensité de la flamme, les colis de dehors aussi ont pris feu. Pratiquement, tout ce qu’il y avait ici en termes de marchandises et de jantes ont été brûlées ».

Selon Djakoly Traoré, cet incendie serait causé par des individus mal intentionnés. « Nul ne peut quand même dire qu’il s’agit d’un court circuit parce qu’il n’y a pas le courant électrique dedans ni à l’entourage. Le conteneur est posé au rond-point à ciel ouvert. Il n’est contigu à aucune maison. Donc, il s’agit du fait des hommes mal intentionnés »

En outre, la dame n’a pas caché sa déception face à ce malheur qu’elle a subi. « Moi, je suis diplômée mais, c’est ici que je viens me débrouiller parce qu’il n’y a pas d’emploi. S’ils viennent une nuit pour réduire tous nos efforts là en cendres… Je suis revenue de Madina avant hier avec 4 balles, il y a des gens qui peuvent en témoigner. Vous pouvez demander aux magasiniers qui étaient là aussi. C’est seulement hier que j’ai ouvert une balle, mais comme il n’y avait pas assez de clients, je l’ai fait rentrer. C’est tout ce qui est calciné comme ça. J’ai acheté ces balles là une à 900 mille GNF, à 1 million 200 mille GNF, et les deux autres à 1 million 450 mille GNF chacune. Le montant global s’élève à 5 millions GNF ».

Une réunion a été organisée autour de cette situation, regroupant le préfet de Coyah, le maire de Manéah et les chefs de quartiers. Mamady Kaba, chef du quartier Sanoyah Rails Plateau, a expliqué les mesures prises pour la circonstance.

Mamadi Kaba, chef du quartier Sanoyah rail plateau

« Ce matin, le préfet, son secrétaire général chargé des collectivités et le maire, étaient tous venus à 36 pour constater ces faits. Au cours des débats nous avons décidé de demander aux femmes de se calmer pour qu’on fasse un recensement, pour savoir qui a perdu quoi dans cet incendie. Et une enquête est ouverte par la police pour situer les responsabilités. Pour le moment, on n’a aucune information par rapport à l’origine de cet incendie. Seulement, il faut qu’on n’interroge les gardiens et certaines femmes qui passent la nuit là-bas pour qu’ils s’expliquent. En attendant le préfet a instruit qu’on installe sur les lieux une brigade de vigilance ».

Selon nos informations, les gardiens des lieux auraient été interpellés pour des fins d’audition.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Tel : 626-66-29-27

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin