Les violences enregistrées en Guinée, nées de la volonté du président Alpha Condé de s’accrocher au pouvoir au-delà de son mandat constitutionnel, ont entrainé des morts, des blessés et des dégâts matériels importants. La ville de Labé a été endeuillée par la mort de 3 personnes le jeudi, 23 janvier 2020, suite à l’intervention des forces de l’ordre. Très ému par l’assassinat de ces jeunes à la fleur de l’âge à Labé, le premier imam de Labé, Elhadj Mamadou Badrou Bah n’a pas pu retenir ses larmes devant le corps de Thierno Ousmane Barry, froidement abattu par les forces de l’ordre, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Les événements douloureux qui ont marqué la ville de Labé ont moralement affecté le premier imam de Labé. Le corps du jeune chauffeur, tué par balle le jeudi 23 janvier 2020, a été finalement envoyé à la grande mosquée, suite au refus catégorique des forces de l’ordre de libérer le passage aux jeunes pour son dépôt à la morgue de l’hôpital régional.

S’inclinant pieusement devant le corps imbibé de sang, Elhadj Mamadou Badrou Bah n’a pas pu retenir ses larmes, devant des jeunes meurtris et choqués par la mort d’un des leurs.

Dans son sermon d’hier vendredi, le premier imam, la voix tremblotante, a eu de la peine à terminer les bénédictions devant les quelques fidèles musulmans venus s’acquitter de la prière. « Nous demandons à Dieu que l’injustice et les tueries cessent en Guinée. Et tout ce qui est source de difficultés que nous traversons actuellement, qu’Il nous en débarrasse. Que Dieu fasse de notre pays un havre de paix », a-t-il laissé entendre.

Il faut signaler que les corps des deux jeunes tués par balles ont été inhumés ce vendredi, 24 janvier 2020. L’un à Sangâré, dans Companya ; et l’autre à Bournété, apprend-on du maire de la commune urbaine, Mamadou Aliou Laly Diallo.

Depuis Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin