ENI de Kankan : les cours à l’arrêt depuis une semaine

Cela fait une semaine qu’il n’y a pas cours à l’ENI de Kankan. Et pour cause, les élèves-maîtres de cet établissement d’enseignement technique sont en grève pour protester contre le non-paiement de leur bourse d’entretien. Selon le correspondant local de Guineematin.com qui s’est rendu sur les lieux ce lundi, 27 janvier 2020, l’établissement était déserté par les élèves.

Ce lundi matin, l’atmosphère laissait penser à un jour férié à l’Ecole Normale d’Instituteurs (ENI). Toutes les salles de classe sont fermées et la cour est vide. Après avoir manifesté la semaine dernière dans l’enceinte de l’établissement et dans la rue, les élèves-maîtres refusent toujours de reprendre les cours jusqu’au paiement de leur bourse d’entretien pour les trois derniers mois. Au passage de notre reporter, deux élèves seulement étaient présents sur les lieux.

Zeinab Baldé, vice-présidente du comité des élèves-maîtres de l’ENI de Kankan

Il s’agit notamment de Zéinab Baldé, la vice-présidente du comité des élèves-maîtres de l’ENI de Kankan. « Nous sommes là pour surveiller les gens pour ne pas qu’ils commettent des dégâts ici. Vous savez que jusqu’à présent les gens ne sont pas payés. Ils ont voulu faire la manifestation violente mais au niveau du comité, nous les avons empêchés. Certains voulaient même brûler la direction, mais heureusement nous avons réussi à les maîtriser, ils sont tous rentrés à la maison », a-t-elle dit.

Tout en déplorant l’arrêt des cours à l’ENI de Kankan, Zéinab Baldé estime que la revendication des élèves-maîtres est légitime. « Sincèrement, je déplore cette situation, les élèves-maîtres ont raison. Nous avons raison, parce que c’est notre droit, je ne sais pas pourquoi l’argent retarde. Je prie l’autorité de nous comprendre, même si c’est un pécule, nous en avons vraiment besoin. La fois dernière, l’inspecteur régional de l’enseignement technique nous a dit qu’avant la fin de la semaine, on allait être payés.

Aujourd’hui, c’est une nouvelle semaine qui commence, et jusqu’à présent on n’a rien vu. Vraiment, je regrette et déplore cela. Je me dis que c’est notre droit, nous devons être payés. Mais, si nous manifestons violemment aussi, ça va créer des ennuis à tout le monde », a laissé entendre la vice-présidente du comité des étudiants de l’ENI de Kankan.

Approché par notre reporter, le directeur de l’ENI de Kankan, Morikè Camara, n’a pas souhaité se prononcer sur cette situation.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS