Dr Faya Millimono, président du BL

Comme annoncé précédemment, la Cour Constitutionnel de Guinée a rendu son arrêt sur les résultats définitifs du contesté référendum du 22 mars 2020. Elle a validé le scrutin ce vendredi, 3 avril 2020, en revoyant à la baisse les chiffres des résultats provisoires, avec une victoire du Oui à 89,76%. Pour Dr Faya Millimouno, leader du Bloc Libéral et membre du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), cet arrêt est un « non événement ».

Dr Faya Millimouno, à l’image de plusieurs hommes politiques et d’autres acteurs de la Société Civile, fait partie de ceux qui se sont battus contre ce qu’ils appellent le « coup d’Etat Constitutionnel ». Interrogé ce vendredi sur l’arrêt de la Cour Constitutionnel, le leader du BL parle d’un non événement.

« D’abord, c’est un non-évènement dans la mesure où, au niveau du FNDC dont le Bloc Libéral est membre, depuis le début, nous avons dit que nous empêcherions ces élections. Et, c’est ce que nous avons fait. Donc pour nous, tout le monde sait que les chiffres qui ont été donnés sont sortis de l’ordinateur et non des urnes, parce qu’on n’en a pas eu.

S’il y a eu des urnes qui ont même été bourrées, peut-être c’est en Haute Guinée. Nulle part ailleurs il y a eu véritablement de vote. Tout ce qui sort de cela donc, pour nous est nul et de nul effet.

Même dans les conditions normales, je ne m’attendrais pas à grand chose de cette Cour Constitutionnelle après Kéléfa Sall. Celui-ci a trouvé la mort. Après, c’est avoir des béni-oui-oui. C’est cela parce qu’on a vu le comportement de cette Cour quand, tout au long du processus, la loi a été violée. Il suffisait qu’on les appelle, on dit non, l’arrêt va vous trouver et vous pouvez déjà faire le décret. Qu’est-ce qu’on peut attendre d’une telle Cour ? »

Propos recueillis par Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin