Un présumé chef de réseau de voleurs de bétail du nom de Diallo Alseyni, habitant le district de Niéguéré, dans la commune rurale de Korbé pourrait comparaître ce jeudi, 9 avril 2020, devant le juge de paix de Lélouma, Ousmane Koulibaly, pour la soustraction frauduleuse de plusieurs têtes de bœufs aux préjudice de certains éleveurs de Diountou, dans la préfecture de Lélouma et de Gaoual, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Le prévenu a été interpellé, il y a quelques jours, avec deux bœufs appartenant à Modi Mamadou Benté Diallo domicilié à Diountou, dans la préfecture de Lélouma. Son interpellation a vite fait le tour de la contrée et des localités voisines.

Plusieurs autres éleveurs ont immédiatement déposé des plaintes contre la même personne pour des faits de vols constatés dans leurs parcs par le passé. Parmi les plaignants, on retrouve des éleveurs de la préfecture de Gaoual qui réclame à l’accusé près de 100 (cent) têtes de bœufs volées, dit-on, en 2016.

A l’époque, ce groupe de plaignants de Gaoual avait fait arrêter et déposer Alseyni Diallo au poste de police de Thianguel-Bori d’où il aurait réussi à s’évader pour la Mauritanie. C’est à son retour qu’il aurait soustrait les bœufs de Modi Benté Diountou.

Contacté dans la soirée de ce mercredi, 8 avril 2020, Modi Benté Diountou a confirmé au téléphone de Guineematin.com aux environs de 22 heures qu’il est effectivement invité à se présenter avec les bœufs en question à la Justice de Paix de Lélouma au plus tard à 8 heures pour une confrontation à la barre avec l’accusé.

Il ajoute avoir reçu des menaces ouvertes d’un jeune gendarme en service à Labé qu’il présente comme étant le jeune frère de l’accusé. L’intéressé aurait déclaré à l’éleveur de Diountou que son grand frère ne va pas passer la nuit en prison tant qu’il est en service, « quelques soit le montant que je vais débourser pour cette affaire.»

Aux dernières nouvelles, deux autres bœufs soustraits frauduleusement à Diountou, le mercredi, 8 avril 2020, auraient été retrouvés le même jour dans le district de Nyéguéré, où une boucherie « clandestine » ouverte depuis longtemps fatigue les éleveurs de la contrée.

Les plaignants de Gaoual sont déjà arrivés dans la commune urbaine de Lélouma où ils espèrent affronter devant le juge de paix l’accusé qu’ils recherchent activement depuis 2016.

Depuis Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 259 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin