Kaba Bachir

« La mal gouvernance, les tergiversations et la corruption ont fait fuir les majors comme VALE, RIO TINTO, BHP BILLITON. Le barrage de Kaléta, complètement bâclé et surfacturé. De 250 millions de dollars quand le projet était piloté par la BAD au temps de Lansana Condé, il a été réalisé à 526 millions de dollars. Il a fallu ajouter la somme de 80 millions pour le transport de l’électricité afin d’éviter une forte déperdition. En plus, il y a l’incompétence à tous les niveaux et le tout dans une impunité qui favorise les détournements à grande échelle », a notamment indiqué Kaba Bachir.

La gestion de notre pays depuis l’accession au pouvoir du président Alpha Condé est souvent critiquée par nos compatriotes. Au delà des difficultés économiques actuelles, les droits de l’Homme auront été violés systématiquement ces dernières années avec des centaines de morts suite à la répression de toute forme de manifestation. Pour parler de ces questions, un reporter de Guineematin.com s’est entretenu hier, lundi 25 mai 2020, avec Kaba Bachir, expert-comptable (IEC) et activiste politique, membre du FNDC Bruxelles.

Guineematin.com : Pourriez-vous présenter pour nos lecteurs ?

Kaba Bachir : je vous remercie de me donner l’opportunité de m’adresser à vos lecteurs. Mon nom est Kaba Bachir. Je suis expert-comptable, Conseiller fiscal, diplômé en Banque, Bourse et Finances. Je suis plus connu comme activiste politique et fondateur du site www.kababachir.com

Guineematin.com : quel regard portez-vous sur la gouvernance Alpha Condé qui dirige la Guinée depuis le 21 décembre 2010 ?

Kaba Bachir

Kaba Bachir : le bilan du président Alpha est tout sauf reluisant. Un bilan globalement négatif. Cette gouvernance se caractérise par un tissu social en lambeaux et une succession de rendez-vous manqués. Le fiasco du Simandou. La 1ère tonne de fer devait être exportée en avril 2015. On a tergiversé, les cours se sont effondrés et les partenaires se sont découragés ; surtout, les coûts ont explosé. Les importants investissements dans la transformation de la bauxite en alumine et en aluminium ont été délaissés au profit de l’exportation de la bauxite sans aucune transformation avec une faible valeur ajoutée. La mal gouvernance, les tergiversations et la corruption ont fait fuir les majors comme VALE, RIO TINTO, BHP BILLITON. Le barrage de Kaléta, complètement bâclé et surfacturé. De 250 millions de dollars quand le projet était piloté par la BAD au temps de Lansana Condé, il a été réalisé à 526 millions de dollars (agence Ecofin du 17/08/2011). Il a fallu ajouter la somme de 80 millions pour le transport de l’électricité afin d’éviter une forte déperdition. En plus, il y a l’incompétence à tous les niveaux et le tout dans une impunité qui favorise les détournements à grande échelle.

Guineematin.com : le 22 mars dernier, Alpha Condé a réussi à changer la constitution qui limitait le nombre de mandat présidentiel à deux. On lui prête l’intention de briguer un 3ème mandat…

Kaba Bachir : c’est un secret de polichinelle, tout porte à croire que le président Alpha Condé est prêt pour le parjure. Heureusement, les Guinéens sont déterminés à s’opposer à cette présidence à vie. Ils ont compris que cette gouvernance a montré ses limites. Le FNDC, les pays voisins et la Communauté internationale ne resteront pas bras croisés et regarder Alpha Condé dérouler son programme. Il s’agit d’une violation du Protocole de la CEDEAO A/SP1/12/01 sur la démocratie et la bonne gouvernance additionnel au protocole relatif au mécanisme de prévention, de gestion, de règlement des conflits, de maintien de la paix et de la sécurité. Les pays limitrophes ne souhaiteraient pas être les dommages collatéraux de la dégradation de la situation guinéenne sans compter le risque de déferlement de dizaines de milliers de migrants que l’Europe ne saura tolérer.

Guineematin.com : quelle analyse faites-vous du combat que mène le FNDC ?

Kaba Bachir : quand en mars 2019 on m’a annoncé la mise en place prochaine de cette plateforme, j’étais loin d’imaginer le chemin parcouru. Le FNDC est la stratégie gagnante, l’unique alternative pour mettre fin à l’imposture en Guinée. Le régime est sur le déclin, vous serez édifié dans les semaines et mois à venir.

Guineematin.com : après plusieurs manifestations ayant entraîné des morts et des destructions de biens, le bras de fer entre le FNDC et le Gouvernement est arrivé à la CPI. A quoi les Guinéens pourront-ils s’attendre d’après vous ?

Kaba Bachir : La Cour Pénale Internationale (CPI) a été saisie le mercredi 29 avril 2020 par Me William BOURDON et Vincent BRENGARTH, avocats au Barreau de Paris, pour enquêter sur divers meurtres et violations des droits de l’homme. Il ne fait l’ombre d’aucun doute que le président Alpha Condé et bon nombre de son entourage, dans le meilleur des cas, seront à terme traduits en justice au regard de nombreux crimes gratuits. Le gouvernement guinéen, à travers son ambassadeur auprès du Benelux, Monsieur Ousmane Sylla, a aussi saisi la CPI pour incriminer certains responsables du FNDC. Une reconnaissance de fait de la compétence de cette cour qui est loin d’être à leur avantage. Par cette démarche, le président Alpha Condé s’est tiré une balle dans le pied. Il aurait dû faire sienne la sagesse arabe qui enseigne : « dans une contestation ne te laisse pas gagner par la colère, elle te livrera désarmé à l’ennemi ».

Guineematin.com : quel regard portez-vous sur la gestion de la Covid 19 en Guinée surtout que notre pays a dépassé la barre de 3300 cas positifs ?

Kaba Bachir : la gestion de cette pandémie se caractérise par un brin d’amateurisme et une certaine désinvolture. Aucune mesure d’accompagnement sérieuse à l’instar des autres pays. Les statistiques annoncées sont largement en deçà de la réalité. Aucun acte significatif n’a pas été posé à ce jour en termes de commande massive de masques, d’intensification des tests, de multiplication des centres de test et de prise en charge. Les montants payés par les autres pays pour faire face à la Covid-19 montrent à suffisance le peu d’intérêt que ce régime accorde aux Guinéens.

Guineematin.com : que souhaitez-vous à votre pays, la Guinée ?

Kaba Bachir : qu’elle amorce enfin son développement. Son émergence tant souhaitée ne doit pas être un vain slogan. Ce pays à tous les atouts. Une remise en question est donc absolument nécessaire pour sortir de ces crises à répétition qui plombent notre économie. Il est grand temps.

Guineematin.com : avez-vous un message d’encouragement pour la jeunesse guinéenne ?

Kaba Bachir : Elle doit retenir que la Guinée, notre pays, mérite notre amour. Aimer la Guinée, c’est s’investir totalement dans son renouveau, dans son développement et dans son bien-être. Notre Guinée natale est bien plus qu’un simple espace. Riche de son histoire et de sa culture, elle incarne les valeurs humanistes que nous avons en partage. Notre devoir à tous est donc de préparer la Nation à relever les défis du présent et de préparer l’avenir. C’est ensemble que nous pourrons construire une Guinée plus juste et partagée.

Guineematin.com : votre mot de la fin ?

Kaba Bachir : la Guinée vaut tous les sacrifices

Interview réalisée par Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin