Monsieur Monchon Bangoura

« Les informations que nous recevons de l’ANSS ne sont pas fiables… Si vous voyez ici aux États-Unis où ils ont tout, on enregistre tout ce qu’on a enregistré comme à New York par exemple, on ne peut que prier Dieu d’épargner la Guinée du pire », estime monsieur Monchon Bangoura, vice-président de l’association des ressortissants de la Basse Côte à New York, lors d’un entretien avec le correspondant de Guineematin.com aux Etats-Unis.

L’association des ressortissants de la Basse Côte à New York est composée de deux structures : le bureau exécutif, et les sages et imams. Ces derniers s’occupent principalement des affaires sociales et de la gestion de la mosquée. Et, cette association est coiffée par la coordination qui est au-dessus de toutes les associations installées dans les différents Etats à travers les États-Unis. Cette coordination est dirigée par monsieur Yamoussa sylla, dit “Yass”.

Interrogé sur les victimes du Covid19, monsieur Bangoura a précisé que les membres de son association n’ont heureusement pas été directement touchés jusqu’à ce jour. Mais, en tant que Guinéen, ils se sentent tous concernés ont d’ailleurs contribué, financièrement. « S’il faut particulariser, la communauté des ressortissants de la Basse Côte n’a pas enregistré de victimes du COVID-19 pour l’instant. Nous avons été contactés par le bureau de l’association des ressortissants guinéens de New York, New Jersey et Connecticut (GUICA) pour une assistance financière ; et, nous avons apporté notre contribution. Nous avons été indirectement touchés par les pertes dans la communauté guinéenne en général. La Basse Côte fait partie de la Guinée ; et, si une partie de la Guinée est touchée, c’est toute la Guinée qui est touchée. Nous regrettons très fort toutes ces pertes en vies humaines de Guinéens à cause de cette pandémie. Nous compatissons aussi à la douleur de toutes ces familles pleurées, ainsi qu’à toute la communauté guinéenne ».

A la question de savoir s’ils ont été mis au courant de la somme d’argent octroyée par le gouvernement guinéen aux familles des victimes du COVID-19, le vice-président de cette association n’a pour le moment pas d’informations particulières. « Je n’ai été contacté ni par mon président, ni par quiconque dans notre communauté. Moi aussi, j’ai lu sur Guineematin et ailleurs. C’est là-bas que j’ai eu la nouvelle, on attend. Pour le moment, on n’a pas été directement informé ».

Interrogé sur la propagation du coronavirus en Guinée, Monchon Bangoura a dénoncé la gestion de cette pandémie dans notre cher pays. Ce responsable de la communauté des ressortissants de la Basse Guinée à New-York est pessimiste. Il doute même de la fiabilité des informations données par l’ANSS et fustige l’irresponsabilité du gouvernement guinéen.

« Les moyens de tout genre font défaut en Guinée pour faire face à cette maladie. Si vous voyez ici aux États-Unis où ils ont tout, on enregistre tout ce qu’on a enregistré comme à New York par exemple, on ne peut que prier Dieu d’épargner la Guinée du pire. Tous les jours, nous apprenons qu’il y a tel nombre de cas positifs, tel nombre de cas guéris, alors qu’il y a un problème de dépistage (des contacts ou même des cas positifs qui fuient….). Les informations que nous recevons de l’ANSS, ne sont pas fiables. Et puis, nous manquons beaucoup de moyens dans la gestion de cette maladie. La Guinée qui a vécu l’épidémie d’Ebola devrait être aujourd’hui un pays où on devrait aller prendre des conseils. Or, nous constatons que même l’expérience que nous avons là ne peut pas être utilisée ! Pourtant, personne ne peut nous venir en aide puisque chacun s’occupe de chez lui actuellement. Dans tout ça, il y a eu un peu d’irresponsabilité du gouvernement. Le gouvernement guinéen n’a pas été prudent face à cette maladie. Pendant qu’il fallait prendre la pandémie au sérieux et prendre les mesures nécessaires pour la contrecarrer, nos dirigeants se sont mis à organiser des élections. Et, présentement, qu’est-ce qu’ils font ? Ils arrêtent des gens et les mettent en prison pour soit disant les sanctionner pour s’être opposé à eux, alors que tout le monde cherche à libérer des gens pour désengorger les prisons. Ils cherchent à tuer ces gens en les mettant en prison présentement ! Et, dans les conditions normales, ces élections ne devraient pas avoir lieu. Avant tout, ils auraient dû penser au peuple de Guinée au lieu de penser qu’à leurs propres intérêts. Nous déplorons le fait qu’on reçoive des chinois venant de là où la maladie a commencé, alors qu’on refuse à des guinéens de rentrer dans leur propres pays », a dénoncé notre compatriote.

Entretien réalisé par Mamadou Diouma Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 1 646-591-2659

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin