La commune rurale de Doko, relevant de la préfecture de Siguiri, est devenue de nos jours une véritable mine d’or où rien n’est épargné par les orpailleurs. Le marché, le bloc administratif, les habitations des particuliers et autres sont souvent pris d’assaut nuitamment par des jeunes à la moindre détection d’une quantité d’or. C’est le cas de la clinique Bangkok où les orpailleurs creusent des trous dans la cour et faisant courir des risques aux occupants des lieux, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

L’exploitation artisanale de l’or n’obéit à aucune règle dans la commune rurale de Doko. Les jeunes orpailleurs, à la recherche de pierres précieuses, n’épargnent aucun lieu. Selon nos informations, ils viennent creuser des trous à des heures tardives pour faire de tunnels. Ce qui constitue un véritable danger, notamment dans la cour de la clinique privée Bangkok de Doko.

C’est ce qu’a confié à notre reporter le directeur général de la clinique, Abdoulaye Traoré. « Nous avons loué ce local ; mais aujourd’hui, nous sommes très inquiets et nous courons un grand risque. Les jeunes viennent creuser en pleine nuit. Ils ont creusé jusqu’à dans les chambres d’hospitalisation. Toutes les autorités savent de quoi nous souffrons parce que rien n’est épargné. Même la cour du bloc administratif est exploitée, tout comme le marché », a-t-il fait savoir.

Interrogé à ce sujet, le maire de la commune rurale de Doko, Djémory Diabaté, reconnaît que la pratique a existé par le passé et promet de sévir. « Dans le passé, c’était pratique et nous avons installé les PA partout pour des surveillances. Je crois qu’ils sont encore revenus. Mais, je convoquerai une réunion d’urgence pour freiner cette pratique et les coupables seront traduits en justice », a-t-il promis.

De Siguiri, Bérété Lanceï Condé pour Guinneematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin