Dans un décret récemment rendu public, le président Alpha Condé a attribué le nom de la légende de la musique guinéenne et africaine, feu Mory Kanté, à l’Institut Supérieur des Arts de Guinée (ISAG) de Dubréka. Au quartier Ansoumanya Plateau 2, dans la préfecture de Dubréka, les avis divergent par rapport à cette mesure. Interrogés par un reporter de Guineematin.com ce vendredi, 29 mai 2020, d’aucuns ont salué cette initiative, alors que d’autres soutiennent que Mory Kanté méritait mieux que ça.

Les avis divergent à Ansoumanya Plateau sur la dénomination de l’ISAG en Institut Supérieurs des Arts Mory Kanté de Dubréka.

Moise Kolamou, artiste en herbe

Moise Kolamou, artiste en herbe : « c’est vrai que je n’ai pas connu le griot électrique, feu Mory Kanté, dans ses débuts musicaux. Mais, ces derniers moments, j’ai eu à connaitre ses exploits musicaux qu’il a portés dans la musique guinéenne, africaine et même celle du monde. Surtout, j’ai même été dans son studio qu’il a construit à Nongo Contéyah, qui est une œuvre qui va être très utile pour notre génération. Donc, si l’institut Supérieur des Arts de Guinée porte désormais son nom, je ne ferai que me réjouir de cet honneur immortel que le président Alpha Condé a offert à la légende de la musique guinéenne et africaine ».

Mikaïlou Soumah, diplômé sans emploi reconverti en coiffeur

Mikaïlou Soumah, diplômé sans emploi reconverti en coiffeur : « j’ai été très comblé lorsque j’ai appris par voix de presse que le président Alpha Condé, à travers un décret, a attribué le nom de la légende de la musique guinéenne, feu Mory Kanté, à l’Institut Supérieur des Arts de Guinée de Dubréka. Mais, il faut le dire, il mérite plus que ça parce que notre feu Mory Kanté a beaucoup vendu à travers le monde l’honneur de la musique de chez nous, la musique Mandingue, et sans oublier qu’il a valorisé dans ce monde musical certains instruments traditionnels, notamment la Kora qui est un instrument beaucoup utilisé dans les musiques urbaines d’aujourd’hui. Ça, c’est un honneur pour la musique guinéenne et africaine ».

Fadjimba Condé

Fadjimba Condé : « pour commencer, je présente d’abord mes condoléances à la famille éplorée, au peuple de Guinée et au monde de la musique concernant la perte énorme du baobab de la chanson guinéenne et africaine, feu Mory Kanté. Par ailleurs, j’ai été très ému lorsque j’ai appris que le chef de l’Etat, le professeur Alpha Condé, a donné le nom de la légende de la musique guinéenne, feu Mory Kanté à l’Institut Supérieur des Arts de Guinée de Dubréka. Mais, je pense qu’il mérite plus que ça… ».

Propos recueillis par Léon Kolié pour Guineematin.com

Tel : 661 74 99 64 / 629 88 37 75

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin