Le calvaire reprend pour les vendeurs du marché central de Mandiana et leurs clients. Après la tombée des premières pluies, l’endroit a été complètement inondé. Ce qui très difficile sa fréquentation par les citoyens, a constaté le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Les années passent et se ressemblent pour ceux qui pratiquent le marché central de Mandiana, situé au bord du fleuve Sankarani, dans le quartier Noumousoulou. Depuis 7 ans, le plus grand centre de négoce de la préfecture connait le même sort à l’avènement de chaque saison pluvieuse. Dès la tombée des premières pluies, les eaux de ruissellement envahissement complètement les lieux, y formant une mare. Et cette année encore n’a pas exception à cette règle. Nouhan Diakité, président de la chambre préfectorale de commerce et administrateur général dudit marché, explique les causes de cette situation.

« Depuis 7 ans, le marché de Mandiana est victime d’inondations à chaque saison pluvieuse. Cet état de fait est dû à l’état actuel de la rivière qui traverse la ville jusqu’au fleuve Sankarani. Il faut aussi ajouter à cela la construction anarchique de bâtiments aux alentours du fleuve. Ensuite, il y a le processus de bitumage de 5 kilomètres de la commune urbaine de Mandiana, exécuté par Guiter SA. Dans ce projet, il était prévu de faire des caniveaux qui devaient en principe aller jusqu’au fleuve. Mais, la société s’est arrêtée à mi-chemin, les caniveaux se limitent à un kilomètre dudit fleuve. Donc arrivées à ce niveau, les eaux n’ont plus de passage, c’est ce qui fait que le marché est toujours inondé », a-t-il confié.

Joint au téléphone, le maire de la commune urbaine de Mandiana, Ibrahima Sira Diakité, a déploré cette situation. Selon lui, la mairie a pris des dispositions pour mettre fin à ces inondations récurrentes, mais le projet est bloqué par la crise sanitaire liée au coronavirus. « Il y a eu des études approfondies de la part des experts venus de Conakry pour mettre en place un projet permettant de régler définitivement ce problème. Nous avons trouvé des partenaires qui sont prêts à financer le projet. Mais pour l’instant, tout est arrêté à cause de la pandémie de coronavirus », a dit l’autorité locale.

Pour l’heure, personne ne sait jusqu’à quand les vendeurs et acheteurs qui pratiquent ce marché devront prendre leur mal en patience.

Mamady Konoma Keïta et Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Tel. (00224 625 81 03 26)

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin