Les propriétaires de petites entreprises (business) noires à New York disent qu’ils sont frappés par une application agressive et des amendes de la part de la police du NYPD et d’autres agences d’État. Un bar à Pelham Parkway dans le Bronx par exemple était juste assez grand pour employer quelques habitants et gagner sa vie modestement jusqu’à ce qu’un croiseur de police marqué NYPD commence à se garer devant.

« Quand vous avez des jours où vous avez de piètres ventes et que les gens regardent de l’autre côté de la rue, et vous savez que c’est parce que cette voiture est garée là-bas avec leurs lumières allumées. Je veux dire que, c’est flagrant et désolant », a déclaré la propriétaire Mirisa Davis.

Et ce n’est pas seulement ce bar, une étude du bureau du président de Brooklyn montre ce qu’il appelle un parti pris systématique et intégré contre les entreprises (business) des afro-américains dans les quartiers embourgeoisés de la ville. « Je crois que c’est un plan bien organisé de fermeture des business des noires et bruns à cause de la bourgeoisie. Nous avons armé ces agences pour, je crois, extrader l’exclusion », a déclaré le président de Brooklyn, Eric Adams. Doris Rodney, propriétaire du restaurant “The Hills” qui vient de payer 40 000 dollars (USD) d’amendes pour son restaurant à Brooklyn a déclaré que des officiers de police sont constamment venus demander à ses clients de se lever et dire qu’ils doivent partir. Et ces clients partent en laissant leurs boissons, leur nourriture. « Je viens de payer une amende de 40 000 $. Que dois-je faire d’ici ? », se pose-t-elle la question.

C’est pendant que ce constat est en train d’être fait que les travaux ont commencé sur l’une des trois peintures murales de la rue Black Lives Matter à Manhattan Vendredi. Les artistes ont terminé le contour de la peinture murale sur le boulevard Adam Clayton Powell Jr., long sur deux carrés, de la 125e à la 127e rue. La peinture murale principale sera similaire à celle peinte à Washington, D.C. avec « Black Lives Matter » en grosses lettres jaunes. Mais la communauté de Harlem inclura également sa propre vision de la commémoration de l’héritage du racisme et des dernières semaines de changement historique pour les noirs. « Il est très important que nous puissions nous rassembler autour d’une cause unique », a déclaré l’artiste Dianne Smith. Des peintures murales similaires sont prévues dans chaque quartier de New York, ainsi que dans deux autres endroits à Manhattan. La prochaine peinture murale “ Black Lives Matter” après Harlem sera devant le building de Donald Trump (Trump Tower) sur la 5ème Avenue.

« La vie des Noirs a toujours eu de l’importance et nous essayons de vous enseigner que nous n’avons jamais eu de déficit dans notre image de soi », a déclaré le révérend Al Sharpton, fondateur du National Action Network. « Nous avions un déficit dans la façon dont vous nous traiteriez. Nous avons toujours su que nous comptions. Nous comptons maintenant. Et nous allons toujours compter. » La murale de la rue Harlem est présentée par Harlem Park to Park en partenariat avec Got To Stop Social Impact Agency. Des représentants de 16 groupes communautaires enverront chacun des représentants pour peindre une des lettres.

A suivre !

De New York, Mamadou Diouma Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 1 646-591-2659

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin