A peine engagée dans la course à la présidentielle du 18 octobre 2020, l’UFDG relève déjà des problèmes dans la conduite du processus électoral. Le principal parti d’opposition du pays dénonce notamment des disparités régionales  en termes du nombre d’électeurs et plusieurs autres anomalies qui doivent être corrigées pour crédibiliser le scrutin, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Ce lundi, 14 septembre 2020, la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a publié les statistiques du fichier électoral. Et, la première remarque faite par l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), c’est l’augmentation effrénée du nombre d’électeurs dans la région de Kankan (fief du pouvoir), qui compte 22% de l’électorat. Pendant ce temps, le nombre d’électeurs à l’étranger, lui, est en chute. Une situation que ne comprend pas Aliou Condé, secrétaire général de la formation politique.

Aliou Condé, secrétaire général de l’UFDG

« Qu’on ait que 90 milles citoyens guinéens à l’étranger, c’est une catastrophe volontairement faite pour mettre à l’écart une bonne partie des citoyens. A l’intérieur du pays, il y a toujours ces disparités régionales. Mandiana est aujourd’hui à plus de 200 milles électeurs, alors qu’il y a 10 ans, cette préfecture avait à peine 80 milles électeurs. Donc, on se demande d’où tous ces électeurs-là viennent. On ne comprend pas parce qu’on ne peut pas me parler des mines alors qu’il y a Boké à côté. Il faut montrer comment on y est arrivés.

Et, il est normal que le fichier soit affiché pour que chacun puisse voir ce qu’il y a dedans. Qui est dans le fichier et qui ne l’est pas. Sinon, ce n’est même pas exclu peut-être que l’un des candidats ne retrouve pas son nom sur le fichier. La CENI a toujours des agendas que nous ne comprenons pas… Donc, je ne suis pas du tout satisfait et je pense qu’il faut des assises plus larges pour échanger sur tout cela », réclame l’opposant.

Ce proche de Cellou Dalein Diallo précise d’ailleurs, qu’il y a « beaucoup de problèmes dans le processus électoral : la distribution des cartes d’électeurs, la distribution des PV et leur acheminement dans les bureaux de vote. Vous savez très bien qu’il y a eu des PV pré cochés qu’ils ont distribués.  Donc, ça veut dire qu’il y a une distribution souterraine des PV. Il faut qu’il y ait la traçabilité de tout ça pour éviter des fraudes. Nous serons très regardants sur l’ensemble du processus sans laisser aucune faille.  Et, nous serons prêts à revendiquer si les choses ne se passent pas correctement », prévient Aliou Condé.

Mamady 3 Kaba, porte parole de la CENI

Interrogé sur ces protestations du principal d’opposition du pays, le porte-parole de la CENI a apporté des explications sur la nette hausse du nombre d’électeurs particulièrement dans la préfecture de Mandiana. « Il faut savoir qu’il y a des réalités sociologiques qui doivent être prises en compte. La zone de Mandiana est une zone aurifère, et les populations sont en quête de la richesse. Donc, c’est une explication sur la concentration des populations sur cette zone. Donc, nous invitons tous les acteurs à prendre en compte ces facteurs tout en disant que le travail a été transparent, inclusif et conforme aux lois de la République », a laissé entendre Mamady 3 Kaba.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin