Cela fait bientôt une semaine que les cours sont arrêtés à l’école maternelle et primaire Sainte Famille de Coyah. Les responsables de ce groupe scolaire privé ont décidé de fermer temporairement l’établissement scolaire pour des raisons de sécurité. Cette décision fait suite à la situation qui était tendue ces dernières semaines à Kendoumayah, où un conflit domanial oppose la communauté villageoise à l’église catholique installée dans la localité, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Le lundi, 21 septembre 2020, plusieurs citoyens ont manifesté à Kendoumayah, district relevant de la sous-préfecture de Wonkifong (Coyah), pour réclamer les domaines occupés par l’église catholique dans cette localité. Des domaines que l’église assure pourtant avoir acquis légalement il y a de cela plusieurs années. Certains manifestants avaient même menacé d’attaquer le monastère, où résident les religieux. Craignant donc pour la sécurité des religieux qui donnent cours au groupe scolaire Sainte Famille, une école appartenant à l’église et située dans la commune urbaine de Coyah, les responsables de l’église ont décidé de fermer temporairement l’établissement.

« Après la manifestation des citoyens de Kendoumayah, nous avons constaté que les religieux et religieuses résidant dans le monastère ne sont pas en sécurité. Parce que c’est une grande distance que les sœurs parcourent pour quitter le couvent et se rendre à l’école. Donc, personne ne peut imaginer ce qui peut se passer en cours de route. Ainsi, pour éviter d’éventuels cas d’insécurité en cours de route et à l’école, les responsables de l’église ont décidé de suspendre les cours jusqu’à nouvel ordre », explique Fatou Maria Gbilimou, membre du conseil paroissial de l’église de Coyah.

Quelques semaines seulement après la réouverture des écoles (qui étaient fermées depuis 5 mois à cause de la pandémie du coronavirus), les élèves et les enseignants de ce groupe scolaire se voient donc obligés de rester une nouvelle fois à la maison. Une situation qui préoccupe Amadou Sylla, un parent d’élève dont les enfants étudient dans cette école. « Cette situation de Kendoumayah nous inquiète à plus d’un titre, car il y a de cela une semaine que nos enfants n’étudient pas. Après la grève des enseignants, il y a eu la maladie à coronavirus qui a fortement perturbé cette année scolaire. A tout cela vient s’ajouter encore cette situation. On ne sait plus où donner la tête avec nos enfants », a-t-il dit.

A rappeler que calme est revenu à Kendoumayah, suite à l’intervention des autorités guinéennes. Sur instruction du ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation, le préfet de Coyah a demandé aux habitants de la localité d’arrêter les travaux de lotissement du domaine qu’ils veulent exproprier à l’église catholique. Mais la méfiance reste de mise sur place, car aucune solution n’a été trouvée au problème.

De Coyah, Etienne Tamba Tenkiano pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin