Dr Mamadi Kaba, président pour la Ligue pour les Droits et la Démocratie en Afrique (LIDDA)

Depuis plusieurs mois, plusieurs opposants au régime d’Alpha Condé croupissent en prison, sans aucun jugement, à la maison centrale de Conakry. Certains de ces détenus sont aujourd’hui privés de visite. Leurs conditions de détention ont été durcies par les autorités, alors que plusieurs d’entre eux sont constamment malades. D’autres comme Roger Bamba de l’UFDG ont déjà perdu la vie dans cette détention. Et, aujourd’hui, cette situation inquiète les défenseurs des droits humains en Guinée.

Dans un entretien accordé à Guineematin.com hier, mardi 02 mars 2021, le président de la ligue pour les droits et la démocratie en Afrique (LIDDA) a qualifié de « dégoutant » le fait que des procès ne se tiennent encore pour tirer au clair les accusations portées contre ces hommes politiques emprisonnés. Dr Mamady Kaba assure aussi que cette situation ne donne pas une bonne image de la Guinée à l’international.

« Le retard dans l’ouverture du procès des détenus politiques est inquiétant. C’est même dégoûtant de voir que non seulement le procès ne se tient pas ; mais, que les conditions pour la participation des avocats sont quelque peu biaisées. On a appris que les avocats ont même suspendu leur participation à la procédure. Ce qui n’est pas bien pour l’image de la Guinée parce que dans la situation que nous traversons, nous avons besoin de faire beaucoup d’efforts pour rassurer l’opinion nationale et internationale. Vous savez qu’il y a beaucoup d’interprétations autour de ces interpellations et ces détentions à l’intérieur du pays comme à l’extérieur. Donc, l’Etat doit faire beaucoup d’efforts pour rassurer tout le monde. Et, cela doit passer par des conditions qui soient plus ou moins satisfaisantes pour la défense afin que nous puissions avoir très rapidement, dans les meilleurs délais, un procès juste, équitable et conforme aux normes internationales », a-t-il indiqué.

Selon le président de la LIDDA, le chef de l’Etat guinéen doit s’inscrire aujourd’hui dans une logique d’apaisement pour instaurer un climat de confiance en vue de la tenue d’un dialogue franc entre le pouvoir et l’opposition.

« Je pense que le président de la république doit continuer les efforts d’apaisement. Les enfants qui ont été graciés, ça c’est un bon début simplement si c’était un début. Maintenant, il faut étendre cela, il faut continuer dans cet élan pour apaiser les esprits et les cœurs pour faire en sorte que les conditions d’un dialogue franc et sincère s’installe entre le pouvoir et l’opposition afin que la Guinée puisse réunir toutes ses forces pour faire face à nos ennemies commun qui sont le Covid-19 et Ebola qui nous assaillent de toute part. Mais, nous ne pouvons pas relever ces défis dans la division, dans l’adversité. Nous ne pouvons les relever qu’ensemble, dans l’unité, la fraternité. Et pour que cela soit, il faut aller vers la désescalade, poser des actes concrets », a confié Dr Mamady Kaba.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin