L’audience que le président Alpha Condé a accordée hier au chef de file de l’opposition et les membres de son cabinet suscite des réactions au sein de la classe politique guinéenne. Kéamou Bogola Haba, président d’honneur du parti UGDD (Union Guinéenne pour la Démocratie et le Développement), s’est prononcé sur le sujet dans un entretien avec un journaliste de Guineematin.com hier, mercredi 3 mars 2021. Il estime que cette rencontre s’inscrit dans la logique du chef de l’Etat guinéen de légitimer son 3ème mandat. Pour lui, Mamadou Sylla et son groupe ne sont rien que des opposants fabriqués par le président Alpha Condé contre son principal adversaire Cellou Dalein Diallo.

Keamou Bogola HABA, président d’honneur de l’UGDD

« Cette rencontre est la suite du film. Alpha Condé fabrique ses opposants et c’est la suite du 3èmemandat. Depuis 2019, il est dans la même logique. Il sait qu’il n’a pas la légitimité, il sait qu’il n’a pas gagné les élections et il sait qu’il n’a pas droit à un 3ème mandat. Maintenant, il pense à tout ce qui peut le rendre légitime. C’est ce qu’il est en train de faire avec Mamadou Sylla et les autres, et c’est ce qu’il va continuer de faire. C’était prévisible et c’est une suite logique. Le fait même de dire qu’ils sont allés pour aider Alpha Condé confirme une fois de plus que c’est une opposition qui légitime le coup d’Etat.

Ils vont pour l’aider à confirmer le coup d’Etat et à confisquer le pouvoir. C’est ce que cela veut dire carrément.  Ils le reconnaissent comme leur président et ils viennent l’aider à la confiscation du pouvoir. Ils ne sont pas une opposition contre Alpha Condé, mais une opposition contre Cellou Dalein Diallo. Alpha Condé a fabriqué une opposition contre Cellou Dalein Diallo. Et moi, je continue de dire qu’en réalité, c’est Alpha Condé le chef de file de l’opposition, parce que c’est Cellou qui a été élu », a déclaré ce responsable de l’Alliance Nationale pour l’Alternance et la Démocratie, qui a accompagné la candidature de Cellou Dalein Diallo à la présidentielle du 18 octobre 2020.

En partant à Sékhoutouréyah, le chef de file de l’opposition et sa suite ont apporté avec eux un mémorandum contenant quelques propositions visant à décrisper la situation sociopolitique du pays. Au nombre de leurs propositions, figurent la libération des opposants détenus et la réouverture des frontières entre la Guinée et ses voisins du Sénégal et de la Guinée Bissau. Mais pour Kéamou Bogola Haba, ces deux points n’étaient que des alibis pour le groupe dirigé par Mamadou Sylla pour rencontrer le président de la République.

« Ils ont pris le dossier des détenus politiques comme un alibi pour aller à Sékhoutouréyah, c’est-à-dire leur libération et l’ouverture des frontières. Mais nous, nous leur avons dit que ce n’est pas un sujet. Parce que c’est Alpha Condé qui a fermé les frontières, il peut les ouvrir quand il veut. Et c’est lui qui a pris en otage des Guinéens, il va les libérer quand il veut aussi. Donc ce n’est pas un sujet qui doit être politique. C’était juste un alibi pour justifier leur présence à Sékhoutouréyah.

Nous, nous allons continuer à lutter pour leur libération, à montrer qu’ils sont innocents, et ce sont des otages jusqu’à ce que le preneur d’otage lui-même décide. On ne comptait pas sur Mamadou Sylla pour obtenir leur libération. Même la décision de gracier les enfants qui ont déjà fait quatre ou cinq mois de prison et qui sont à leur dernier mois de détention, Alpha l’a fait juste pour montrer au représentant de l’ONU qu’il a fait un effort. Mais des gens que tu as mis en prison, c’est toi qui décide de les garder, qui décide des accusations, tu gracies, tout cela c’est le même jeu », a dit l’opposant.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin