Dr Mohamed Fanta Condé, administrateur du CTE de Gbéssia

Comme annoncé dans une de nos précédentes dépêches, les autorités guinéennes ont procédé ce vendredi, 05 mars 2021, au lancement à Conakry de la campagne de vaccination contre la COVID-19. C’est le ministre de la santé qui a présidé à la cérémonie de lancement qui s’est tenue au CTE de Gbéssia, dans la commune de Matoto. Et, dans son allocution de circonstance, le Général Remy Lamah a invité le personnel de santé (en première ligne de lutte contre la COVID-19 en Guinée) d’accepter de se faire vacciner. Car, soutient l’actuel patron du département de la santé en Guinée, « accepter la vaccination c’est de se protéger et protéger les autres », rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Devant le personnel de santé et les partenaires bis et multilatéraux de la Guinée dans le domaine de la santé, le Général Remy Lamah a tout d’abord rappelé que la pandémie de COVID-19 a engendré « des conséquences inestimables sur le quotidien des guinéens dans les domaines de la vie socioéconomique ». Le ministre de la santé a ensuite fait mention des « actions importantes de riposte» que le gouvernement guinéen a menées jusque-là et qui ont permis à la Guinée d’avoir « les meilleurs indicateurs riposte » dans la sous-région ouest africaine, voire même sur tout le continent. Cependant, le médecin Rémy Lamah a aussi exprimé ses regrets suite à la recrudescence de cas de COVID-19 enregistrés ces dernières semaines dans le pays. Une recrudescence qui a d’ailleurs amené les autorités à durcir les mesures de riposte dans le grand Conakry, jusque-là épicentre de la COVID-19 en Guinée.

Général Rémy Lamah, ministre guinéen de la santé

« Force est de constaté que malgré tous ces efforts, nous assistons à une augmentation sensible des cas ces dernières semaines, avec un indice de positivité qui est passé de 2 à 8%… C’est le lieu de saluer les efforts inlassables du gouvernement et ses partenaires qui n’ont rien ménagé afin de contenir la circulation de cette pandémie en Guinée, d’où l’organisation de la présente campagne de vaccination anti-COVID-19… La première phase de cette opération va concerner les personnes vulnérables, notamment le personnel de santé, les personnes âgées, des personnes ayant des emplois stratégique, les leaders religieux. Cette opération de vaccination débutera à Conakry à travers les quartiers les plus touchés, avant les autres étapes prévues », a indiqué le ministre Rémy Lamah.

Avant de donner le coup d’envoi de cette campagne de vaccination au CTE de Gbéssia, le ministre de la santé a invité le personnel de santé à accepter de se faire vacciner contre la COVID-19.

« A tout le personnel de santé de la ville de Conakry, retenez qu’accepter la vaccination, c’est de se protéger et protéger les autres…c’est par ces mots que je déclare officiellement lancée la campagne de vaccination et de riposte contre la COVID-19 dans la ville de Conakry », a dit le Général médecin Rémy Lamah.

A noter que le vaccin chinois « Sinopharm » inoculé au personnel de santé ce vendredi sera injecté en deux temps. Les sujets auront le premier jour une dose de 0,5 millilitres et une même dose 21 jours plus tard au moins.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin