Le parti des démocrates pour l’espoir (PADES) fait la promotion de la femme. La formation politique dirigée par Dr Ousmane Kaba a dédié son assemblée générale de ce samedi, 6 mars 2021, à la couche féminine à l’occasion de la célébration du mois de la femme. Et c’est Mme Aïcha Barry, la coordinatrice chargée de la Basse Côte, qui a présidé la rencontre, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place. Elle a mis l’occasion à profit pour inviter les femmes de Guinée à se lever et se battre pour le respect effectif de leurs droits.

« Nous sommes au mois de la femme. C’est l’occasion pour nous de rappeler jusqu’où les femmes sont allées pour arracher leurs droits. Les femmes sont en train d’arracher leurs droits, parce que les hommes ne veulent pas nous donner nos droits. Ils ne veulent pas de l’équité entre nous (…) C’est l’occasion pour nous de lancer un appel solennel à toutes femmes éprises de justice et d’égalité entre hommes et femmes, de se lever et continuer cette lutte entamée il y a des dizaines d’années pour arracher ce que les hommes sont en train de nous confisquer », a-t-elle lancé.

L’opposante s’est adressée également aux décideurs, à qui elle demande d’accorder une plus grande place à la couche féminine dans les instances de prise de décisions. Elle souhaite notamment la nomination d’une femme comme Premier ministre, ce qui serait une première en Guinée.

Mme Aïcha Barry, Coordinatrice chargée de la Basse Côte

« A l’occasion de ce mois de la femme, je demande aux décideurs de faire face aux problèmes dont les femmes souffrent, faire ce que les femmes ont demandé. Nous les femmes, nous demandons l’équité juste pour vous aider.

Quand la femme est responsabilisée, elle va beaucoup aider le pays, elle va jouer un grand rôle notamment dans l’éducation de nos jeunes filles. Quand vous donnez un poste de responsabilité à la femme, elle aura la force aussi de former les filles du pays pour prendre un jour la relève. Pourquoi pas une femme Premier ministre ? Je veux que les décideurs guinéens essaient ça aussi, essaient la femme à la tête de la Primature pour voir ce dont la femme est capable », a dit la coordinatrice du PADES en Basse Guinée.

Par ailleurs, Mme Aïcha Barry a évoqué les cas de viols sur mineures qui deviennent de plus en plus récurrentes en Guinée. Elle appelle à des mesures urgences pour éradiquer ce fléau. « J’ai le cœur meurtri par ces pratiques qui sont d’ailleurs aujourd’hui très fréquentes dans notre pays, à cause raison de l’insécurité, de l’irresponsabilité des autorités guinéennes.

L’OPROGEM (office guinéen de protection du genre et des mœurs), le ministère la justice, le ministère en charge de l’action sociale et de l’enfance, doivent faire face à ces pratiques. Il faut qu’à un moment donné cela cesse. Nos bébés ne sont pas à violer. Il faut que cela s’arrête maintenant », exige l’opposante.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tel : 622919225

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin