Dans le cadre de l’interconnexion électrique entre les Etats, le gouvernement guinéen vient de signer un contrat du projet d’interconnexion électrique 225 KV Guinée-Mali dans sa composante B: Linsan -Fomi. La cérémonie de signature a eu lieu ce vendredi, 23 avril 2021, dans un complexe hôtelier à Conakry, en présence des certains membres du gouvernement, ainsi que des représentants de l’Union européenne et de la Banque européenne d’investissement (BEI), rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Selon les informations, ce nouveau soutien européen en faveur de ce projet d’interconnexion entre les centrales hydroélectriques de la Guinée et du Mali, dans le cadre du système d’échange d’énergie électrique ouest-africain, permettra d’approvisionner en énergie propre et abordable des millions de personnes en Afrique de l’Ouest.

Pour la ministre guinéen de l’Energie, madame Bountourabi Yattara, la signature de cet accord permet à la Guinée de bénéficier, dans un premier temps, du transport de l’énergie en reliant la partie de la Basse Guinée au centre-est et à l’Est du pays.

Madame Bountourabi Yattara, ministre de l’Energie

« Nous sommes dans un cycle de production d’énergie ; et, qui parle de production d’énergie, parle de transport et de distribution au près des ménages. Donc, la signature de cet accord permet à la Guinée de bénéficier, dans un premier temps, du transport de l’énergie en reliant la partie de la Basse Guinée au centre-est et à l’Est du pays, à travers l’interconnexion qui va être réalisée à travers cette ligne Linsan-Fomi et qui va relier la ligne OMVG à l’Ouest à la ligne Guinée-Mali. Cela contribuera à l’électrification de tout le pays, y compris la Haute Guinée et la Guinée Forestière. La ligne sera également interconnectée au grand projet de Guinée-Mali qui permettra de relier notre pays à ses voisins de la sous-région, à travers un système intégré d’électrification », a-t-elle expliqué.

Madame Bountourabi Yattara, ministre de l’Energie

Dans son agenda, ce projet doit être exécuté dans un délai de 18 mois. Une équipe est déjà en place et a commencé les travaux. Et, la ministre Bountourabi Yattara promet que les impacts social et environnemental seront traités de manière satisfaisante.

« Le coût de la ligne est de 170 millions d’euros qui s’intègre au projet Guinée-Mali. L’impact social et environnemental est au cœur de notre politique. Il y a eu déjà des études qui ont été réalisées et les aspects environnementaux et sociaux seront traités de façon satisfaisante », a-t-elle promis.

La réalisation de cette interconnexion permettra d’assurer la jonction entre de grands projets d’électrification auxquels sont intégrés de vastes programmes d’électrification rurale. Et, pour Mamadi Camara, le ministre guinéen de l’Economie et des Finances, le gouvernement va accompagner et mettra tout en œuvre pour l’aboutissement de ce projet.

Mamadi Camara, ministre guinéen de l’Economie et des Finances

« La planification et la mise en œuvre de la liaison électrique Linsan-Fomi de 225 kV bénéficient des compétences techniques, financières, environnementales et sociales uniques de la BEI. La Guinée est heureuse de s’associer à l’équipe Europe pour fournir de l’énergie verte à l’Afrique. La réalisation de cette interconnexion permettra d’assurer la jonction entre les projets, Guinée-Mali, CLSG, OMVG auxquels sont intégrés de vastes programmes d’électrification rurale le long des couloirs des lignes électriques », a dit le ministre Mamadi Camara.

De son côté, l’ambassadeur de la délégation de l’Union européenne en Guinée, Josep Coll, a mis un accent sur la faiblesse de l’électrification de la Guinée malgré son potentiel hydroélectrique. Egalement, le diplomate européen a laissé entendre que la ligne Linsan-Fomi s’inscrit dans le cadre du projet d’Interconnexion Guinée-Mali, qui réunit des financements déjà en place de la Banque d’investissement européen, la Commission européenne, de la Guinée, du Mali, de la Banque africaine de développement, de la Banque ouest-africaine de développement, de la Banque mondiale et de la CEDEAO.

Josep Coll, ambassadeur de la délégation de l’Union européenne en Guinée

« En dépit de son énorme potentiel hydroélectrique, la Guinée a malheureusement un taux d’électrification parmi les plus bas du monde. Malgré une hausse importante ces dernières années du taux d’électrification, il n’était encore que de 44 % en 2018, selon des données de la Banque Mondiale. En zone rurale, ce taux est encore plus faible, pour atteindre 19,7 %. Le manque d’accès à l’électricité freine le développement social et économique de millions de guinéens, notamment les femmes et les communautés villageoises. Par ailleurs, ce handicap élargit la fracture numérique, empêchant à une partie importante de la population l’entrée dans l’ère numérique. L’Interconnexion Guinée-Mali, dont la participation de la Team Europe s’élève désormais à 54 %, montre que les investissements qui peuvent être débloqués par l’approche innovante de la Team Europe combinant des prêts de la Banque européenne d’investissement et des subventions de la Commission européenne. Ce n’est que le début de l’électrification verte de la Guinée. Sous notre nouvelle programmation 2021-2027, qui démarrera cette année, nous avons déjà l’intention de financer l’électrification des zones rurales autour de la ligne Linsan-Fomi, entre autres. En appuyant l’accès à l’énergie de ces communautés parmi les plus vulnérables de Guinée, l’Union européenne entend améliorer l’accès à de nombreux services de base, comme l’éducation, la santé ou la communication, tout en favorisant le développement économique local », a indiqué Josep Coll.

A noter que c’est un contrat d’une valeur de 330 millions d’euros (dont un nouveau prêt de 170 millions d’euros) que  l’équipe Europe va débloquer pour la construction de cette nouvelle ligne électrique de 225 kV Guinée-Mali.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin