Vol de plus de 26 000 000 GNF dans une boutique à Entag (Matoto) : un an de prison requis contre Ibrahima Condé

Poursuivi pour « vol aggravé » portant sur 26 190 000 francs guinéens et des téléphones (dont la valeur monétaire est estimée à plus de 8 millions de francs guinéens), Ibrahima Condé a de nouveau comparu hier, mercredi 03 novembre 2021, devant le tribunal correctionnel de Mafanco. A la barre, il n’a fait aucune mention de vol dont est accusé ; mais, il a tout de même reconnu avoir été arrêté par le biais de sa copine à qui il avait donné un téléphone qui s’est avéré être du lot de téléphones volés dans une boutique à Entag, dans la commune de Matoto. Cependant, à la clôture des débats, le ministère public a requis un an de prison à son encontre, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Selon l’accusation, les faits reprochés à Ibrahima Condé remontent à la nuit du 25 au 26 juin 2020 à Entag-marché, dans la commune de Matoto, dans la haute banlieue de Conakry. Et, ce jeune homme est notamment accusé d’avoir attaqué la boutique du commerçant Amadou Baïlo Bah et d’y avoir perpétré un vol d’argent et de téléphones. Des faits qu’il aurait reconnu à l’enquête préliminaire, mais il a esquivé ce mercredi dans sa déposition devant le tribunal.

« Moi j’ai été interpellé par la police. Et, les policiers, quand ils sont venus m’arrêter, ils étaient avec ma copine qui détenait un téléphone que je lui ai donné. Ce téléphone, je l’ai acheté avec un petit garagiste du nom de Amara. Il me l’a vendu à 50 mille francs guinéens », a dit Ibrahima Condé.

A la question du tribunal de savoir si la valeur marchande réelle de ce téléphone qu’il a été avec le garagiste était de 50 mille francs guinéens sur le marché au moment des faits, Ibrahima Condé a répondu par la négative.

« Non, ce montant ne représentait pas la valeur réelle du téléphone en question », a-t-il déclaré.

 A la suite de cette déposition du prévenu, le plaignant Amadou Baïlo Bah a été appelé à la barre pour déposer devant le tribunal. Et, sans surprise, il a réitéré les accusations de vol contre Ibrahima Condé.

« Dans la nuit du 25 au 26 juin 2020, ma boutique Orange Money située à Entag-marché a été cassée, un montant de 26 190 000 francs guinéens et des téléphones dont la valeur équivaut à plus de 8 millions ont été volés. Suite à ce vol, j’ai porté plainte contre X à la direction de la police judiciaire. Dans ses enquêtes, la police a réussi à  mettre main sur Ibrahima Condé, à travers sa copine qui détenait un de mes téléphones dont toutes les coordonnées avaient été mises à la disposition de la DPJ. Moi, je ne connaissais pas Ibrahima Condé, c’est ici que je l’ai vu. Maintenant, si après tout il se trouve que c’est lui qui m’a volé, je vous demande monsieur le président de le condamner à me payer mon argent et mes téléphones », a dit Amadou Bailo Bah.

Dans ses réquisitions, le ministère public a demandé au tribunal de retenir Ibrahima Condé dans les liens de la prévention de « viol aggravé » et de le condamner à un an de prison et au paiement de 500 000 francs guinéens d’amende.

Finalement, le tribunal a mis l’affaire en délibéré pour décision être rendue le 17 novembre prochain.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS