Les faits se sont produits vers l’aube ce mardi, 23 novembre 2021, à Sackoyah, dans le quartier Entag-Marché (dans la commune de Matoto). Comme des bandits armés, des policiers, venus à bord de deux pick-up et accompagnés de quatre jeunes encagoulés se faisant passer pour des huissiers, ont fait irruption dans la concession de feu Kerfala Fofana pour y semer le désordre. Et, sans aucun document en main, ils ont vidé de force une vingtaine de familles qui occupent la concession. Sur place, on les accuse d’avoir saccagé des biens et même de vol de téléphone, d’argent et de bijoux.

Selon les informations confiées à Guineematin.com, c’est aux environs de 5 heures que ces policiers sont venus escalader la cour dans la concession de feu Kerfala Fofana et tambouriner aux portes de toutes les maisons qui se trouvent à l’intérieur de la cour pour réveiller les occupants. Ils n’ont présenté aucun papier à personne ; mais, ils ont sorti et jeté les biens de toutes ces familles derrière la cour. Ils ont également demandé à tout le monde de déguerpir des lieux, sans donner aucune explication pour justifier leurs agissements.

Adama Sira Barry, épouse de Kerfala Fofana

« Ils (les policiers) sont venus à 5 heures du matin, avant la prière de l’aube, alors qu’on était couché, ils étaient deux pick-up et un véhicule rempli de jeunes encagoulés. Ils ont enjambé la cour, ce sont les coups sur la cour qui nous ont réveillés, ils sont entrés pour cogner aux portes des différentes chambres en nous intimant de sortir. Ils ont bousculé quiconque a voulu prendre ses affaires, ils ont tout saccagé, après ils ont mis toutes les affaires derrière la cour. Comme vous pouvez le voir, ils ont cassé beaucoup de choses ici. Imaginez, quelqu’un qui vit depuis de longues années dans une maison, tous ses biens s’y trouvent. Nous avons perdu de l’argent, les téléphones de nos enfants, nous ne pouvons même pas tout évaluer à cet instant. Nous leur avons dit de nous montrer le papier qui nous demande de quitter le domicile, mais ils ne nous ont rien présenté. Ils nous ont tout simplement dit qu’il y a un crédit entre mon mari (déjà mort) et celui qui leur a dit de venir nous chasser. Il s’appelle Mamadou Oury Diallo », a expliqué Adama Sira Barry, l’une des épouses de feu Kerfala Fofana.

Apparemment, ce problème dure depuis plusieurs années déjà. Car, selon les victimes de cette descente musclée de policiers, c’est la quatrième fois comme ça que des agents viennent envahir leur concession pour les déloger de force. L’affaire est allée jusqu’à la Cour Suprême et Mamadou Oury Diallo a été débouté. Car, il n’a pas été prouvé que feu Kerfala Fofana lui devait quoi que ce soit.

« Ce problème est au niveau de la justice, tous les dossiers sont là-bas. Nous avions porté plainte contre lui (Mamadou Oury Diallo) pour ce qu’il était venu casser dans ce même domicile. D’ailleurs, ce jour, lorsqu’ils sont venus, mon mari était un peu malade. Quand ils sont entrés dans la concession pour casser, mon mari a piqué une crise, nous l’avons transporté à l’hôpital, mais finalement il n’a pas survécu. Donc, jusqu’à présent nous sommes dans ce même problème qui perdure. Il (Mamadou Oury Diallo) nous demande de lui laisser la concession, puisque selon lui, elle lui appartient. Il dit que mon mari lui doit de l’argent, donc il va récupérer notre domicile. Mais, nous ne savons pas s’il y a un crédit entre eux, parce qu’on a rien vu qui le prouve. Mon mari ne nous en a jamais parlé ; et, après son décès, nous n’avons pas vu de document qui parle de cela. Tout ce que je sais, nous avons porté plainte contre lui (Mamadou Oury Diallo) pour les dégâts qu’il avait causés ici lorsqu’ils sont venus tout saccager. Alors, si c’est vrai qu’il y a la justice dans ce pays, nous demandons que justice soit faite ; sinon il va venir nous tuer pour récupérer la concession. Nous avons vu que le colonel Mamadi Doumbouya a pris le pouvoir, alors nous lui demandons de nous aider à avoir justice. Notre mari est décédé, son père y est allé, ses frères également. Alors, lui (Mamadou Oury Diallo) ira aussi là-bas, tout comme nous tous. Même s’il nous déloge d’ici, quand il mourra il n’ira pas avec cette concession », a indiqué Adama Sira Barry.

A en croire Bouya Sylla, le neveu de feu Kerfala Fofana, ce sont des policiers du commissariat central de Dabompa qui ont fait irruption dans cette concession ce mardi pour semer la terreur.

Bouya Sylla, neveu de feu Kerfala Fofana

« Quand je leur ai demandé qui leur a ordonné de faire ça, ils (les policiers) m’ont dit qu’ils ne connaissaient pas, et si je ne suis pas content, de partir à la justice. Mais, je leur ai aussi demandé le papier qui prouve réellement que la famille doit quitter ici, ils n’ont pas montré ce papier. Comme la famille détient la photocopie du sursis de la Cour Suprême, je suis venu monter ça au commandant. Mais, il a dit que cela ne le regarde pas. Ils (les policiers) sont venus du commissariat de Dabompa. Ils ont volé des téléphones, de l’argent, des bijoux et ils ont même soulevé une partie du toit de l’annexe. Vers 7 heures20’, les jeunes du quartier se sont mobilisés pour barrer la route, c’est ainsi qu’ils ont pris leurs véhicules pour quitter. Mais, la famille veut poursuivre ce problème pour y mettre fin. Donc, à partir de maintenant, on va tout de suite à la Cour Suprême pour déposer plainte contre les policiers qui ont fait ce déguerpissement. Il y avait 4 jeunes avec eux qui se disaient être des huissiers. Mais, quel est le papier qui prouve qu’ils sont huissiers ? On n’a pas vu ce papier », a déploré Bouya Sylla.

A suivre !

Mamadou Yaya Petel Diallo pour Guineematin.com

Tél: 621 67 36 81

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin