Un mort payé par l’Etat à Faranah : la justice appelée à faire la lumière sur le dossier

Entamé le 25 novembre 2021, le recensement des agents de la Fonction publique se poursuit à Faranah. L’opération a permis déjà de détecter des irrégularités, dont deux situations confuses qui attirent particulièrement les attentions. Il s’agit d’une affaire de matricule disputé et du cas d’un fonctionnaire décédé et dont le salaire était toujours payé par l’Etat. La justice a été saisie pour faire la lumière sur ces deux dossiers, a appris Guineematin.com à travers son correspondant à Faranah.

Qui prenait le salaire de Kerfalla Kourouma, un fonctionnaire qui est déjà mort ? C’est l’une des questions qui se posent à Faranah, quelques jours après le début du recensement des fonctionnaires, initié par les autorités de la Transition dans le cadre de l’assainissement du fichier de la Fonction publique. Les agents recenseurs ont appris que ce cadre, qui travaillait au compte de l’inspection régionale de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, n’est plus en vie. Mais, son décès n’a pas été déclaré et son salaire était toujours payé. Une autre personne se serait substituée à lui pour prendre son salaire.

Colonel Jean Louis Kpoghomou, préfet de Faranah

En plus de cette affaire, un autre problème décelé par les recenseurs focalise les attentions à Faranah. Deux dames ayant le même nom, mais avec des dates et des lieux de naissance différents, se disputent le même matricule. L’une dit avoir intégré la Fonction publique pendant la lutte contre Ebola et l’autre par voie de concours. Qui est la vraie titulaire du matricule ? Il reviendra à la justice de trouver la réponse à cette autre question. « La Brigade de recherches a fini son travail et les dossiers ont été remontés au niveau de la justice. Il appartient à la justice de trancher », a annoncé le préfet de Faranah, Colonel Jean Louis Kpoghomou.

Interrogé par Guineematin.com, le procureur de la République près le tribunal de première instance de Faranah, Mamoudou Magassouba, a confirmé la réception de ces deux dossiers. « La Brigade de recherches nous a transmis ce matin les deux dossiers. Après analyse, nous avons ouvert une information, nous avons saisi un juge d’instruction à l’effet d’instruire les dossiers », a confié le magistrat.

A suivre !

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com 

Tel : 620241513/660272707

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS