Alpha Abdoulaye Diallo

Comme annoncé précédemment, le tribunal de première instance de Kaloum a rendu sa décision hier, mardi 3 février 2021, sur le contentieux opposant le camp de Moussa Iboun Conté à celui d’Alpha Abdoulaye Diallo autour du contrôle de l’association guinéenne des éditeurs de la presse indépendante (AGEPI). La juridiction a annulé le congrès qui a porté Alpha Abdoulaye Diallo à la tête de l’organisation, ordonnant l’organisation d’un nouveau congrès.

Mais, le camp Alpha Abdoulaye conteste cette décision et promet de faire appel pour demander son annulation. C’est son avocat, maître Facinet Soumah, qui l’a annoncé dans un entretien avec un journaliste de Guineematin.com, ce mercredi 3 février 2021. Car, dit-il, cette décision est « un mal jugé » rendu sur la base de faux statuts.

« La décision du tribunal de première instance de Kaloum est un mal jugé. Vous savez, Iboun Conté est quelqu’un qui veut prendre l’AGEPI comme sa propriété privée. Il a été élu en septembre 2015 pour un mandat de 3 ans ; et en septembre 2018, son mandat prenait automatiquement fin. Mais malgré cela, il refusait d’organiser le congrès pour le renouvèlement de son bureau exécutif. Et puis, le statut que lui il brandit, n’a jamais été adopté à une quelconque Assemblée générale de l’AGEPI.

Et, vous n’êtes pas sans savoir que pour donner naissance à des statuts d’une association, il faut une AG, c’est l’AG qui est souveraine. Donc, il brandit ses statuts qu’il a fabriqués en cours de mandat et dans lesquels il met que son mandat est de 5 ans. Alors, quand il a refusé d’organiser le congrès, les membres de l’association, dans leur grande majorité, ont signé une pétition pour organiser le congrès et renouveler le bureau exécutif. C’est ce qui fut fait. Après le congrès, toutes les formalités ultérieures ont été effectuées, Iboun Conté a trop fait pour obtenir l’annulation des PV de congrès.

Je vous informe que ce n’est pas la première procédure. Il a intenté des procédures tant pénales que civiles ; mais, il a succombé dans toutes ces procédures-là. C’est la première fois qu’il y a une décision en sa faveur et là, on sait que ce n’est pas du droit. La décision est un mal jugé, elle est rendue sur la base de faux statuts. Donc, nous avons déjà relevé appel de cette décision inouïe ; et en droit, nous espérons que cette décision sera purement et simplement infirmée par la Cour d’appel », a dit l’avocat.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com