Depuis quelques temps, les populations de Sidikila (un district relevant de la sous-préfecture de Balandougouba, dans la préfecture de Mandiana) vivent avec la peur au ventre. Et, pour cause, leurs habitations sont menacées d’effondrement à cause de l’exploitation à la dynamite d’une mine d’or à Bougoudalen (en République du Mali) par une société aurifère. Déjà, plusieurs maisons se sont écroulées et nombreuses autres sont fissurées par les fortes secousses qui résultent de l’explosion de dynamites de la Société des Mines de Komana SA.

Aujourd’hui, désemparés, les habitants de Sidikila appellent le gouvernement guinéen à entreprendre des pourparlers avec celui du Mali pour faire arrêter ces explosions assourdissantes qui troublent leur quiétude, rapporte un des correspondants de Guineematin.com dans la région de la Haute Guinée.

Sidikila est un district guinéen qui fait frontière avec la République du Mali. Et, depuis quelques temps la vie y est quasiment impossible. Les habitants de cette localité craignent en permanence pour leur vie actuellement troublée par des explosions de dynamites dans la localité frontière de Bougoudalen (en territoire malien). Et, selon nos informations, c’est une société aurifère malienne qui est à la base de ces explosions qui produisent de graves secousses dans le district guinéen de Sidikila.

« Les populations de Sidikila souffrent actuellement. La Société des Mines qui se trouve à Bougouladen, au Mali, fait exploser des dynamites à la recherche de l’or. Dès qu’ils commencent à faire exploser des dynamites, cela crée un tremblement de terre et provoque des fissures sur des maisons. D’autres maisons se sont d’ailleurs effondrées. On a fait une liste de ces maisons et on l’a envoyée au préfet de Mandiana. La Guinée et le Mali sont des pays frères, nous on ne peut rien, c’est pourquoi on demande aux autorités compétentes d’agir », explique Django Camara, le sous-préfet de Balandougouba.

En plus du tremblement de terre, les fissures et le risque d’effondrement de leurs maisons, les populations de Sidikila sont aussi exposées à des nuages de poussière qui sont causés par l’explosion de dynamites à Bougoudalen.

« On sait que vous pouvez nous aider à alerter les autorités. On a donné un mémorandum au maire et il a fait de son mieux. Mais, jusqu’à présent, nous souffrons. Avant qu’ils ne commencent à faire exploser des dynamites, ils lancent d’abord des signaux. Ici, tout le monde connaît ces signaux ; mais, on ne peut pas s’habituer. En plus du lourd bruit, le tremblement et autres, ces explosions dégagent une poussière indescriptible », ajoute Siaka Keïta, le patriarche de Balandougouba.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin