Dr Mamadi Kaba, président pour la Ligue pour les Droits et la Démocratie en Afrique (LIDDA)

Les conditions carcérales des opposants détenus à la maison centrale de Conakry deviennent de plus en plus difficiles. Outre l’interdiction de leurs activités sportives, ils ne sont plus autorisés à recevoir des visites ni de leurs avocats encore moins de leurs avocats. Une situation que déplore Mamady Kaba, président de la Ligue pour les Droits et la Démocratie en Afrique (LIDDA). L’activiste des droits de l’homme plaide pour une décrispation de la vie politique guinéenne pour permettre au pays de se focaliser sur son développement. Il l’a dit dans un entretien avec un journaliste de Guineematin.com hier, jeudi 18 février 2021.

« La règle est que les avocats aient accès à leurs clients, quelles que soient les circonstances. Ces détenus politiques ont des droits qui doivent être respectés, notamment celui d’avoir des visites de leurs avocats et de leurs proches. Mais, la situation que nous traversons est une situation qui nécessite qu’il y ait un dialogue politique qui débouche sur une décrispation de la situation générale du pays. Nous traversons une situation très compliquée et qui va se compliquer davantage. Si rien n’est fait, nous risquons d’aboutir à une situation qui échappe à tout contrôle.

Je pense que ce n’est pas nécessaire maintenant alors que nous sommes confrontés à d’autres défis beaucoup plus importants. Il faut engager des actions qui débouchent sur la mise en liberté des responsables de partis politiques et de la société civile qui sont en détention et qu’il y ait un dialogue politique global pour permettre au pays de sortir de ce bras de fer qui ne permettra pas d’avoir une situation normale. Nous avons besoin de sérénité, d’unité nationale, nous avons besoin de cohésion pour faire face aux défis qui planent sur nos têtes.

Mais, dans cette situation, il nous sera difficile de vaincre n’importe quelle menace parce que nous ne sommes pas unis, nous sommes engagés dans un bras de fer terrible depuis plusieurs mois maintenant. Donc, il est important que des mesures de décrispation soient prises et qu’un dialogue politique global soit engagé pour permettre au pays de sortir de cette situation et de faire face aux défis du développement », a dit Mamady Kaba.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin