Prorogation de l’état d’urgence : un député demande « au peuple de Guinée de ne pas respecter ce décret »

28 mai 2021 à 8 08 13 05135
Abdoulaye Kourouma, président du parti RRD, et député à l’Assemblée nationale

L’honorable Abdoulaye Kourouma, président et député du parti Rassemblement pour la Renaissance et le Développement (RRD), n’est pas d’accord avec la prorogation de l’état d’urgence sanitaire pour un mois encore, en Guinée. Une décision annoncée mercredi soir, 26 mai 2021, par le président Alpha Condé à la télévision nationale. L’opposant indique que le chef de l’Etat guinéen a violé la Constitution, en prenant une telle mesure sans consulter l’Assemblée nationale. C’est pourquoi, il demande aux Guinéens de ne pas respecter cette décision.

« Il s’agit d’une décision unilatérale du gouvernement. L’Assemblée nationale n’a jamais été saisie, ça n’a jamais fait l’objet d’un débat au parlement guinéen. Donc, c’est un mensonge d’État. Et nous demandons au peuple de Guinée de ne pas respecter ce décret qui viole la Constitution. Et nous demandons aux Guinéens de continuer à vaquer à leurs activités, car ce décret n’est pas dans les normes.

La loi d’habilitation du président de la République (qui lui permettait d’agir sans consulter l’Assemblée nationale, ndlr) est finie depuis le 5 octobre 2020. Donc il faut qu’Alpha Condé arrête de prendre le pays comme si c’était sa propriété privée. Les institutions doivent être rétablies dans leurs droits et doivent travailler conformément à la loi », a déclaré le président du RRD.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Lire

Cadre de dialogue : le parcours qui incite à l’optimisme avec Fodé Bangoura

25 mai 2021 à 9 09 20 05205
Elhadj Fodé Bangoura, président du PUP

Contrairement à quelques préjugés défavorables avec lesquels certains ont accueilli le choix du président Alpha Condé de confier le très stratégique dialogue politique et social à Fodé Bangoura, l’homme a un parcours duquel émergent des atouts indéniables. C’est dire que ce n’est pas nécessairement la personnalité devant piloter le prochain dialogue qui pose problème. Les stéréotypes et autres raccourcis subjectifs sont davantage en cause.

Sa connaissance du pays et de sa sociologie

Le premier atout de Fodé Bangoura par rapport à la mission qui vient de lui être confiée, c’est sa grande connaissance du pays. Et pour qui connaît la complexité du débat dans ce pays du fait de certaines susceptibilités, c’est un véritable avantage de connaître la société et les hommes quand on s’apprête à gérer un dialogue qui ne s’annonce pas facile. Et le leader du PUP qui est né à Koba (Boffa) et s’est formé en Guinée, a la chance de maîtriser l’environnement local. D’autant que l’homme a une spécialité en Géographie. En effet, en 1970, après avoir décroché son baccalauréat complet en série Techniques Economiques (STE), il est inscrit aussitôt à l’institut polytechnique de Gamal Abdel Nasser de Conakry au département de géographie qui le verra dérocher, en 1975, son diplôme d’Etudes supérieures (DES) Option : Géographie-Cartographie. Par ailleurs titulaire d’un diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS Paris VI), il renforce sa connaissance du pays à travers les nombreuses recherches qu’il a menées et qui ont débouché sur la production de quelques publications dont ‘’Le Document sur la socio-économie de la Guinée Forestière (Guéckédou et Lola)’’, en 1986, ‘’Structure agraire et problème foncier dans la Communauté rurale de développement (CRD) de Koba’’ en 1988 ou encore ‘’Le foncier en République de Guinée’’ en 1988.

Son expérience réussie au sommet de l’Etat

Fodé Bangoura, c’est aussi et surtout une longue expérience au sein de l’administration guinéenne et à des postes stratégiques. Après un passage à la tête du département de Géographie à l’université de Conakry pour la période 1986-1991, il est nommé en mars de cette année au poste de chef de cabinet au secrétariat d’Etat au Tourisme et à l’Hôtellerie. Et c’est le début d’une longue carrière qui devait culminer entre 1997 et 2006 par les postes de secrétaire général, puis de ministre Secrétaire général de la Présidence de la République. Discret mais efficace, diplomate mais loyal, on dit de lui qu’il a le sens de l’Etat. Ainsi, il a su faire montre de lucidité et de dignité au-delà des vicissitudes de l’histoire. Pondéré dans ses sorties médiatiques, il a gardé des liens solides avec tous les bords politiques. Enfin, son expérience au plus haut niveau de l’administration lui servira particulièrement d’atout dans la mesure où elle lui confère la légitimité de parler avec tout le monde sans gêne, ni complexe.  

Un homme transversal qui peut tutoyer toutes les obédiences et tendances

Enfin, personne ne saurait reprocher à Fodé Bangoura de s’être mêlé de près ou de loin au débat sur l’ethnocentrisme en Guinée. Se méfiant des excès, il a aussi bien dans sa carrière administrative que dans la bataille politique, su rester au-dessus de la mêlée. Jamais un mot de trop ou de travers. Il est de ce fait un arbitre naturel entre toutes les obédiences politiques et sociales et les tendances en leur sein. Symbolisant la région de Basse Guinée, terre d’hospitalité et de rencontres, Fodé Bangoura a donc tous les atouts pour surprendre les sceptiques. On devrait donc le juger aux actes.

Mohamed Keita

Lire

Politique : la fédération UFDG-Libéria renouvèle sa confiance au président Cellou Dalein Diallo

24 mai 2021 à 20 08 27 05275

« Notre fédération, s’inscrivant davantage sur la logique de défense des libertés fondamentales, des principes de la démocratie, la justice, l’unité et la réconciliation nationale, renouvelle sa confiance au bureau politique national particulièrement au président élu du peuple, son excellence ELHADJ CELLOU DALEIN DIALLO dans sa noble mission d’unir et servir les Guinéens…Notre engagement, notre fidélité et notre loyauté envers le parti et son président sont irréversibles ». C’est l’assurance donnée par la fédération UFDG du Libéria et les mouvements de soutien du parti dans ce pays frontalier de la Guinée.

Guineematin.com vous propose de lire ci-dessous leur l’intégralité de leur déclaration, publiée à l’issue d’une assemblée générale tenue hier, dimanche 23 mai 2021, à Monrovia.

DÉCLARATION DE RENOUVELLEMENT DE CONFIANCE ENVERS LE PARTI ET À SON PRÉSIDENT SON EXCELLENCE ELHADJE MAMADOU CELLOU DALEIN DIALLO, L’ELU DU PEUPLE PAR LA FÉDÉRATION UFDG DU LIBÉRIA.

Excellence Mr. le président ELHADJ CELLOU DALEIN
DIALLO président élu de la République de Guinée.

Mesdames et messieurs les membres du Bureau Politique National.

Mesdames et Messieurs les membres du Bureau Exécutif National

Mesdames et Messieurs les membres du Comité National des Jeunes

Mesdames les membres du comité National des Femmes,

Chers Responsables Allier de L’ANAD

Chers collègues du Bureau Fédéral du Liberia

Très Chers membres du Bureau Fédéral des Sages

Très Chers membres du Bureau Fédéral des Femmes

Très Chers membres du Bureau Fédéral des Jeunes

Très chers Secrétaire Généraux et les Responsables des 15 sections de la Fédération de L’UFDG Libéria.

Chers Responsables des mouvements de soutien International:
KOMATOUN CELLOU LAMOH, STAFF HADJA HALIMATOU DALEIN
DIALLO, DENTAL GORKO SOUSSAI SUNNADJO HOLLOH,
TAABITAL-POULAKU etc…

Chers responsables des organisations et des Institution locaux :
FULANI UNITED OF LIBERIA, FULA COMMINUTY FOR PROGRESS
AND DEVELOPMENT, BANTAL FOUBHE LIBERIA, NATIONAL
FULA SECURITY TEAM OF LIBERIA,

Chers Collègues des partis Politiques Allies,

Chers Militants et sympathisants de la fédération

Distingués invités,

Mandâmes et Messieurs.

C’est pour moi un immense plaisir et un grand honneur de prendre la parole au nom de l’ensemble des cadres, militants et des mouvements de soutien de la fédération UFDG du LIBÉRIA. Notre fédération s’est engagée depuis 2007 dans un combat démocratique irréversible derrière le président CELLOU DALEIN DIALLO pour le développement économique, l’instauration d’un état de droit et la promotion des valeurs démocratiques et sociales en République de Guinée. Aujourd’hui ce bilan reste positif et prometteur.

Notre parti a participé à trois élections présidentielles, une élection législative et une élection communale et communautaire pendant lesquelles L’UFDG s’est illustré à travers des scores extraordinaires malgré les machines de fraudes instaurées par le parti au pouvoir. La dernière en date fût l’élection présidentielle de 2020 pendant laquelle le peuple de Guinée dans sa majorité a accordé leurs chiffrages à notre candidat son excellence ELHADJ MAMADOU CELLOU DALEIN DIALLO dès le premier tour avec 53,84 %.

MONSIEUR LE PRESIDENT,
MESDAMES ET MESSIEURS LES MEMBRES DU BUREAU EXECUTIF NATIONAL

Nous voudrons vous assurez l’engagement total de la fédération de L’UFDG Liberia à cote de vous pour la démocratisation de notre pays natale la Guinée dans ce combat difficile, sous ce régime dictatorial de Mr. Alpha CONDE, qui n’as rien fait sauf l’instauration d’un system de corruption dans tous les lieux administratifs de notre pays, instaurer la haine entre les Guinéens, la division entre les ethnies.

Vous avez été et serez un président incontestable dans l’histoire de la Guinée car vous incarnez tous les valeurs démocratiques et morales d’un pays émergent, c’est pourquoi nous les responsables et militants des 15 Sections de la fédération du Liberia nous vous réaffirmons notre engagement total dans ce combat.

MONSIEUR LE PRESIDENT MESDAMES ET MESSIEURS.

MONSIEUR LE PRESIDENT

Malheureusement cette lutte ne se mène pas sans conséquences vis-à-vis de notre parti et de nos militants. C’est le lieu de déplorer et de condamner sévèrement les tueries à balles réelles, les emprisonnements infligés aux cadres et militants de L’UFDG, à L’ANAD, et à l’opposition ainsi que d’autres violations flagrantes des droits humains suite à leurs démarches démocratiques visant à empêcher un troisième mandat anticonstitutionnel pour alpha CONDE. Les victimes n’ont jamais connu justice ou la compassion de l’Etat. Nous prions pour le repos des âmes de tous les martyrs tombés sous les balles du pouvoir d’Alpha Condé et exhortons une liberté totale sans condition à tous les détenus politiques sur toute l’étendue du territoire national.

MESDAMES ET MESSIEURS.

Après dix ans d’exercice du pouvoir par Alpha condé et son clan machiavélique; notre pays demeure toujours dans une pauvreté excessive, un manque cruel des services sociaux de bases. Un recul de la liberté, de la démocratie et de l’état de droit. Une fracture totale du tissu social, occasionner et entretenu par Alpha Condé avec son projet de diviser pour régner. Le tout couronné par des détournements des fonds publics, une corruption à grande échelle dans tous les échelons de l’administration Guinéenne sans que les responsables ne soient inquiétés. A cela s’ajoute le manque de résultats de développement économique.

MONSIEUR LE PRESIDENT

Avec votre permission nous saluons l’effort fourni par les responsables et militantes de L’UFDG dans le monde entier car c’est grâce à la communication et à la mobilisation de nos militants et responsable dans les diasporas que les Guinéennes et les institutions nationales et internationales continuent de lutter contre cette dictature d’Alpha CONDE.

MONSIEUR LE PRESIDENT

Notre fédération s’inscrivant davantage sur la logique de défense des libertés fondamentales, des principes de la démocratie, la justice, l’unité et la réconciliation nationale ; renouvelle sa confiance au bureau politique national particulièrement au président élu du peuple, son excellence ELHADJ CELLOU DALEIN DIALLO dans sa noble mission d’unir et servir les Guinéens. La fédération UFDG du LIBÉRIA et les mouvements de soutien restent debout derrière le parti et son président pour continuer le combat démocratique. Notre engagement, notre fidélité et notre loyauté envers le parti et son président est irréversible jusqu’à la victoire finale.

Recevez monsieur le président nos sincères salutations.

VIVE ELHADJE CELLOU DALEIN DIALLO

VIVE L’UFDG

VIVE L’ANAD

VIVE LA DEMOCRACIE

VIVE LA REPUBLIQUE

Je vous remercie.

Lire

Mamadou Barry de l’UFDG plaide : « nous ne devons pas oublier les détenus politiques »

23 mai 2021 à 9 09 02 05025
Mamadou Barry, secrétaire général adjoint de l’UFDG

Comme on le sait, au lendemain de la très contestée élection présidentielle du 18 octobre dernier, plusieurs citoyens et responsables politiques guinéens (en majorité de l’UFDG) ont été arrêtés et détenus à la maison centrale de Conakry. Ces détenus politiques croupissent encore en prison, sans aucun jugement encore moins une condamnation, pour leur opposition au troisième mandat d’Alpha Condé.

Aujourd’hui, plusieurs d’entre eux sont malades, certains ont même été atteints de COVID-19 entre les murs crasseux de la maison centrale surpeuplée de Conakry. Malgré l’illégalité de leur détention, toutes les tentatives d’obtention de leur libération, ne serait-ce que provisoire, sont pour le moment restées vaines. Leur situation inquiète les organisations de défense des droits humains ; mais aussi et en premier lieu, l’union des forces démocratiques de Guinée (la principale formation politique d’opposition au régime Alpha Condé).

Au cours d’un récent entretien accordé à un reporter de Guineematin.com, Mamadou Barry, le secrétaire général adjoint de l’UFDG, a plaidé pour une large et réelle implication de la société civile, des religieux et des élus locaux pour mettre fin à cette détention injustifiée de grandes figures de l’opposition et de la société civile. Ce cadre du parti de Cellou Dalein Diallo appelle à une « décrispation » de la situation en Guinée pour permettre à tout le monde d’avancer dans le bon sens.  

Décryptage !

Guineematin.com : vous avez rendu visite aux détenus politiques incarcérés à la maison centrale de Conakry. Quel a été votre constat ?

Mamadou Barry : le constat, avant d’y aller déjà, était de se rendre compte que des cadres du parti (UFDG) sont arrêtés, des anonymes aussi sont arrêtés sans jugement. Le souhait était de voir dans quelle condition ils sont et moralement comment ils se portent ; et, de voir éventuellement quelles possibilités de plaidoirie on peut obtenir pour permettre leur élargissement. Mais, voir aussi dans quelles conditions les choses vont avancer dans le bon sens pour tout le monde.

Guineematin.com : comment se portent ces détenus en prison ?

Mamadou Barry : ils se portent assez bien, quoi qu’on ne puisse pas se porter bien en prison. Après ces six mois de détention sans jugement, il est difficile de dire que quelqu’un se porte bien en prison. Mais, toujours est-il que le moral est là et il est question que le monde sache qu’ils sont là, qu’on pense à eux et qu’on voit dans quelles mesures les choses peuvent avancer dans le bon sens.

Guineematin.com : au sein de l’UFDG, comment vous vivez l’absence de ces cadres et responsables de votre formation politique ?

Mamadou Barry : c’est difficile. Quand on a des personnes, des cadres du parti et des amis ou des collègues qui sont détenus depuis si longtemps, il est toujours très difficile d’avoir un travail serein qui puisse se faire au sein du parti dans la quiétude, dans la construction des valeurs et dans la consolidation des idéaux du parti.

Guineematin.com : vous avez parlé de plaidoirie ; mais, quel genre de plaidoirie faut-il faire pour obtenir leur libération ?

Amadou Barry : la plaidoirie va au-delà de demander pardon. La plaidoirie, c’est une question de dire simplement que ceux qui sont en prison, leur place n’est pas en prison. Des cadres qui peuvent être utiles au pays, des cadres qui peuvent être utiles dans leur parti et dans leurs familles sont là (en prison). Et, c’est normal qu’on pense à ce qu’il y ait un élargissement. Ce qui me fait un peu mal, c’est qu’à une époque, en 2010, en 2013, en 2015, en 2018, on voyait des personnalités, des groupes de personnes venir plaider auprès de Cellou Dalein Diallo pour qu’il y ait la paix, la quiétude et pour qu’il y ait une harmonie au sein du pays. Aujourd’hui, on ne les voit plus et je trouve cela très dommage qu’on ne parle pas de ces détenus suffisamment. La plaidoirie n’est pas de demander pardon à qui que ce soit, c’est juste dire que leur place n’est pas en prison. Leur place est dans la société, auprès de leur famille. Il faut que les coordinations se lèvent, puisque ce sont des enfants du pays. On ne voit pas les associations des femmes. Je me souviens encore de Dr Makalé Traoré qui faisait beaucoup de mouvements, beaucoup de démarches pour qu’il y ait la paix, la quiétude sociale. En plus, il y a les élus locaux qui peuvent bien essayer, au sein de leur commune, de montrer qu’il y a un besoin de tranquillité, un besoin de solidarité envers ces détenus  pour que, au moins, en attendant le jugement, que ces personnes puissent retrouver leurs familles, que ces personnes puissent retrouver leurs familles et échanger avec elles pour voir dans quelle mesure il peut y avoir une décrispation. La question n’est pas de dire que plaider c’est demander pardon. La question est de faire en sorte qu’on voit dans quelle mesure on peut décrisper la situation et toutes les personnes de bonne volonté, les personnes qui peuvent s’impliquer pour que ces personnes (les détenus politiques) recouvrent leur liberté pour le bien de tout le monde.

Guineematin.com : vous déplorez le fait que ces organisations féminines, ces élus locaux et les religieux ne s’impliquent pas beaucoup pour obtenir la libération de ces détenus ; mais, est-ce que vous ne pensez pas que l’UFDG elle-même n’agit pas sur le terrain ? Parce que si ces personnes allaient pour demander à Cellou Dalein Diallo la paix, c’est parce qu’il y avait les manifestations. Or, aujourd’hui, sur le terrain, il n’y a aucune action. Est-ce que vous ne pensez pas que les gens se disent que puisqu’il y a la paix actuellement, il ne sert à rien d’engager des actions ?

Mamadou Barry : cette situation dépasse le statut de l’UFDG. En fait, là, on est en train de parler de la citoyenneté. Et n’oublions pas qu’il y a des cadres qui sont en prison et qui ne sont pas de l’UFDG. Il y a des cadres du FNDC qui sont en prison…

Guineematin.com : mais, ce sont ceux de l’UFDG qui sont en grand nombre.

Mamadou Barry : on est parfaitement d’accord ; mais, d’abord et avant tout, c’est des citoyens guinéens qui sont en prison. Alors, au de-là de l’UFDG, il y a des citoyens qui sont là ; et, ces organisations parlent de citoyenneté, de droit de l’homme. Donc, l’idée est de faire qu’on sorte de ce clanisme pour dire qu’on va mettre l’UFDG d’un côté et le peuple de Guinée de l’autre. On a vu comment ça fonctionne depuis longtemps. L’idée, c’est de faire en sorte qu’il y ait une mobilisation de tout un chacun là où il est. Le médiateur de la République est là. Il y avait des mobilisations avant même qu’il y ait des discussions ou bien des échanges sur les manifestations, il y avait des anticipations de ces autorités auprès de la direction de l’UFDG pour dire : non, faites attention pour la paix. Mais, aujourd’hui, il y a des gens qui sont détenus et le médiateur de la République, on ne l’entend pas. Les religieux et les organisations de la société civile, on ne les entend pas. Les élus locaux, que ça soit de l’UFDG ou bien des autres partis politiques, qui sont des citoyens à la base, sont en mesure de dire que nous sommes dans une situation où il faut quand même qu’on progresse et voir dans quelle mesure on peut alléger cette crispation. Parce qu’on ne peut pas continuer à être crispé comme ça.

Guineematin.com : mais, est-ce que l’UFDG est allée vers ces structures pour demander leur implication ?

Mamadou Barry : on est allé vers eux et on va continuer à aller pour faire en sorte que des dispositions soient prises. Mais, il y a un handicap de taille qui fait en sorte que jusqu’à présent on n’arrive pas à résoudre ce problème de fermeture des bureaux de l’UFDG. On est dans cette situation où il n’y a aucune notification, aucune justification, aucune règle de droit qui amène cette fermeture des bureaux de l’UFDG. Donc, c’est ce qui fait que même les retrouvailles et les rendez-vous sont difficiles. Quand on ferme ton bureau, il est difficile d’initier ou d’organiser quoi que ce soit ou bien de faire des rencontres avec ces élus pour voir ce qu’il y a lieu de faire. Encore une fois, il est bon qu’on ait la possibilité de se retrouver, d’échanger et de voir dans quelle mesure quelque chose peut se faire. Mais, il y a des pré-requis qui font en sorte que la décrispation puisse être valable des deux côtés.  Mais, puisqu’il y a des gens qui sont en prison et qui sont privés de liberté, il faut commencer par ça et voir comment décrisper la situation.

Guineematin.com : aujourd’hui, votre souhait, c’est l’organisation rapide d’un procès de ces détenus ou bien c’est d’obtenir leur libération pure et simple ?

Mamadou Barry : l’idée est, dans un premier temps, qu’à partir du moment où le procès est retardé, il est souhaité que ces personnes recouvrent leur liberté pour retrouver leur famille en attendant. Il faut rappeler que ces cadres dont on parle aujourd’hui se sont livrés. On n’est pas allé les chercher. A partir du moment où ils se sont livrés, ça veut dire que le procès peut avoir lieu. Mais, en attendant ce procès, qu’on les élargisse pour qu’ils puissent être aux côtés de leurs familles, pour voir comment on peut commencer à décrisper ; et, ensuite on parlera du siège de l’UFDG pour voir comment des rencontres peuvent avoir lieu afin d’améliorer les choses.

Guineeamtin.com : votre message de la fin ?

Mamadou Barry : mon message, c’est de lancer un appel à toutes les personnalités, particulièrement aux élus de l’UFDG, que ça soit à Conakry ou bien les fédérations de l’intérieur et de l’extérieur, de voir dans quelle mesure il peut y avoir une mobilisation pour essayer de sensibiliser les uns et les autres. Parce que chacun peut quelque chose quelque part parce que nous ne devons pas oublier ces détenus politiques.

Guineematin.com : merci à vous.

Mamadou Barry : c’est moi qui vous remercie.

Interview réalisée par Alpha Assia Baldé et Alpha Fafaya Diallo

Tél : 622 68 00 41

Lire

Nomination du Secrétaire Permanent du Cadre National du Dialogue Social : la réaction du RPG/AEC

22 mai 2021 à 7 07 36 05365

Conakry, 21 Mai 2021 – La nomination par un décret présidentielle de Monsieur Fodé Bangoura, ancien Ministre et Président du PUP en qualité de Secrétaire Permanent du Cadre National du Dialogue Social, est la suite logique à la création de ce cadre dans un précédent décret en janvier dernier.

Au-delà donc de l’espace qui se veut propice aux échanges entre les forces vives du pays, ce cadre est une énième illustration de la volonté constante du Prof Alpha CONDÉ, Président de la République à promouvoir les fondamentaux nécessaires à la construction d’une NATION UNIE ET PROSPÈRE, chose qui est étroitement en phase avec la vision du Rpg Arc-En-Ciel.

À cet effet, nous félicitons Monsieur Fodé BANGOURA pour avoir fait preuve de patriotisme, en acceptant d’assumer ce rôle hautement fédérateur malgré les dissensions d’ordre idéologique que nous entretenions dans un passé récent. Donnant ainsi corps à cette pensée de Jacques LACAN, je cite :  » Le dialogue paraît en lui-même constituer une renonciation à l’agressivité« 

À travers lui, nous rendons également un hommage à sa famille politique, tout en réitérant notre disponibilité à contribuer activement à la réussite de ce dialogue dans le respect de la diversité et des principes.

Honorable Domani Doré, députée du RPG arc-en-ciel, porte-parole du Rpg Arc-En-Ciel

Pour la Direction Nationale, Honorable Domani Doré
Porte-Parole du Rpg Arc-En-Ciel,
Première secrétaire parlementaire à l’Assemblée Nationale

Lire

Alpha Condé donne de nouvelles instructions (Compte-rendu du Conseil des ministres de ce jeudi)

20 mai 2021 à 19 07 13 05135
Tibou Kamara, porte-parole du gouvernement

Compte rendu du conseil des Ministres

La session ordinaire du conseil des ministres, s’est tenue ce jeudi 20 Mai 2021, par vidéoconférence, de 10h25 à 12h25, sous la Présidence, de Monsieur le Président de la République, son Excellence, Professeur Alpha Condé. Les points inscrits à l’ordre du jour étaient les suivants :

  1. Messages de son Excellence, Monsieur le Président de la République
  • Comptes rendus des sessions du Conseil interministériel
  • Décisions
  • Divers

Au titre du premier point de l’ordre du jour, Monsieur le Président de la République, son Excellence, Professeur Alpha Condé, a informé le conseil que la commission chargée du contentieux-franco-guinéen entamera sa mission, la semaine prochaine. Elle s’emploiera à distinguer les citoyens qui sont dans l’illégalité de ceux dans la légalité. Ce sera une approche au cas par cas. Les citoyens dont les maisons ont été, injustement, à tort, détruites seront indemnisés ou leurs habitations reconstruites. En revanche, tous ceux qui occupent, illégalement, les domaines et terrains appartenant à l’Etat, seront déguerpis, sans aucune mesure d’indemnisation.

 En outre, des enquêtes seront diligentées pour déterminer les conditions de toutes les occupations et situer aussi les responsabilités à propos des titres et actes administratifs détenus par les uns et les autres.

Le Chef de l’Etat s’est réjoui des conclusions favorables de la dernière revue du programme économique guinéen par nos partenaires, neutres et impartiaux, qui rétablissent la vérité à partir de critères objectifs et transparents à propos de la gouvernance économique du pays. Il a invité le Gouvernement à partager toutes les informations avec les populations, afin qu’elles soient édifiées sur tous les faits et les événements qui les touchent. Ainsi, l’action publique sera mieux comprise et le travail du gouvernement mieux jugé et apprécié.

S’agissant de l’endettement du pays, Monsieur le Président de la République a noté que la Guinée est beaucoup moins endettée que la moyenne admise pour les Etats membres de la CEDEAO. Alors que le seuil toléré est de 60%, dans les pays de l’UEMOA a Guinée affiche un taux d’endettement global de 44% du PIB sur lequel la dette extérieure représente 26 %, environ.

Le Chef de l’Etat a instruit que l’administration et contrôle des grands projets (ACGP), assiste les hommes d’affaires du pays à faire des études bancables pour leur faciliter l’accès aux financements destinés au secteur privé.

Monsieur le Président de la République, a instruit, fermement, que tous les contrats et marchés publics soient attribués, par la voie des appels d’offres, qui doivent être lancés six mois avant, sans le moindre prétexte de dérogation lié à des urgences ou d’autres raisons.

Dans la foulée, le Chef de l’Etat, a ordonné que tous les contrats et marchés publics soient passés au peigne fin, avant d’être approuvés et payés, afin de se prémunir et lutter contre les pratiques chroniques de corruption, de surfacturations et de conflits d’intérêt. Aucun contrat et marché public ne sera honoré et payé, s’il ne remplit pas toutes les conditions de transparence et d’équité et n’obéit pas aux règles et procédures prescrites, en la matière.

Monsieur le Président de la République, s’est fermement engagé à user de tous ses pouvoirs et de tous les moyens pour que la Guinée ne soit pas une plaque tournante du trafic de la drogue ou ne soit un pays de recyclage de l’argent sale.

Monsieur le Président de la République a informé le conseil de la suspension par le Ministre d’Etat, ministre de l’environnement de nombreux gardes forestiers, suite au scandale révélé de la coupe et du trafic illicites du bois. La même mesure est envisagée pour d’autres fonctionnaires aussi bien de l’administration du territoire que pour tous les services impliqués, après la mission de terrain du ministre. Toutes les personnes reconnues responsables ou complices dans cette affaire, écoperont de sanctions administratives disciplinaires et feront l’objet de poursuites judiciaires. Le Chef de l’État, a mis en garde contre les pratiques et les activités de déforestation.

Monsieur le Président de la République, a instruit de sortir tous les fictifs du fichier de la fonction publique. De même qu’il a engagé tout le Gouvernement à mettre un terme à la fraude qui consiste à payer des fonctionnaires en situation d’abandon de poste. Il a engagé, à cet égard, la responsabilité des personnes chargées des ressources humaines.

Le Chef de l’État, a instruit le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, d’ordonner aux autorités financières de prendre toutes les dispositions nécessaires pour la publication régulière du journal officiel.

Le Chef de l’Etat a déploré les loyers excessifs pratiqués dans le pays qui pèsent sur les ménages. Il a instruit de prendre des mesures appropriées pour y faire face, en même temps qu’il a instruit d’accélérer le programme de constructions de maisons à un prix abordable et des logements sociaux.

Monsieur le Président de la République a réitéré son instruction à renouveler les personnels vieillissants de l’administration dans un pays où 70% de la population a moins de 30 ans.

Il a aussi instruit au Ministre de la pêche et de l’économie maritime de suivre et respecter strictement les recommandations issues des états généraux de la pêche.

Monsieur le Président de la République, a engagé son Gouvernement à atteindre rapidement son objectif ambitieux pour la Guinée, à savoir, produire ce que nous consommons, à travers les programmes et projets prévus à cet effet et pour certains, déjà en cours de réalisation. Ce qui permettra de réduire le coût des denrées et d’éviter l’inflation.

Le Chef de l’Etat a instruit au Gouvernement le contrôle et l’audit systématique des comptes des établissements à caractère public        (EPA) et les établissements à caractère public et industriel (EPIC) ainsi que les entreprises  .

Monsieur le Président de la République, a informé le conseil de la reprise de ses visites dans les ministères, les services de l’Etat et de l’administration publique. Elles se feront désormais, dans la matinée et l’après-midi, pour contrôler les présences aux heures légales d’ouverture et de fermeture des bureaux. Il a indiqué que ce n’est pas tout d’être à l’heure au travail mais de s’acquitter effectivement de sa mission. Il a dit attacher un prix à la volonté et à l’engagement de chacun et de tous pour un service public irréprochable. 

A la suite du message du Chef de l’État, le Premier Ministre, chef du Gouvernement a été invité à faire le compte rendu de la session du conseil interministériel du Mardi 18 mai et celle avant du 11 mai 2021. Mais, auparavant, Dr Ibrahima Kassory Fofana a rappelé son adresse aux membres du Conseil.

Le premier Ministre, Chef du Gouvernement, Dr Ibrahima Kassory Fofana a demandé au Ministre de l’Economie et des finances d’informer les membres du conseil des conclusions de la dernière revue de la mission des institutions de Breton Woods.

A ce propos, il s’est réjoui et félicité de la bonne santé de l’économie guinéenne, malgré toutes les fragilités et tous les risques auxquels la crise sanitaire sans précédent de la Covid 19 exposent les économies de tous les pays.

Dr Ibrahima Kassory Fofana, a souligné le taux exceptionnel de croissance de l’économie guinéenne de l’ordre de 7% avec des perspectives plus prometteuses encore. Il apparaît clairement que l’économie guinéenne, au regard de tous les indicateurs et agrégats est l’une des économies les plus performantes à l’échelle d’autres économies en Afrique et dans le monde. Il a relevé dans cette performance la part importante du secteur minier qui a permis de limiter et contenir les effets négatifs de la crise sanitaire mondiale.

Une réunion de l’équipe économique gouvernementale s’est tenue à la Primature afin de définir des actions pouvant permettre l’appropriation par les Guinéens de l’activité minière et de répondre à la préoccupation majeure de la mise en œuvre de la politique du contenu local. Dr Ibrahima Kassory Fofana, a rappelé le souci du Chef de l’Etat et de son Gouvernement que la croissance économique flatteuse du pays ait un impact réel et effectif sur la qualité et les conditions de vie des populations.

Malgré ce succès certain, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, a insisté sur les efforts à faire dans la lutte contre la corruption, pour hâter la réforme foncière à travers laquelle l’agro-business susceptible de tirer la croissance sera développé davantage.

Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, a attiré l’attention de la ministre des travaux publics sur les risques que le trafic ne soit perturbé sur la route nationale no1 à la veille de la saison des pluies en raison des difficultés dans les travaux. Il a invité la ministre à se rapprocher de l’entreprise adjudicatrice pour parer aux désagréments et d’envisager aussi de rendre praticable la contournante Famorya-Kindia pour parer à toute éventualité, comme par le passé.

Dr Ibrahima Kassory Fofana , après consultation et accord de Monsieur le Président de la République, son Excellence Professeur Alpha Condé a informé le conseil qu’à l’avenir, tout projet de texte de loi ou de réglementions relatif à la restructuration des entreprises publiques et para-publiques doit être présenté en conseil interministériel, conjointement , par le Ministère technique concerné et le Ministère de l’Economie et des Finances , afin de garantir le respect de la législation financière, en la matière.

Il a invité les ministres à faire passer tous les projets de texte de loi et décrets en conseil interministériel pour adoption avant de les soumettre à la signature de son Excellence, Monsieur le Président de la République.

Le Premier ministre, chef de gouvernement, a demandé au ministre de la fonction publique de présenter un projet de loi relatif aux autorités administratives indépendantes, afin de combler le vide juridique constaté, source de conflits de compétences entre les entités publiques.

Enfin, Dr Ibrahima Kassory Fofana, a annoncé la tenue d’un séminaire gouvernemental, une fois que les derniers arbitrages seront faits pour régler les conflits d’attributions et de compétences qui subsistent encore dans l’équipe gouvernementale, une fois aussi que les ministres auront reçu leurs lettres de mission définitives.

Après sa communication, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, a fait le compte rendu des sessions du conseil interministériel.

Le Ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger a fait une communication relative à la politique et au profil migratoires en République de Guinée.

Il a rappelé que la République de Guinée a signé, en décembre 2018 à Marrakech, le « Pacte Mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières ».

C’est pour honorer nos engagements issus de la conférence de Marrakech, que le Ministère des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Étranger, en collaboration avec la Mission de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), de l’Union Européenne (UE), de la CEDEAO et de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), a élaboré deux documents sur le profil et la politique migratoires de la Guinée.

S’agissant du document sur le profil migratoire, le Ministre a donné entre autres les objectifs suivants :

  • fournir un aperçu complet des tendances clés en matière de migration internationale et interne, volontaire et non volontaire, des effets de la migration sur le pays ;
  • faire un aperçu du cadre règlementaire et institutionnel de la migration au niveau national et régional ;
  • identifier certains des principaux défis et lacunes existant en matière de gouvernance de la migration en République de Guinée et recommander des stratégies pour y faire face dans le futur.

Quant au document de la Politique Nationale Migratoire, les objectifs se résument en cinq (05) grands axes qui sont :

  • la gestion des frontières et de la libre circulation ;
  • la traite des êtres humains ;
  • les migrations forcées et les mineurs non accompagnés ;
  • la migration de main d’œuvre et de travail ;
  • la migration et le développement.

Le Ministre a enfin expliqué que ces deux outils vont constituer un fondement pour la mise en place de l’Observatoire Guinéen pour les Migrations (OGM) ainsi que du Cadre de Concertation National sur les Migrations impliquant tous les Départements sectoriels, les Institutions Internationales, les ONG Nationales et la Société Civile intervenant sur la question.

Au cours des débats, les observations ont porté sur le document du profil migratoire notamment, certaines affirmations quant aux causes des migrations en particulier, la description de la pratique du confiage traditionnel comme un élément de la traite des personnes ainsi que la pratique du travail des mineurs dans les chantiers agricoles et miniers.

Au terme des débats, le Conseil a donné son soutien au Ministre et recommandé la mise en place d’une commission Adhoc de relecture du document sur le profil migratoire en Guinée, sous la présidence du Ministre d’État Secrétaire Général de la Présidence, avant l’adoption du document en Conseil des Ministres.

Concernant la Politique Migratoire, le Conseil a recommandé l’adoption en l’état du projet de Décret.

AU TITRE DES EXAMENS DE TEXTES

 Le Ministre des Postes, Télécommunications et de l’Economie Numérique a soumis pour examen le projet de Décret portant création et fixation des Statuts d’un Établissement Public Administratif dénommé « Agence Nationale de l’Innovation et de l’Economie Numérique (ANIEN) ».

Le Ministre a indiqué que l’ANIENa pour mission principale la mise en œuvre de la politique du Gouvernement en matière d’Innovation dans les Télécommunications/TIC et le numérique, la Formation et la Recherche dans ce domaine, ainsi que la promotion de l’Economie Numérique.

A ce titre, elle est chargée entre autres de :

  • promouvoir l’Innovation et l’entrepreneuriat dans le Numérique ;
  • appuyer la généralisation de l’usage du numérique dans les différents secteurs socio-économiques (e-santé; e-agriculture ; e-éducation ; e-transport ; e-commerce, etc.) et promouvoir l’inclusion numérique ;
  • contribuer à la définition des plans de formation et de recherche dans le domaine des Télécommunications/TIC et du numérique ;
  • Participer à la recherche de financements pour les projets structurants en matière d’innovation dans le domaine des Télécommunications/TIC et du numérique ;
  • Participer aux rencontres nationales, sous régionales, régionales et internationales traitant des questions relatives à l’innovation, à la recherche et à la formation dans le domaine des Télécommunications/TIC et de l’Economie Numérique.

Au cours des débats, les observations ont porté sur la nécessité de :

  • Ajouter au CA, une à deux personnes ressources qualifiées en matière de l’Economie numérique ;
  • se concerter avec la BCRG pour clarifier certains aspects du document pouvant porter à équivoque.

Au terme des débats, le conseil a sous réserve de la prise en compte de ces observations, recommandé l’adoption du présent projet de Décret.

 Le Ministre de l’Economie et des Finances a fait une communication relative aux innovations apportées au contrôle financier par la réforme des finances publiques.

Dans ce cadre, le Contrôleur financier exerce un contrôle , a priori , des actes d’engagement des dépenses de chaque ministère, portant notamment sur la disponibilité des crédits, l’exacte imputation de la dépense et sa conformité aux autorisations parlementaires. Il s’assure que le service fait est effectif et que les biens et services sont effectivement livrés.

Le Ministre a précisé que la réforme a renforcé ce contrôle classique.

Le Ministre a soutenu que cette réforme qui est alignée sur les bonnes pratiques internationales va aboutir à la modernisation effective de la fonction contrôle financier.

Au terme de l’exposé, le conseil a demandé aux ministres de s’approprier ces nouvelles dispositions qui sont de nature à qualifier le contrôle financier et garantir l’efficacité de la dépense publique.

 Par ailleurs, le Ministre de l’Économie et des Finances a informé qu’au cours de la mission virtuelle de l’équipe pays du FMI qui s’est déroulée du 14 au 28 avril 2021, les services techniques des départements ministériels, de la Banque Centrale et de certaines institutions républicaines ont activement participé aux échanges et préparé les réponses au questionnaire, comportant 118 questions présentées par la mission.

Le Ministre a indiqué que la mission présentera un rapport formel desdites consultations qui sera examiné par le Conseil d’Administration du FMI au cours de sa session du mois de juin 2021.

En attendant, les résultats de l’évaluation préliminaire partagée par la mission du FMI fait ressortir les points suivants :

De la croissance économique : les travaux de la mission ont abouti à une révision du taux de croissance en 2020 qui passe d’une projection de 5,2% à 7%.

De l’inflation, de la politique monétaire et des changes : le taux d’inflation à fin décembre 2020 s’est situé à 10,6% et il est d’environ 12,5% aujourd’hui.

Le Ministre a informé que la mission a félicité la Banque Centrale pour la bonne conduite depuis novembre 2020 d’une politique d’intervention sur le marché des changes basée sur les règles d’une plus grande flexibilité du marché des échanges.

De la politique budgétaire : la mission a constaté que les résultats budgétaires 2020 reflètent l’impact des mesures du plan de riposte au covid-19 du Gouvernement. Les dépenses en capital ont été cependant sous exécutées.

La mission s’est félicitée de l’objectif déclaré par le Gouvernement d’augmenter les recettes intérieures au cours des deux prochaines années. Elle a salué les efforts liés à la digitalisation à cet égard.

De la gouvernance et du climat des affaires : la mission s’est réjouie des avancées dans la mise en œuvre des engagements du Gouvernement dans le cadre de la facilité de crédit rapide, notamment la publication et l’audit des marchés liés aux dépenses covid-19.

L’approbation de la Loi contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme a été saluée par la mission.

Elle a enfin noté avec satisfaction, l’opérationnalisation du Tribunal du commerce et du Guichet unique du commerce extérieur de Guinée (GUCEG).

Enfin, l’évaluation de la mission a souligné que l’économie guinéenne a résisté aux chocs du covid-19 en raison de la résilience du secteur minier. Cette situation doit conforter le gouvernement dans la poursuite et l’amplification des reformes visant à maintenir un cadre macroéconomique stable, diversifier l’économie pour réduire et combattre la pauvreté.

Au terme de l’exposé, le conseil s’est réjoui de constater que la Guinée est la première économie du continent en termes de croissance économique. Ceci démontre la qualité de la vision politique de Monsieur le Président de la République et la pertinence des politiques économiques menées et du programme de riposte COVID-19 du Gouvernement.

Ainsi notre économie se révèle être mieux résiliente à la pandémie de la covid-19 avec un taux de croissance de 7% en 2020. Le conseil a demandé au Ministre d’État Porte-parole du Gouvernement de relayer cette information à l’attention du public.

Le Ministre de la Pêche, de l’Aquaculture et de l’Economie Maritime  a informé que, l’Union Européenne a bouclé son audit sanitaire, le 07 mai 2021 par une note satisfaisante qui va permettre la levée de la suspension des exportations de produits halieutiques guinéens sur  les marchés de l’UE , en vigueur, depuis 2007.

De cette date à aujourd’hui, les poissons guinéens étaient vendus en Europe, sous le label de pays limitrophes. La Guinée, pourra, à nouveau et directement exporter son poisson sur le marché européen, sous son propre label , désormais.

Au terme de l’exposé, le conseil a adressé ses félicitations à Monsieur le Ministre et l’a encouragé à poursuivre les reformes de modernisation du secteur.

 AU TITRE DU COMPTE RENDU

Le Ministre de la Santé a informé le conseil de l’évolution de la riposte face à la pandémie de la Covid-19, de l’épidémie d’Ebola et de la fièvre hémorragique a virus lassa en République de Guinée.

Avant de lever la séance, Monsieur le Président de la République, a donné de larges informations sur la situation nationale et internationale.

Tibou Karama

Le Ministre d’Etat, conseiller spécial du Chef de l’Etat, ministre de l’industrie et des Pme, porte-parole du Gouvernement.

Fait à Conakry le jeudi 20 mai 2021

Lire

L’érudit de Kindia à Alpha Condé : « je le prie de libérer les détenus politiques »

15 mai 2021 à 7 07 06 05065
Abdoul Wakil Keïta, érudit de Kindia

En marge de la célébration de l’Aïd El Fitr, la fête marquant la fin du ramadan, avant-hier, jeudi 13 mai 2021, l’érudit de Kindia a adressé un message au président Alpha Condé. Elhadj Abdoul Wakil Keïta a demandé au chef de l’Etat guinéen de libérer les prisonniers politiques au nom de la paix et de la quiétude sociale en Guinée.

« Si le miséricordieux te fait du bien, à ton tour fais du bien aux démunis. S’il te donne de la puissance, du pouvoir, il faut le remercier, car il ne n’accorde pas cette faveur à tout le monde. Et quand il te confie une portion du pouvoir, il t’observe, car il sait que tu retourneras vers lui. Donc, à cette occasion, je dirai ceci à notre président Alpha Condé : je sais qu’il peut mettre en prison qui il veut et quand il veut.

Mais s’il pardonne, c’est ce qui est bon pour le pays, c’est ce qui renforce la cohésion nationale, le tissu social. Alors, pour la paix et la quiétude en Guinée, je le prie de libérer les détenus politiques.  C’est la Guinée qu’il doit regarder pour libérer ces détenus afin qu’il est la paix dans notre pays. On doit s’aimer et se pardonner pour que la Guinée bouge », a plaidé l’érudit Elhadj Abdoul Wakil Keïta.

De Kindia, Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com

 Tel: 628518888

Lire

Alpha Condé : « mettons à profit cette fête du Ramadan pour renforcer la cohésion nationale »

13 mai 2021 à 6 06 28 05285

Dans un message publié ce mercredi soir sur ses médias sociaux, le président Alpha Condé a souhaité bonne fête de Ramadan aux Guinéens. Le chef de l’Etat a émis le souhait que cette fête soit mise à profit pour renforcer la cohésion nationale  en Guinée.

« Je souhaite à toutes et à tous une très bonne fête de l’Aïd el Fitr. Qu’Allah dans Sa grandeur et Sa miséricorde infinie accepte notre jeûne, exauce nos prières, fortifie notre foi et protège notre pays. Mettons à profit cette fête du Ramadan pour renforcer la cohésion nationale, indispensable au mieux-être de tous les Guinéens ! », a écrit le président de la République.

L’Aïd El Fitr sera célébrée aujourd’hui, jeudi 13 mai 2021, en Guinée. Elle intervient après 30 jours de jeûne et de pénitence des fidèles musulmans.

A suivre !

Lire

Libération de plusieurs détenus politiques : ce qu’en dit l’opposant Edouard Zoutomou

8 mai 2021 à 16 04 55 05555

Dr Edouard Zoutomou Kpoghomou, président de l’Union Démocratique pour le Renouveau et le Progrès (UDRP)

Comme annoncé précédemment 31 nouveaux détenus politiques ont été libérés hier, vendredi 7 mai 2021, en Guinée. Ils s’ajoutent aux 9 autres qui avaient déjà recouvré leur liberté après avoir bénéficié d’un non-lieu, selon le gouvernement.  Cette nouvelle est accueillie avec un double sentiment par le président de l’UDRP (Union Démocratique pour le Renouveau et le Progrès). Edouard Zoutomou Kpoghomou se réjouit de la libération de ces opposants, mais il déplore que celle-ci soit intervenue tardivement.

Lire

Libération de 40 prisonniers politiques : Diabaty Doré parle d’une « simple opération de charme »

8 mai 2021 à 16 04 04 05045

Diabaty Doré, président du parti Rassemblement Pour la République

L’heure n’est pas à la réjouissance chez Diabaty Doré, président du Rassemblement Pour la République (RPR), après la libération de 40 prisonniers politiques qui étaient détenus depuis six mois à Conakry. Pour lui, le non-lieu prononcé en faveur de ces opposants au troisième mandat du président Alpha Condé n’est rien d’autre qu’une opération de charme. Il l’a dit dans un entretien avec un journaliste de Guineematin.com, ce samedi 8 mai 2021.

Lire

Libération de certains détenus politiques : Bah Oury s’en réjouit et demande l’accélération du processus

8 mai 2021 à 15 03 57 05575

Bah Oury, président du parti UDRG (Union des Démocrates pour la Renaissance de la Guinée)

C’est avec joie et espoir que Bah Oury accueille la libération de 40 personnes parmi les nombreux prisonniers politiques en Guinée. Après avoir bénéficié d’un non-lieu, 9 détenus ont été libérés la semaine dernière et 31 autres sont sortis de prison hier, vendredi 7 mai 2021. Dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, le président de l’Union des Démocrates pour la Renaissance de la Guinée (UDRG) a salué une bonne nouvelle, tout en appelant à l’accélération du dossier pour permettre aux détenus de recouvrer leur liberté.

Lire

Libération de certains opposants au 3ème mandat d’Alpha Condé : la réaction du FNDC

8 mai 2021 à 10 10 32 05325

image d’archive

Communiqué de la Coordination nationale du FDNC : Dans un communiqué rendu public ce vendredi 7 mai 2021, le dictateur Alpha Condé, par l’intermédiaire de son porte-parole du moment, a fait état de la libération d’une quarantaine de détenus et du renvoi en jugement d’une cinquantaine d’autres dans l’affaire des violences liées à la mascarade électorale ayant accompagné le coup d’État constitutionnel du 18 octobre 2020.

Lire

Manifestations en Haute Guinée : « c’est un ras-le-bol qui est exprimé », selon Taran Diallo

7 mai 2021 à 11 11 41 05415

Alpha Oumar Taran Diallo, président de l’Alliance Démocratique pour le Renouveau (ADR) et membre de l’ANAD

Les manifestations qui ont secoué la Haute Guinée ces derniers jours continuent de susciter le débat au sein de l’opinion nationale. Beaucoup se demandent comment l’interdiction des prières nocturnes dans les mosquées pendant les dix derniers jours du ramadan peut susciter autant de colère dans une région connue pour être un bastion traditionnel du parti au pouvoir. Mais l’opposant Alpha Oumar Taran Diallo, lui, a une idée sur l’origine des mouvements de protestation.

Lire

Situation des détenus politiques : « le silence de la CEDEAO n’est pas surprenant » (Diabaty Doré)

6 mai 2021 à 21 09 41 05415

Diabaty Doré, président du parti RPR (Rassemblement Pour la République)

Alors que beaucoup s’interrogent sur le silence de la CEDEAO sur la détention de nombreux opposants en Guinée, Diabaty Doré, lui, n’est pas surpris par cette situation. Le président du Rassemblement Pour la République (RPR) était convaincu depuis le début de l’organisation sous régionale ne ferait rien en faveur de la libération de ces détenus politiques.

Lire

Conseil des ministres : voici le tout premier compte rendu de Tibou Kamara

6 mai 2021 à 19 07 02 05025

COMPTE RENDU DE LA SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES DU JEUDI 6 MAI 2021

Conakry, 6 mai 2021 – La session ordinaire du conseil des ministres s’est tenue ce jeudi 06 mai 2021 de 10h25 à 12h48, sous la haute autorité de Monsieur le Président de la République, son Excellence, Professeur Alpha Condé.

 

Les points suivants étaient inscrits à l’ordre du jour :

I) Messages de son Excellence Monsieur le Président de la République

II) Compte rendu de Monsieur le Premier ministre de la session ordinaire du conseil interministériel du mardi 4 mai 2021

III)  Décisions

IV) Questions diverses

Au titre du premier point, le Chef de l’Etat, son Excellence, Professeur Alpha Condé, a rappelé que dans le contexte de la pandémie de la covid 19 qui sévit dans le monde, le plus fondamental demeure la vie et la santé des populations dont la responsabilité incombe à l’Etat. Il a déploré que le relâchement observé dans le comportement des citoyens et les mesures de précaution recommandées par les autorités sanitaires favorise une recrudescence de la covid 19.

 

A ce propos, Monsieur le Président de la République, en rappelant que le Gouvernement ne doit pas faillir dans la mission d’assurer la sécurité intérieure et sanitaire du pays a instruit le ministre de la sécurité de veiller au respect scrupuleux de la fermeture des établissements publics comme les restaurants et lieux de loisirs où le risque de contamination à la covid 19 et de propagation de la maladie reste élevé.

Il a instruit le ministre de la sécurité à exiger des agents de donner le bon exemple pour le respect des mesures barrières et à appliquer les pénalités prévues pour tous les contrevenants.

 

 

Monsieur le Président de la République, est revenu sur une meilleure organisation du travail gouvernemental et les faiblesses à corriger dans l’administration pour un service public de qualité et extrêmement performant. Il a instruit aux Ministres de s’imprégner davantage de l’organisation et du fonctionnement de leurs ministères, des attributions, prérogatives de leurs directions et différents services, afin de mieux suivre et coordonner le travail et surtout pour ne pas faire des propositions ou prendre des décisions qui créent des conflits de compétence et d’attribution.

 

Le Chef de l’Etat a instruit monsieur le Premier Ministre de prendre toutes les dispositions, en relation avec les ministres concernés, pour la préparation et l’élaboration de tous les textes d’application du code des investissements pour son application optimale, mais aussi pouvoir bénéficier de tous les soutiens nécessaires à sa mise en œuvre effective et totale.

 

Son Excellence, Professeur Alpha Condé, a instruit le Premier Ministre d’attirer l’attention des ministres et de les y engager aussi que les problèmes du Gouvernement se règlent au sein du gouvernement. Monsieur le Président de la République a souligné avec force que la fonction de ministre obéit à des valeurs et une éthique qui doivent être observées dans toutes les circonstances par tous afin de garantir la cohésion de l’équipe et la solidarité entre ses différents membres.

 

Le Chef de l’Etat a instruit le Gouvernement de veiller à intégrer les normes nationales dans les engagements de l’Etat pour une question de cohérence et surtout de conformité.

Monsieur le Président de la République a instruit de relancer et parachever l’initiative de la réforme foncière dont les études avec l’accompagnement et le soutien des partenaires ont déjà été faites et sont disponibles.

 

Son Excellence Professeur Alpha Condé a instruit le Gouvernement de mettre en place une commission dans chacun des secteurs où il est prévu d’organiser les états généraux, à savoir, la santé, l’Education, la Justice. Monsieur le Président de la République a insisté que ces différentes commissions ne concernent pas que les intervenants dans ces secteurs, mais soient plutôt ouvertes à toutes les compétences capables d’apporter une contribution à la préparation et au succès de ces assisses.

 

Le Chef de l’Etat a instruit le ministre de la fonction publique d’éradiquer tous les maux qui gangrènent la fonction publique. Il a instruit que tous les fonctionnaires admis à faire valoir leurs droits à la retraite puissent être remplacés à leurs postes notamment par les jeunes diplômés disposant des compétences requises pour assurer valablement la relève. Les contractuels dans les ministères à propos desquels monsieur le Président de la République a demandé de faire le point de la situation ne peuvent bénéficier de ce statut exceptionnel qu’en cas de nécessité absolue.

 

Monsieur le Président de la République a instruit le Premier ministre d’instruire les ministres d’accorder un délai précis et court de traitement des dossiers à leurs collaborateurs afin d’éviter les lenteurs et lourdeurs administratives qui pénalisent tous les usagers de l’administration publique. Dans le même ordre d’idées, il a été instruit de soumettre à temps tous les projets de textes aux ministres afin, qu’à leur tour, ils les examinent avec leurs cabinets pour partager avec le conseil leurs avis et commentaires.

 

Le Chef de l’Etat, a instruit au Gouvernement, d’engager la réflexion, dès maintenant, pour les mesures à prendre afin de réglementer les barrages routiers et mettre fin à leur prolifération anarchique sur le territoire national, très dommageable aux transporteurs et aux usagers de la route. Monsieur le Président de la République a rappelé qu’en dehors des barrages officiels, aucun autre n’est autorisé. Ensuite, qu’il n’y a qu’une seule motivation aux barrages, c’est le contrôle de sécurité. Il a instruit au Ministre de la Sécurité d’envisager des sanctions contre les auteurs des barrages non-autorisés ou des pratiques de racket systématique aux points de contrôle.

 

Après les instructions et directives données par Monsieur le Président de la République, le Premier Ministre, chef du Gouvernement, a été invité à faire sa communication.

Dans son introduction, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, a félicité Dr Djalikatou Diallo, pour sa nomination dans les fonctions de Ministre de la Citoyenneté et de l’unité nationale par son Excellence, Monsieur le Président de la République. Dr Ibrahima Kassory Fofana a précisé que ce dernier acte de nomination dans le Gouvernement parachève le premier remaniement ministériel intervenu au lendemain de l’élection du Professeur Alpha comme premier Président de la 4e République, à peine portée sur les fonds baptismaux. Enfin, le Premier ministre qui a souligné la marque de confiance portée en la nouvelle promue, s’est réjoui de l’accueillir au sein de l’équipe gouvernementale avant de lui adresser tous ses vœux de succès.

 

Le Premier Ministre a présenté au conseil, le nouveau porte-parole du Gouvernement, récemment nommé par le Chef de l’Etat, en la personne, du Ministre d’Etat, conseiller spécial du Chef de l’Etat, ministre de l’industrie et des PME, Tibou Kamara. Dr Ibrahima Kassory Fofana a justifié ce choix par l’expérience acquise par le Ministre d’Etat et l’aptitude à assumer la charge. Le chef du gouvernement a émis le vœu que ce changement contribue à relever les défis de communication auquel le Gouvernement se trouve confronté.

 

Le Premier Ministre, a, par ailleurs rendu hommage au Ministre d’Etat, ministre de l’enseignement supérieur, Monsieur Aboubacar Sylla, porte-parole sortant du Gouvernement s pour le travail remarquable et élogieux accompli durant son mandat malgré toutes les difficultés et les contraintes de la charge.

Dans la deuxième partie de son intervention, le Premier Ministre, chef du Gouvernement a fait le résumé synthèse de la dernière session du conseil interministériel tenu, sous sa présidence.

 

Au titre des EXAMENS DE TEXTES

 

Le ministre de la justice, garde des sceaux a présenté et soumis au conseil les projets de textes et de décrets suivants :

Ø De Loi portant création, organisation et fonctionnement des juridictions de commerce ;

Ø De Décret portant barème des honoraires des mandataires judiciaires dans les procédures collectives d’apurement du passif ;

Ø De Décret relatif au statut des mandataires judiciaires pris en application de l’acte uniforme portant organisation des procédures collectives d’apurement du passif ;

Ø De Décret portant désignation des juridictions compétentes en matière de coopération étatique à l’arbitrage et à la médiation ;

Ø De Décret portant désignation de l’autorité nationale chargée d’apposer la formule exécutoire sur les arrêts de la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage (CCJA) et les sentences arbitrales ayant reçu l’exequatur de cette Cour ou, le cas échéant, de son Président

 

Ø De la Loi portant création, organisation et fonctionnement des juridictions de commerce,

 

Le Ministre a rappelé que le Tribunal de commerce de Conakry créé par la Loi L/ 0033/2017/AN du 4 juillet 2017 est soumis aux dispositions de la présente Loi et est compétent pour connaître des litiges commerciaux qui naissent dans la zone spéciale de Conakry.

 

Il a précisé que les juridictions de commerce sont des juridictions spécialisées de premier degré et de second degré dénommées respectivement tribunaux de commerce et cours d’appel de commerce pour juger les affaires commerciales, c’est-à-dire les litiges relatifs aux actes de commerce : achat de marchandises pour les revendre, lettres de change, opération de banque, engagements nés à l’occasion du commerce.

 

Entrent également dans la compétence des juridictions de commerce, les litiges concernant les sociétés commerciales notamment les incidents relatifs à la cessation des paiements, redressement et la liquidation judicaires des entreprises, des contestations en matière minière, de transports terrestre, aérien et maritime, des contestations en matière de propriété industrielle, etc.

 

Les tribunaux de commerce connaissent, à charge d’appel, de toutes les demandes dont le taux du litige est supérieur à 50.000.000 de francs guinéens et en premier et dernier ressort, de toutes les demandes dont le taux du litige n’excède pas 50.000.000 de francs guinéens.

 

Au cours des débats, les observations ont porté sur :

–        La nécessité de spécifier la compétence territoriale des juridictions de commerce ;

–        La création des tribunaux commerciaux dans les autres régions de Guinée ;

–        La nécessité de donner des moyens de fonctionnement au tribunal de commerce de Conakry et aux cours d’appel ;

–        La nécessité de veiller à l’application correcte des textes selon le domaine de compétence des différentes juridictions.

 

A l’issue des débats et après toutes les réponses apportées par le ministre aux préoccupations soulevées, le conseil a approuvé le projet de texte présenté et apporté son soutien au garde des sceaux ainsi qu’il l’a exhorté à mettre en ouvre rapidement cette réforme importante pour l’amélioration du climat des affaires.

 

Ø Du Décret portant barème des honoraires des mandataires judiciaires dans les procédures collectives d’apurement du passif ;

 

Le Ministre a rappelé que parmi les Actes uniformes adoptés de l’OHADA, il existe celui portant organisation des procédures collectives d’apurement du passif adopté par le conseil des Ministres de l’Organisation, le 10 Septembre 2015 en Côte d’Ivoire.

Pour assurer une bonne efficacité de cet Acte uniforme, l’OHADA a prévu un certain nombre d’organes notamment les mandataires judiciaires dont le statut et les conditions d’accès à ce statut.

Le présent projet de décret crée la Commission nationale de contrôle et de supervision des mandataires judiciaires, détermine sa composition, son fonctionnement et les mesures disciplinaires des mandataires judiciaires, fixe les règles relatives à l’accès et à l’exercice de cette fonction ainsi que le barème de rémunération des mandataires judiciaires.

 

Au terme de l’exposé, l’observation essentielle a porté sur l’éventualité de fixer les honoraires en pourcentage de la valeur du litige, plutôt que sur une valeur absolue, pour prendre en compte les effets de l’inflation.

Au terme des discussions, le conseil a adopté le projet de décret soumis à son examen.

 

Ø Du Décret relatif au statut des mandataires judiciaires pris en application de l’acte uniforme portant organisation des procédures collectives d’apurement du passif,

Le Ministre a indiqué que le présent projet de décret fixe la réglementation nationale applicable aux mandataires judiciaires dans le cadre du règlement préventif, du redressement judiciaire et de la liquidation des biens prévus par l’Acte uniforme.

Il a pour objet :

–        De prévoir les conditions et modalités d’agrément des mandataires judicaires ;

–        De créer l’organe chargé de la supervision des mandataires judiciaires et d’en fixer la composition, le fonctionnement et les missions ;

–        D’organiser le contrôle de l’activité des mandataires judiciaires et les règles disciplinaires qui leur sont applicables.

 

A la suite de l’exposé et des débats qui sont suivi, le projet de décret a reçu l’approbation du conseil.

 

Ø Du Décret portant désignation des juridictions compétentes en matière de coopération étatique à l’arbitrage et à la médiation ;

Le Ministre a indiqué que le présent projet de décret a pour objet la désignation des juridictions compétentes en matière de coopération étatique à l’arbitrage et à la médiation, particulièrement l’arbitrage et la médiation ad hoc, conformément aux dispositions du Traité relatif à l’harmonisation du droit des affaires en Afrique, à l’Acte uniforme relatif au droit de l’arbitrage et à l’Acte uniforme relatif à la médiation.

Ce projet de décret a été adopté par le conseil.

 

Ø Du Décret portant désignation de l’autorité nationale chargée d’apposer la formule exécutoire sur les arrêts de la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage (CCJA) et les sentences arbitrales ayant reçu l’exequatur de cette Cour ou, le cas échéant, de son Président.

Le Ministre a informé que, la Guinée doit désigner l’autorité nationale chargée de l’apposition de la formule exécutoire telle qu’elle résulte des dispositions des articles 20 du Traité de l’OHADA, 46 du Règlement de procédure de la CCJA, 31 du Règlement d’arbitrage de ladite Cour et 32 de l’Acte uniforme relatif au droit de l’arbitrage.

Le projet de Décret comporte deux articles, le premier désignant le Chef du greffe de la Cour suprême de Guinée aux fins d’apposer la formule exécutoire, le deuxième ayant trait à son exécution et le troisième, à sa prise d’effet.

 

Le conseil a décidé d’adopter le projet de décret.

 

Au terme de tous les débats, le conseil a félicité le ministre de la justice, garde des sceaux, pour la série de textes présentés qui viennent combler un vide dans l’arsenal juridique de notre pays et améliorer notre position dans le processus du Doing business.

 

  III. AU TITRE DES COMMUNICATIONS

 

3.1. Le Ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger a fait une communication relative à la présidence du groupe des 77 et la chine (G-77) par la République de Guinée.

 

Il a rappelé que depuis sa création en 1964, le G-77 est devenu la plus vaste coalition de pays, passant de 77 à 134 Etats membres, représentant 80% de la population mondiale, environ 2/3 des membres de l’ONU et près de 45% de l’économie mondiale. Il demeure aujourd’hui un instrument essentiel de négociation de la diplomatie multilatérale économique et pour la promotion de la paix et la justice dans le monde.

 

Chaque année, la présidence du G-77 est exercée par un Etat membre sur la base d’une rotation entre les 3 régions qui le composent : Afrique, Asie-Pacifique, Amérique latine et les Caraïbes.

 

C’est ainsi qu’après l’endossement de sa candidature par l’Union Africaine en février 2020, la République de Guinée a été officiellement désignée, en novembre de la même année à New York, pour assurer cette présidence en 2021. Il s’agit, à la fois, d’un honneur et d’un grand défi à l’heure où tous les agendas internationaux sont bouleversés par la crise sanitaire liée à la Covid-19.

 

Sur le plan organisationnel de la présidence guinéenne du G-77 et la Chine, le Ministre a indiqué qu’un dispositif à trois niveaux d’activités a été mis en place pour accomplir les responsabilités rattachées à notre présidence. Il porte sur :

–        les activités du Ministre dans le cadre de la coordination générale de la présidence, y compris pour la réunion annuelle des Ministres des Affaires étrangères du G-77 ;

–        les activités des Experts (Personnel de la Mission permanente à New York et équipe d’appui envoyée de Conakry) auprès du Secrétariat Exécutif du Groupe et au sein des principales Commissions de l’Assemblée générale de l’ONU.

–        les activités de la Commission de suivi mise en place au MAEGE et comprenant les Points focaux des Départements sectoriels concernés par les sujets à l’agenda du G-77.

 

Parlant du bilan du premier trimestre de la présidence guinéenne, la Mission permanente et celles des Experts ont pris part à des rencontres. Il s’agit notamment :

–        des consultations avec des Représentants permanents, Présidents de Groupes régionaux, Responsables d’Agences, de Commissions et d’Organes des Nations Unies ;

–        des activités au sein de 5 Grandes Commissions de l’Assemblée générale de l’ONU.

 

Au terme de l’exposé, le conseil a donné son soutien au Ministre pour le succès de la présidence guinéenne de cette importante instance des Nations Unies, qui confirme le retour de notre pays au tout premier plan de la scène internationale.

 

IV. AU TITRE DES COMPTE RENDUS

 

4.1. Ministre de la Santé a fait un compte rendu relatif à l’évolution de la riposte à la pandémie de la Covid-19 et de l’épidémie d’Ebola en République de Guinée. Si la tendance est à l’élimination de l’épidémie Ebola, pour la COVID 19, il y a une recrudescence des cas qui nous interpelle tous. Le Gouvernement, pour sa part, met tout en œuvre pour briser la chaîne de contamination et arrêter la propagation de la maladie.

 

Dans les questions diverses, la nouvelle ministre de la citoyenneté et de l’unité nationale, a tenu à remercier le chef de l’Etat et à lui exprimer sa gratitude pour sa nomination dans le gouvernement. Elle a aussi sollicité et obtenu le soutien du Chef de l’Etat, l’appui du Premier ministre ainsi que la solidarité de tous les ministres pour accomplir, avec succès, sa mission certes difficile mais très exaltante.

 

Le Conseil des Ministres

 

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

 

Lire

Dansa Kourouma sur les manifs en Haute Guinée : « elles sont annonciatrices d’un certain malaise »

6 mai 2021 à 16 04 11 05115

Dr Dansa Kourouma, président du Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne (CNOSCG)


Comment expliquer les violentes manifestations qui secouent la Haute Guinée ces derniers jours ? Dr Dansa Kourouma a apporté une réponse à cette question dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, ce jeudi 6 mai 2021. Le président du Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne (CNOSC-G) estime que plusieurs facteurs d’ordre social et économique sont à l’origine de ces mouvements de colère.

Lire

Me Béa alerte : « l’état de santé d’Ousmane Gaoual est vraiment inquiétant »

6 mai 2021 à 14 02 58 05585

Ousmane Gaoual Diallo


Contrairement à la récente sortie du ministère de la Justice, qui a voulu dédramatiser la situation, l’état de santé de l’opposant Ousmane Gaoual Diallo est très grave. C’est ce qu’a assuré l’un de ses avocats dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, ce jeudi 6 mai 2021. Il indique que l’état de santé de l’ancien député uninominal de Gaoual ne s’est pas véritablement amélioré.

Lire

Journée internationale du travail : le message de Cellou Dalein aux travailleurs guinéens

1 mai 2021 à 16 04 39 05395

Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG

Chers compatriotes,

Travailleuses et travailleurs,

Le 1er mai, journée internationale du travail, me donne l’occasion de vous souhaiter une bonne fête et vous exprimer ma solidarité dans la lutte que vous menez pour améliorer vos conditions de vie et de travail. Comme l’année dernière, la pandémie du coronavirus oblige à la sobriété.

Lire

Décret : Tibou Kamara nommé porte-parole du Gouvernement

29 avril 2021 à 21 09 58 04584

Tibou Kamara, ministre d’État, ministre de l’Industrie et des PME, nouveau porte parole du Gouvernement

C’est finalement sur Tibou Kamara que le président Alpha Condé a jeté son dévolu pour porter la parole du premier Gouvernement de son troisième mandat à la tête de la République de Guinée.

Lire

Retard du procès des détenus politiques : Aboubacar Biro Soumah accuse Alpha Condé

27 avril 2021 à 12 12 50 04504

Aboubacar Biro Soumah, président du Parti pour le Progrès et le Changement PPC

Des voix continuent de s’élever pour dénoncer la détention de nombreux opposants en Guinée et surtout, le refus des autorités d’organiser rapidement leur procès. Depuis leur arrestation, qui fait suite aux violences post-électorales d’octobre 2020, ces responsables et militants de l’opposition sont incarcérés sans jugement à la Maison centrale de Conakry.

Lire