Déclaration d’Organisations de la Société Civile (OSC) relative à l’augmentation du prix du carburant : les pauvres citoyens vont payer les déséquilibres de la politique économique du gouvernement en cette période de soudure ?

Des représentants de l’Association Guinéenne pour la Transparence (AGT), de l’Association  Guinéenne des Editeurs de la Presse Indépendante (AGEPI) et de Publiez Ce Que Vous Payez Guinée (PCQVP) ont participé à l’assemblée générale extraordinaire des travailleurs de l’inter – centrale syndicale Confédération Nationale des Travailleurs de Guinée (CNTG) – Union Syndicale des travailleurs de Guinée (USTG) tenue à la Bourse du Travail de Conakry, ce lundi 02 juillet 2018, portant sur la hausse du prix du carburant intervenue le 01 juillet 2018.

A la suite du compte rendu de la délégation de l’inter – centrale CNTG – USTG ayant rencontré le Premier Ministre le 28 juin 2018 et des débats riches et fructueux, les trois organisations de la société civile AGT, AGEPI et PCQVP Guinée relèvent avec intérêt :

  1. L’impossibilité motivée de la délégation de l’inter – centrale signifiée au Premier Ministre de tenir des négociations à l’absence du patronat guinéen partie prenante de l’accord tripartite du 19 février 2016 sur le prix du carburant et du Ministère en charge du travail et des travailleurs ;
  2. L’opposition à l’augmentation du prix du carburant réitérée, en plus, au Premier Ministre par la délégation de l’inter – centrale avant des négociations et évaluations des résultats de la mise en œuvre du protocole du 19 février 2018 par toutes les parties signataires ;
  3. Malgré ces judicieux prérequis, la fixation unilatérale par le gouvernement des nouveaux tarifs de carburant, ce 01 juillet 2018, sans consultation préalable avec les partenaires sociaux et en violation flagrante et délibérée de l’accord du 19 février 2016 liant le gouvernement, le patronat et les syndicats sur cette question sensible du prix du carburant ;
  4. L’ampleur de l’augmentation inappropriée de 25% du tarif carburant en l’absence de mesures préalables d’accompagnement;
  5. Le déclenchement ainsi de l’augmentation généralisée de tous les prix des biens et services sur l’ensemble du territoire national.

En conséquence, les trois organisations de la société civile AGT, AGEPI et PCQVP :

  1. Apportent leur soutien total et entier à l’inter – centrale CNTG – USTG dans son combat constant et noble pour le respect du protocole du 19 février 2016 en particulier et la défense du pouvoir d’achat du citoyen guinéen en général ;
  2. Invitent les travailleurs et tous les citoyens à observer le mot d’ordre de grève du 03 juillet 2018 lancé pour la circonstance en faveur des consommateurs que nous sommes par l’inter centrale syndicale CNTG – USTG ;
  3. Demandent aux organisations de la société civile guinéenne dans leur ensemble et diversité  de trouver les voies et moyens  d’une unité d’action pour soutenir la grève portée et défendue à juste titre et pour une bonne cause par l’inter – centrale syndicale CNTG – USTG ;
  4. Appellent le Gouvernement à revenir, sans délai, comme l’ont exigé les participants à l’assemblée extraordinaire, sur le prix du carburant à la pompe, à respecter ses engagements en particulier le protocole du 19 février 2016 et à toujours privilégier la concertation et le dialogue avec les partenaires sociaux (CNTG, USTG et patronat) ;
  5. Demandent au Gouvernement si ce sont les pauvres citoyens qui vont être les moutons et/ou agneaux du sacrifice saignés, pressurés pour payer les déséquilibres de la politique économique du gouvernement particulièrement à cette période de soudure ?
  6. Exhortent le Gouvernement à prospecter d’autres sources d’économies telles que la réduction du train de vie de l’Etat, premier consommateur du carburant du pays  payé sur nos impôts communs. Mieux les trois organisations réaffirment avec force que le citoyen doit être le bénéficiaire de la croissance et du développement et non la victime expiatoire des méfaits des déséquilibres économiques du gouvernement ;
  7. Invitent le gouvernement à renforcer le contrôle et l’audit de l’administration publique et para – publique pour prévenir, détecter et sanctionner la corruption et les détournements de deniers publics ;
  8. Exigent la démission ou le limogeage de tout membre du gouvernement, haut fonctionnaire ou agent de l’Etat poursuivi et/ou condamné par les tribunaux nationaux ou étrangers pour faits de corruption et de détournement de deniers publics.

Conakry, le 04 juillet 2018

Les signataires :

  1. Association Guinéenne pour la Transparence (AGT) ;
  2. Association Guinéenne des Editeurs de la Presse Indépendante (AGEPI) ;
  3. Publiez Ce Que Vous Payez Guinée (PCQVP).
Facebook Comments

Guineematin