Comme annoncé précédemment, des acteurs de la société civile, des ONG de défense des droits humains et des citoyens anonymes, ont battu le pavé ce mardi, 10 juillet 2018. La démarche de tout ce beau monde, regroupé au sein d’une seule entité dénommée « Forces Sociales », visait à dénoncer l’augmentation unilatérale par le gouvernement du prix du litre du carburant à la pompe passant de 8 000 à 10 000 francs guinéens, a constaté sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

La marche a mobilisé des centaines de personnes. Elle est partie du rond-point de la Tannerie pour l’esplanade du stade du 28 septembre de Dixinn, via le pont de Kénien et le rond-point de la Belle vue.

Très tôt ce matin, des membres de la société civile et des organisations de défense des droits humains ont convergé vers le rond-point de la Tannerie. On pouvait voir entre-autres : Dr Dansa Kourouma du CNOCS (Conseil National des Organisations de la Société Civile) ; Abdourahmane Sanoh de la PCUD (Plateforme Nationale des Citoyens Unis pour le Développement) ; l’artiste engagé, Elie Kamano ; le juriste, Mamady 3 Kaba ; Mamadou Kahly Sow de la Baïonnette intelligente ; Aliou Bah, ancien chargé de communication du Bloc Libéral…

Après quelques échanges entre organisateurs de la manifestation et les responsables de la gendarmerie, les marcheurs ont pris la direction du stade du 28 septembre à 09 heures 30 minutes.

Quelques minutes après le début de la marche, le Colonel Balla Samoura, commandant de la gendarmerie régionale de Conakry, a promis aussitôt de sécuriser la marche. « Le dispositif est déjà en place ! Il y’a un premier élément qui va sécuriser vers l’avant, il y’a un dispositif qui va sécuriser en arrière. Déjà, nous sommes en contact avec la sécurité interne des organisateurs, les contacts sont donnés. Il suffit seulement que les gens restent dans les règles de jeu, ils se comportent en bien et en ne provocant pas les gens de l’extérieur. Nous, nous prendrons toutes les mesures pour que les gens ne soient pas provoqués de l’extérieur ».

Tout au long du trajet, les marcheurs scandaient des slogans hostiles aux autorités : « 8000, c’est bon ! Alpha Condé zéro ! Kassory Zéro ». Les rangs des marcheurs grossissaient au fur et à mesure que la foule s’ébranlait. Au rond-pond de l’aéroport, certains marcheurs ont voulu emprunter l’autre côté de la route. Ils ont vite été ramenés à l’espace consacré à la marche par les éléments du contrôleur général Ansoumane Camara dit « Baffoé », directeur national des Compagnies Mobiles d’Intervention et de Sécurité (CMIS).

Au niveau du pont Kénien, à quelques pas de la Casse, fief du parti au pouvoir, un impressionnant dispositif sécuritaire y est déployé pour parer à toute éventualité. A partir de là, les marcheurs ont pris la droite pour bifurquer vers la Belle vue.

Au rond-point de la Belle vue, le pire a été évité de justesse. Le passage des marcheurs a coïncidé à l’arrivée d’un ministre et de diplomates. Les jeunes ont contraint le ministre, qui venait de Dixinn, à rebrousser chemin. Quand aux diplomates, qui quittaient Hamdallaye pour Dixinn, ils ont été autorisés à passer.

Arrivés à Dixinn Terrasse, les organisateurs se sont adressés à la nombreuse foule mobilisée sur les lieux.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Guineematin