Le syli à l'hôtel du président Condé, à Marrakech« La pagaille est terminée ! Je n’ai pas d’argent pour corrompre les hommes politiques… », disait notamment le président Alpha Condé qui s’est attaqué avec une certaines virulence aux leaders de l’opposition qui menacent de descendre dans la rue à partir du 15 décembre prochain.

Comme on le présumait, le chef de l’Etat a essayé de démonter les arguments de l’opposition qui a animé hier une conférence de presse pour expliquer à l’opinion la justesse de leurs revendications et menacer le pouvoir. « Quelles revendications politiques ils ont ? », interroge Alpha Condé, expliquant que tout ce que l’opposition demande est à discuter au sein du parlement dont les opposants sont membres.

Sur la CENI, le président a rappelé qu’elle est paritaire avant de demander s’il y a eu un seul commissaire qui a été changé. Pour Alpha Condé, si un leader politique n’a plus d’influence sur un de ses militants, cela traduit la faiblesse de ce dernier.

Revenant sur les critiques sur sa gestion économique du pays, Alpha Condé a rétorqué que ces opposants qui « crient dans les radios » ne sont que des petits comptables…

 

Facebook Comments