marche contre les violences basées sur le genre à N'zérékoréLes violences basées sur le genre (mariage précoce et/ou forcé, le viol de filles mineures, la pratique de la mutilation génitale féminine ou excision, etc.) sont des pratiques encore très répandues en République de Guinée.  Elles bénéficient de la tolérance ou même de la faveur des facteurs culturels et religieux surtout dans les régions de Haute Guinée et de la Guinée Forestière. 82 ,2 d’ entre elles seraient pratiquées dans le contexte familial, a appris Guineematin.com à travers son correspondant local.

Cette journée de ce mercredi 03 décembre a été marquée par une marche à travers la ville de N’zérékoré, en quittant le quartier Osud où siège cette institution en passant par le rond point de la BICIGUI, celui du Gouvernorat avant d’arriver au point de chute, le lycée Général Lansana Conté, situé dans le quartier Burkina.

Prenant la parole à cette occasion, le proviseur du lycée Général Lansana Conté, Monsieur Thouaman Guémou, a exprimé toute sa satisfaction pour le choix porté sur son centre pour accueillir les acteurs de cette journée de sensibilisation.

Pour le représentant du Haut commissariat des droits de l’Homme, Chanel El Kavabushi, «cette campagne est un processus d’implication des messages afin de faire l’état des lieux, voir si les gens sont conscients sur ces actes commis, mais aussi tenir les journées sensibilisations dans les écoles, dans les universités, organiser les émissions ou tables rondes dans stations radios afin de vulgariser ces différents messages », a-t-il expliqué.

« Nous savons que dans les écoles, on retrouve les différentes couches sociales de jeunes et ces actes sont souvent vécus dans ces milieux », a-t-il ajouté.

Cette cérémonie de sensibilisation a été marquée par la présentation  des pièces théâtrales, d’une série  de questions-réponses pour les élèves participants, le tout sanctionné par la remise des cadeaux.

De N’zérékoré, Saïd Kourouma pour Guineematin.com

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin