GUITER SA KankanMorignoumala est un district situé dans la Sous-Préfecture de Baro, Préfecture de Kouroussa. Selon des habitants qui ont contacté Guineematin.com au téléphone, ce district est assiégé par les forces de l’ordre depuis plusieurs jours. A en croire nos informateurs, tout est parti d’un accident causé par un véhicule de l’entreprise la Guinéenne de Terrassement (Guiter SA) sur une citoyen qui aurait rendu l’âme sur place.

Selon nos informateurs, la société Guiter SA est installée dans ce village où elle exploite les granites pour le bitumage des routes. Et, c’est un camion benne de cette société qui aurait percuté deux (2) motards et qui aurait tué l’un d’eux.

Selon un citoyen de Morignoumala qui s’est confié à Guineematin.com, le camionneur a percuté les deux motards, tuant l’un sur le coup et blessant l’autre gravement. Le chauffeur est descendu trainer le corps pour le mettre de l’autre côté de la route, laissant le second dans le coma avant de fuir. Les agents de constat venus Baro, ont trouvé que les indices de l’accident sont effacés par les agissements du chauffeur auteur de l’accident. Cette situation a trouvé qu’il y avait un antécédent entre l’entreprise et la population de Morignoumala. Cet antécédent était que six (6) jeunes de Morignoumala avaient été pris pour vol de gasoil de l’entreprise. Une autre source indique que monsieur Kaba, le patron de l’entreprise, aurait dit que cette affaire de vol ne sera tranchée qu’à Conakry. Mais, devant la pression des autorités locales, les présumés voleurs ont été conduits à Kouroussa où chacun a payé Six millions de francs guinéens.

Lorsque que ce cas d’accident mortel s’est produit, la population s’est donc retrouvée en position de rendre la monnaie à Guiter ! C’est ainsi que des citoyens locaux ont attaqué les machines et installations de l’entreprise en détruisant tout ce qui pouvait l’être par leurs mains. Ils auraient même procédé à la chasse de certains travailleurs de l’entreprise à la recherche du chauffeur meurtrier. C’est dans ce sauve qui peut qu’expatriés de la société et locaux auraient bravé vents et marées, montagnes et fleuves pour se retrouver du côté de Kouroussa ville pour sauver leurs vies, a ajouté notre source. Les sages de Baro et les autorités locales de Baro et de Kouroussa auraient entamé des négociations qui n’ont pour le moment pas permis de ramener le calme et la sérénité.

Finalement, pour ramener l’ordre et la quiétude dans le village, il a été fait recours aux forces de sécurité, a-t-on appris. Selon nos sources, plusieurs agents y ont été déployés. Le village a été ceinturé. Selon certains habitants, il n’a pas été fait cas d’arrestation, ni de blessés de la part des forces de l’ordre, contrairement aux rumeurs qui circulent. Mais, comme à Babila (une autre sous-préfecture de Kouroussa qui a enregistré des soubresauts), on aurait décidé de fermer Morignoumala pour essayer d’identifier et d’interpeller les meneurs de la révolte populaire. Ce qui, évidemment, fait courir beaucoup de rumeurs et fait monter la tension…

A suivre !

De Kankan, Mamadou Sounoussy Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin