Marche des journalistesComme nous l’annoncions précédemment, les journalistes ont organisé ce lundi 8 février 2016 à Conakry, du pont 8 novembre au ministère de la Justice, pour réclamer justice suite l’assassinat du journaliste du site guinee7.com.

Le ministre Albert Damantang Camara, porte-parole du Gouvernement, venu en tant que partenaire de la presse et ami du défunt, s’est dit solidaire avec la corporation : « Vous êtes des collègues de travail. Lorsque tel malheur vous frappe et qu’il remet en cause le principe de la liberté de presse et le devoir d’information qui est le votre, je pense qu’en tant que partenaire, la moindre des choses est de venir témoigner mon amitié, en vous disant que ce qui s’est passé est regrettable et on doit tous travailler ensemble pour que cela n’arrive plus quelles que soient les tendances politiques. Il ne s’agit pas de politique. Ici, il s’agit de profession, il s’agit de capacité à pouvoir gérer un aspect fondamental de notre démocratie, la communication et la liberté de la presse », a-t-il dit.

De son côté, Talibé Barry, le directeur général du groupe de presse ‘’La République et City Fm’’ a confié les larmes aux yeux que le défunt avait passé quelques années avec lui dans le même organe : « Elhadj Mamadou Koula Diallo a été mon collègue pendant trois (3) ans au journal ‘’la République’’, un journal que nous avons lancé ensemble. Je peux vous dire que la Guinée perd un grand journaliste, un journaliste qui avait le  sens de la bonne information et toujours le souci d’être le premier sur l’information. Il ne se lassait jamais d’être sur le terrain et de couvrir des évènements. Tout ce qui se passait sur les lieux, il le captait parce qu’il savait que ça pouvait servir d’information. J’ai lu sur un site Afrik.com, dont il était le correspondant, qu’il a été le premier journaliste à annoncer officiellement qu’Ebola a été officiellement déclaré comme épidémie en Guinée. Donc, je pense que la presse guinéenne perd un de ses meilleurs éléments », regrette-t-il.

Par ailleurs, Talibé Barry a ajouté : « c’est très regrettable, très triste que cela survienne au siège d’un parti politique, que cela survienne à un endroit aussi censé être sécurisé où se tient la réunion d’un parti politique. Aujourd’hui, le devoir que nous avons est celui de nous battre pour que la lumière soit faite, le devoir que nous avons est celui de se battre pour que la justice se prononce clairement sur les tenants et les aboutissants de ce crime crapuleux. Aujourd’hui, nous sommes en deuil, on le fera aussi longtemps que la vérité ne sera pas dans cette affaire et ce pourquoi nous demandons à l’Etat guinéen de prendre ses responsabilités pour que la lumière soit entièrement établie sur ce crime qui reste une tâche noire dans la démocratie et dans l’histoire de la presse guinéenne ».

Enfin, Sidy Diallo, le secrétaire général du syndicat des journalistes de la presse privée, a dit : « Nous sommes meurtris d’apprendre l’assassinat de notre confrère dans cette circonstance. Nous le condamnons avec la dernière énergie. C’est pourquoi, nous avons organisé cette marche blanche pacifique pour se faire entendre et nous demandons déjà aux patrons des médias, demain de tout faire pour observer cette journée sans presse, pour que nous puissions atteindre nos objectifs. L’objectif, c’est surtout de se faire entendre pour qu’il n’y ait plus jamais de tels cas sur la presse guinéenne », a-t-il conclu.

Yacine Sylla pour Guineematin.com

Tel : (+224) 628 71 71 56

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin