DalabaLa sous-préfecture de Ditinn a servi de cadre hier, samedi 30 avril 2016, à une rencontre qui a mobilisé les autorités préfectorales, communales et communautaires, des députés, ONG et associations sur les enjeux de la défense de l’environnement,  la promotion de la citoyenneté, de la santé, de l’éducation et autres axes liés au développement, a constaté Guineematin.com, à travers son envoyé spécial.

Initiée par l’ONG TAD (Tous pour l’avenir de Dalaba), cette rencontre visait à interpeller les responsables à tous les niveaux sur la nécessité de préserver la faune et la flore de Dalaba qui lui valait dans un passé récent d’être considérée comme étant le « cœur de la Suisse africaine ».

Cette ONG, a mis donc cette occasion à profit pour rappeler la nécessité à tout un chacun de promouvoir la paix et la quiétude sociale, gage de tout développement.

Dans son discours de circonstance, le président de l’ONG, « Tous pour l’Avenir de Dalaba »,  Mamadou Bachir Diallo, a tout d’abord remercié le préfet et sa suite, ainsi que tous les participants d’avoir effectué le déplacement, avant de dévoiler les principaux axes prioritaires que son ONG entend réaliser pour le rayonnement de la préfecture de Dalaba.

Selon Mamadou Bachir Diallo, les principaux axes prioritaires sont au nombre de neuf : l’environnement, l’éducation, la santé,  la coexistence sociale,  la sécurité, la culture, l’économie locale, la justice et la jeunesse. Ces axes seront analysés par toutes les composantes de la société de Dalaba, pour être enfin débattus lors d’un forum qui sera organisé à cet effet. Le président de l’ONG organisatrice n’a pas manqué également de fustiger et de dénoncer certains comportements de la population en général et des autorités en particulier par rapport à l’ethnocentrisme et le tribalisme qui sont facteurs de la division.

Quand au chargé des questions environnementales de l’ONG, Alpha Saliou Diallo, en véritable défenseur de la nature, il a mis en évidence la situation alarmante de l’environnement de Dalaba. « Actuellement,  plusieurs hectares de la superficie forestière ont disparu. Comment ? Et sous quel ordre ? Ces questions restent sans réponses et pourtant ces forêts sont nos sources de vie. A présent, les terres agricoles occupent une superficie de 106 752 hectares, tandis que celles qu’occupe la forêt est de 3 940 hectares. Ceci est la preuve de la perte de la végétation de Dalaba au profit de l’agriculture », a dénoncé le responsable de l’environnement de l’ONG TAD, Alpha Saliou Diallo.

Dalaba 1Pour sa part,  le maire de la commune de Mombeya et porte parole des maires de Dalaba,  monsieur Abdoulaye Baldé,  a remercié l’ONG, avant de promettre au nom de tous ses pairs, d’assister et d’accompagner tous les programmes de développement de la dite ONG.

Enfin, le préfet de Dalaba, monsieur Alpha Boubacar Kaala Bah, a approuvé l’initiative avant d’affirmer solennellement son engagement et son soutien aux actions entreprises par toutes les structures qui entendent œuvrer pour le développement de Dalaba. Il a ensuite promis d’aider toute personne qui viendra aider Dalaba et de combattre toute autre qui viendra pour détruire Dalaba.

La cérémonie a pris fin par la remise des matériels de travail aux délégués de chaque sous-préfecture pour l’exécution du diagnostic participatif 2016, qui servira de base de données pour l’élaboration du document de la stratégie du développement local de Dalaba.

A signaler qu’un forum est prévu dans les mois à venir pour mettre sur table tous les résultats issus des consultations afin d’orienter des projets vers ces secteurs pour le développement de Dalaba.

De Dalaba, Mamadou Mouctar Barry, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél. : 621607907

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin