Ce n’est ni dans une commune rurale, ni dans un district que se trouve cette école. Elle est bel et bien située dans la commune urbaine de Fria, au quartier Tigué  2, l’un des plus anciens de cette ville, anciennement appelée Petit Paris, a constaté la correspondante de Guineematin.com à Fria.

Ils sont actuellement 70 élèves qui reçoivent l’instruction dans ce bâtiment qui servait de maison des jeunes jusqu’en 2004, année à laquelle certains parents et enseignants ont fait des démarches pour la « convertir » en école et permettre ainsi aux élèves de Tigué de profiter de la langue arabe.

Treize ans après, le constat est désolant : tôles perforées, portes pourries, murs écaillés, sol délabré… Bref, un état de vétusté et de délabrement très avancé frappe l’œil du visiteur. Aujourd’hui, encadreurs, parents d’élèves et élèves ne savent plus où donner la tête.

Interrogé par Guineematin.com, le directeur de cette école, Elhadj Abdoulaye Cissé, a dit que l’attention de tous les préfets et maires qui se sont succédé à Fria depuis 2004, a été attirée sur la situation de l’école franco-arabe de Tigué ; mais, ils n’ont jamais obtenu gain de cause.

En plus de l’état piteux du bâtiment, il y a aussi le manque de matériels qui se pose. Ne recevant aucun matériel didactique, les enseignants, soucieux de l’avenir des enfants qui leur sont confiés, se débrouillent à trouver ce avec quoi travailler.

Malgré le mauvais état des lieux, chaque année, des parents y envoient leurs progénitures avec la certitude que la formation y est de bonne qualité, même si l’endroit n’est ni propice pour les enseignants ni pour les élèves. Avec cette reconnaissance, les encadreurs de l’école franco-arabe de Tigué 2 continuent d’exercer leur noble métier dans la poussière et la chaleur, en attendant l’aide de l’État, des ONG ou encore des fils de Fria dont la générosité est sollicitée.

De Fria, Djenabou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 628 28 67 44/ 657 10 69 95.

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin