Déclaration : La Direction Nationale de l’Union des Forces du Changement (UFC) informe l’opinion publique nationale et internationale qu’elle suit avec beaucoup d’intérêt l’évolution de la crise socio-politique gambienne.

Le Président Aboubacar SYLLA regrette que le processus démocratique du 1er Décembre dernier n’ait pu aboutir, comme souhaité, à des résultats reconnus et acceptés par l’ensemble des acteurs et dénonce le rétropédalage inattendu du candidat sortant Yahya Jammeh.

La Direction Nationale de l’UFC déplore qu’un dénouement pacifique n’ait pu être trouvé, à la crise avant l’expiration, ce jeudi, 19 Janvier 2017 du mandat présidentiel en cours et soutient que sa prolongation de trois mois dans ces conditions actuelles est totalement anti-démocratique et complique davantage l’issue pacifique recherchée dans cette crise.

Elle salue et encourage la médiation et la forte implication de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et certains pays africains afin de trouver une issue heureuse à la crise et soutient que le dialogue et la diplomatie sont les meilleures voies à explorer pour le règlement de cette crise. Aussi, elle défend que le recours à la force ne doit être envisagé que comme solution ultime.

Enfin, l’UFC lance un appel pressant au Président sortant Yahya Jammeh afin d’éviter, en ces moments cruciaux pour son pays, de faire des choix politiques qui pourront ébranler profondément et durablement le devenir de la Gambie et au Président élu Adama Barrow, de prendre la mesure de la situation et de faire des choix à l’aune des enjeux et de ses responsabilités.

Vive la démocratie !

Vive l’Unité Africaine !

Conakry, le 20 janvier 2017

                                                                                                Le Bureau Exécutif National de l’UFC

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin