Peu avant 12 heures, Guineematin.com a appris que les manifestations de rue ont reprise dans la haute banlieue de Conakry, notamment au quartier Hamdallaye, sur la route le Prince. Actuellement, 12 heures 15 minutes, la circulation est bloquée par des jeunes qui ont barricadé le passage.

Après le mot d’ordre de grève, lancé par l’intersyndicale de l’éducation FSPE (Fédération Syndicale Professionnelle de l’Education) et le SLECG (Syndicat libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée), le gouvernement avait imposé un congé forcé sur toute l’étendue du territoire national. Entre temps, ayant échoué dans ses négociations avec les leaders syndicaux, le Gouvernement a tenté un forcing hier, en demandant aux élèves de reprendre le chemin de l’école. Mais, c’était compter sans la détermination des enseignants. Et, la quasi désertification des écoles par les enseignants a entraîné l’énervement des élèves qui ont barricadé les rues pour protester contre cet amateurisme au sommet.

Finalement, le gouvernement a ravalé sa décision pour redemander aux parents de garder les élèves à la maison en attendant une issue des négociations avec le syndicat. Mais, la provocation était suffisante pour maintenir la tension dans certaines zones sensibles, notamment dans la capitale guinéenne. Après une matinée paisible, les jeunes de Hamdallaye se font de nouveau entendre. Jusqu’à quand ? Dire qu’on ne peut pas augmenter le salaire d’un enseignant dans un pays où on sort plusieurs dizaines de milliards juste pour organiser une mamaya politique n’est pas très convainquant…

A suivre !

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin